La FFEC a tenu une conférence de presse au Conseil économique, social et environnemental



en présence de représentants du Ministère de la famille, de la CNAF et du Haut Conseil de la Famille

Les membres de la FFEC créent 30% à 50% des nouvelles places en crèches chaque année dans le cadre d’un partenariat avec les Caisses d’Allocations Familiales, les collectivités locales et les entreprises.

Depuis sa création, la FFEC a pris plusieurs engagements notamment pour la qualité d’accueil des jeunes enfants, la mixité sociale dans les crèches ainsi que pour la formation et la valorisation des professionnels du secteur.

Pour l’avenir, la FFEC s’engage à créer 20.000 nouvelles places de crèches d’ici 2017 pour les entreprises et les collectivités.
Elle prévoit d’embaucher 7.000 emplois nouveaux en CDI et de former des personnels les moins qualifiés.
De plus, la FFEC propose, dans les zones où l’offre d’accueil n’est pas suffisante, en zone rurale et dans certaines zones urbaines, d’accompagner et de sensibiliser les entreprises employeurs à même de réserver des places pour leurs salariés et d’y associer les communes quelque soit leur taille.

Le secteur se heurte néanmoins à plusieurs difficultés majeures qui freinent le développement de structures d’accueil. Pour y remédier, la FFEC fait 2 propositions :
1. Proposition 1 : créer une qualification de CAP « Bonifié », de catégorie 1
Reconnaissance de l’expérience : Percer le plafond de verre des CAP petite enfance en les formant à certains modules du diplôme d’Auxiliaire de puériculture, dès lors qu’elles ont 3 ans d’expérience en crèches et les reconnaître en catégorie 1.
Pouvoir d’achat : créer une ascension sociale en leur apportant du pouvoir d’achat et un développement de carrière. Passer en catégorie 1 créera un décollage par rapport au smic.
Créer des emplois pour les personnels peu qualifiés : libérer des postes de catégorie 2 pour tous les diplômés de la petite enfance qui sont au chômage à l’heure où on manque de professionnels de catégorie 1.

2. Proposition 2 : Intégrer toutes les formes d’entreprises dans le champ d’application du crédit d’impôt familles (CIFAM)

Stopper la discrimination des bénéficiaires du CIFAM : intégrer toutes les formes d’entreprises dans le champ d’application du crédit d’impôt familles : professions libérales, gérants non-salariés, entreprises individuelles, artisans, auto entrepreneurs…
En outre, la FFEC a annoncé la signature d’une convention cadre avec le Ministère du travail sur les emplois d’avenir visant à recruter et former des jeunes dans les crèches.

Lors de cette conférence de presse, la FFEC a également présenté les résultats d’une enquête réalisée par LH2 sur la satisfaction des parents dont l’enfant fréquente une crèche inter entreprises.
 97 % des parents convaincus du bien être de leur enfant à la crèche
 96% des parents recommandent ce mode de garde
 85% indiquent que la crèche apporte une grande tranquillité d’esprit et un environnement épanouissant
 Une note de confiance de 8.9/10
 Une satisfaction globale de 8.4/10

Parmi les services particulièrement appréciés : l’amplitude d’ouverture, les jeux, l’éveil, les ateliers, la qualité des locaux, la sécurité

Parmi les qualités reconnues au personnel : l’amabilité, le professionnalisme, la qualité des transmissions, l’écoute. Et une note de satisfaction de 8.3/10
Ces résultats montrent que la crèche est le mode de garde préféré des parents, qui leur apporte une tranquillité d’esprit et leur permet de bien concilier vie familiale et vie professionnelle. Ils expriment un haut niveau de satisfaction qu’il s’agisse du développement et du bien-être de l’enfant, de la relation avec les personnels des crèches ou des services qui sont offerts.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants