UNAPEI – Rentrée Scolaire 2011



Le cartable des élèves handicapés pèse encore lourd pour l’Ecole !

6ème rentrée scolaire depuis la loi du 11 février 2005 où l’Education nationale continue de faire l’impasse sur l’expertise des établissements médico-sociaux

À la veille de la rentrée scolaire, l’Unapei demande de manière urgente que l’Education nationale s’engage dans un véritable partenariat avec le secteur médico-social afin qu’elle cesse de considérer la scolarisation des enfants handicapés comme un fardeau. L’augmentation affichée du nombre d’élèves handicapés, masque en fait un cruel manque de qualité.

Ceci est d’abord dû au non respect des dispositions relatives à la coopération entre le secteur médico-social et l’Education Nationale. L’Unapei fait le grave constat que les dispositifs favorisant l’insertion des enfants handicapés mentaux en milieu scolaire ordinaire sont insignifiants voire inexistants.

Comme le précisait le Sénateur Paul Blanc, dans son Rapport rendu au Président de la République en juin 2011 « il est désormais urgent de mettre en œuvre effectivement le décret sur la coopération ». L’Unapei considère qu’une collaboration réelle et concrète entre le secteur spécialisé et l’Education Nationale, est incontournable pour bâtir une scolarisation de qualité des enfants handicapés.

L’absence de données chiffrées relatives au nombre d’établissements scolaires ayant signé une convention de collaboration avec les établissements médico-sociaux est particulièrement révélatrice du manque d’implication de l’Education nationale.

L’école ne s’adapte toujours pas à l’accueil des élèves handicapés comme en témoigne l’insuffisance croissante de matériel pédagogique adapté au sein des écoles et de formation des enseignants aux différents handicaps. 87% des professeurs d’école reconnaissent avoir besoin d’une formation au handicap. Pourtant en s’appuyant sur l’expertise et le savoir faire des professionnels du secteur médico-social, l’Ecole pourrait pallier son manque de compétence ne serait-ce qu’en mettant en place des tutorats au sein des établissements médico-sociaux au profit des jeunes enseignants en formation initiale ou dans le cadre de leur formation continue.

Enfin, l’Unapei insiste sur la nécessité du développement des temps dits partagés permettant aux jeunes handicapés de bénéficier à la fois d’un accompagnement personnalisé par un institut médico-éducatif (IME) et d’une scolarisation en milieu ordinaire. Cet aménagement vise à offrir une intégration souple et adaptée en adéquation avec les besoins de certains enfants handicapés. Seuls 9% des enfants handicapés bénéficient aujourd’hui d’un temps partagé.

L’Unapei, ses associations et établissements & services médico-sociaux, souhaitent s’engager aux côtés de l’éducation nationale dans cette coopération au bénéfice des élèves handicapés. source : chiffres Unapei

QUELQUES TEMOIGNAGES DE DIRECTEURS D’IME
« Le fonctionnement des IME a évolué, ils sont appelés à s’externaliser, à prendre une place d’experts et de ressources dans les écoles et à assouplir leur modalité d’accompagnement des jeunes en situation de handicap : plus de temps partagés, de classe externalisées dans les établissements scolaires ordinaires. »
« Nous attendons d’avantage d’inclusion des enfants en situation de handicap que nous accueillons ce qui implique plus de partenariat avec l’éducation nationale. »« L’IME tend à devenir une plate forme technique au service du parcours individuel de l’enfant. Même si le milieu ordinaire ne répondra pas à toutes les problématiques des enfants, nous continuerons à diversifier nos modes d’intervention « hors les murs » en structurant des partenariats d’inclusion scolaire à temps complet, partagé, accompagné. Nous pourrons poursuivre les échanges existants déjà mais également imaginer de faire entrer le monde de l’école dans l’établissement : activités communes, rencontres sportives ou « extraordinaires » afin de changer le regard entre élèves et jeunes en situation de handicap. Un projet peut se dessiner avec la demande d’un autre poste d’enseignant spécialisé qui pourrait se jumeler avec une nouvelle classe externée. En prenant de plus en plus en compte la vision globale du parcours de l’enfant, nous devrons développer les relations avec l’ensemble des partenaires afin de susciter la solidarité citoyenne par l’échange et la découverte. »

À propos de l’Unapei
Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis :
Créée en 1960, l’Unapei est la première association française représentant et défendant les intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles. Les associations affiliées à l’Unapei agissent pour répondre aux besoins et aux attentes des personnes handicapées mentales, favoriser leur insertion et leur permettre de vivre dignement avec et parmi les autres.L’Unapei est un mouvement national qui fédère près de 600 associations présentes au niveau local (Apei, Papillons Blancs, Chrysalide, Envol…), départemental (Adapei, Udapei, Association tutélaire) et régional (Urapei). L’Unapei en chiffres : 180 000 personnes handicapées accueillies60 000 familles adhérentes des associations affiliées 3 000 établissements et services spécialisés75 000 professionnels employés dans les associations et les établissements




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants