Être créatifs sans nécessairement dessiner !



Depuis un peu plus d’un an les parents doivent rivaliser d’inventivité pour occuper leurs enfants dans le cadre des différents confinements plus ou moins stricts et de l’enseignement à la maison. Les journées peuvent paraître longues et il faut varier les activités.

Lorsque l’on en a terminé avec les dessins, les puzzles, la pâte à modeler… qui peuvent être mis en pratique sans la présence d’un adulte en permanence à ses côtés, et si l’on pensait à un autre grand classique des loisirs créatifs : les autocollants ?
Quand les parents des enfants d’aujourd’hui étaient petits, les autocollants, les gommettes voire les décalcomanies faisaient partie de ces activités qu’ils aimaient : quelques feuilles blanches ou de couleurs, un crayon ou un stylo pour les transferts et le tour était joué, un décor allait voir le jour.

Pourvu que ça colle !

Aujourd’hui, la gommette qui jadis devait être humidifiées sur une éponge ou encore l’autocollant sont souvent intégrés dans des cahiers d’activités, prêts à être collés sur un fond de décor ou sur des formes dont les contours sont déjà dessinés et qu’il suffit de recouvrir.

Pour autant, parce que les enfants ont une imagination très fertile et qu’ils sont nombreux à aimer faire eux-mêmes (qui n’a jamais entendu le grand classique « c’est moi qui fais tout seul » ?), les autocollants thématiques à l’effigie des héros ou des animaux préférés des enfants font toujours partie intégrante du kit de base de bricolage et de matériel créatif dans une famille.

Les autocollants décoratifs

Quand les enfants grandissent et qu’ils aiment personnaliser des objets, les autocollants se transforment alors en petits objets en relief comme des yeux mobiles, des strass, des petites roses, des cœurs ou tout simplement en ruban autocollant comme le masking tape. Une marque comme Zôdio a développé toute une palette de décors autocollants qui permet aux petits comme aux plus grands d’embellir un dessin, une boîte à souvenir, un animal à customiser mais aussi un bullet journal par exemple.

Et si finalement pendant ces vacances de printemps décalées et cette impossibilité de se déplacer au-delà de dix kilomètres de son domicile compte tenu des dispositions prises pour endiguer la circulation de ce virus qui vit avec nous depuis plus d’un an, les enfants en profitaient pour « voyager sans partir » en créant des paysages de bord de mer, de campagne, de montagne, d’espace… avec des autocollants ?

Anne Vaneson-Bigorgne

 




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants