Sophie la girafe toxique ? Fake ou pas ?



Sophie la Girafe : une histoire 100% française

Sophie est très agréable à regarder avec ses coloris pastel et doux, elle a une texture qui donne envie de la manipuler sans cesse, son odeur est celle du caoutchouc naturel, elle peut être mâchouillée sans danger et son petit sifflement ravit les oreilles. C’est le jouet d’éveil par excellence et les générations de parents depuis plus de cinquante ans ne s’y sont pas trompées. Sophie la Girafe est depuis le premier jour fabriquée artisanalement en France, sa composition est toujours encore la même. Il est impossible qu’elle présente le moindre signe de toxicité puisqu’elle ne contient aucun ingrédient chimique ni aucun plastique. Les scientifiques sont de nos jours de plus en plus alarmistes quant à la composition des jouets et comme ces parents qui aiment leurs enfants, il est relativement facile de prohiber tout produit dont on ne connaît pas le mode de fabrication. Sophie est NON toxique parce qu’elle n’a jamais répondu aux appels de la facilité, du plastique roi et de la fabrication à moindre coût à l’autre bout de la planète.

Sophie la Girafe, la tradition respectée

L’entreprise Vulli qui fabrique Sophie la Girafe s’est depuis toujours attachée à conserver le caractère attractif pour les tout jeunes enfants mais en toute sécurité. Elle est composée à 100 % de caoutchouc naturel dont la culture est strictement contrôlée, sans aucun rajout excepté les pigments qui eux aussi sont de qualité alimentaire et donc sans aucun danger. Sophie la Girafe est ainsi une exception dans le domaine industriel du jouet dont les enjeux économiques sont faramineux et qui n’est pas toujours très regardant sur les conséquences sur la santé de nos enfants que peuvent avoir ces bisphénols et phtalate dont on connaît finalement peu de choses. Si en Europe, quelques-uns de ces ingrédients sont contrôlés par les autorités sanitaires, on sait peu de choses sur ce qui se passe dans les contrées lointaines d’où proviennent une grande majorité des jouets. Il est étonnant de constater qu’un jouet assemblé en Europe bénéficie d’une indication d’origine européenne alors que ses ingrédients de base ne sont pas connus et que presque personne ne se pose les bonnes questions à leur sujet. Ce flou généralisé est entretenu de façon récurrente par les lobbies industriels qui n’ont aucun intérêt à une obligation d’étiquetage précis.

Sophie la Girafe en toute sécurité

Les fakes news sont un des fléaux de notre monde moderne et Sophie la Girafe n’y échappe pas. Des rumeurs prétendant qu’elle contient elle aussi du bisphénol ou autres produits dont on soupçonne la nocivité, ou encore qu’elle se moisirait de l’intérieur, ne sont que des tentatives de décrédibilisation d’un jouet qui connaît un succès toujours plus important. La santé de ses ventes à l’international ne peut susciter que des jalousies particulièrement à une époque où les remises en cause des composants des jouets pour nos enfants se multiplient et où les parents sont de plus en plus informés et donc méfiants vis-à-vis de l’industrie du jouet.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants