SAUVEGARDE JUNIOR – Baignade en zone non surveillée :sensibiliser enfants et parents



A l’occasion du lancement de l’édition 2010 de l’opération Sauvegarde Junior, GROUPAMA et la SNSM présentent une étude OpinionWay sur la baignade en zone non surveillée.
Destinée à sensibiliser les plus jeunes et leurs parents aux dangers de la baignade, l’opération Sauvegarde Junior a choisi pour sa 3e édition de mettre l’accent sur la baignade en zone non surveillée. Cette activité présente en effet des dangers particuliers dont les estivants ne sont pas toujours conscients, or elle est aujourd’hui pratiquée par une majorité de Français désireux de pratiquer en toute liberté leur loisir favori. Selon une étude OpinionWay réalisée les 9 et 10 juin auprès de 1030 personnes :

* Seuls 24% des interviewés déclarent se baigner « toujours ou presque » sur des plages surveillées par des professionnels, à l’opposé, 42% rarement ou jamais.
* Et 3/4 des interrogés n’ont jamais renoncé à une baignade en cas de plage non surveillée.

Voilà pourquoi la formation Sauvegarde Junior intègre à ce sujet les conseils spécifiques et les bonnes pratiques destinés à accroître le niveau de vigilance des enfants.

Sauvegarde Junior : un programme concret de prévention du risque littoral eau et soleil La mer et plus largement l’ensemble des zones littorales, comportent de nombreux dangers auxquels il est important de sensibiliser et de former les enfants, qui sont les plus vulnérables. Groupama s’inscrit pleinement dans la démarche de la SNSM, qui consiste à enseigner des règles de prudence pour assurer sa propre sécurité, et à donner des repères pour rendre plus autonome et limiter les risques. L’utilité pratique de ce programme a amené le Groupe à le soutenir dès sa création en 2008 et à poursuivre ce soutien jusqu’en 2012.

La baignade, lieu de tous les plaisirs mais aussi de tous les dangers Entre le 1er juin et le 30 août 2009, 1 161 noyades suivies d’un décès ou d’une hospitalisation ont été dénombrées en France métropolitaine et dans les DOM/TOM.
Sur 934 noyades accidentelles enregistrées (284 décès), 519 (56 %) ont eu lieu en mer et 108 (12 %) en plan d’eau.

Entre 5 et 14 ans, la noyade est la quatrième cause de décès chez les enfants. La défaillance de la surveillance des enfants par les adultes est la cause de noyade la plus fréquente.
(Source : Institut de veille sanitaire)

Si la surveillance parentale reste essentielle, il est plus que jamais indispensable de responsabiliser les enfants, les former aux dangers de la baignade et leur enseigner les règles de prudence liées aux activités nautiques et à l’exposition au soleil.

La baignade en zone non surveillée : résultats de l’étude OpinionWay des 9 et 10 juin 2010
– 76% des interrogés déclarent aller en vacances à la mer régulièrement, cette dernière étant la destination la plus prisée.
– La qualité de l’eau est un critère de choix prépondérant pour 26% des interrogés. La proximité de la plage avec le lieu de résidence est également un critère important pour 22% des gens.
– Seuls 24% des interviewés déclarent se baigner « toujours ou presque » sur des plages surveillées par des professionnels, et à l’opposé 42% rarement ou jamais…
– 3/4 des interrogés n’ont jamais renoncé à une baignade en cas de plage non surveillée.

Au-delà des règles du « savoir-nager », l’enfant doit également acquérir un ensemble de bonnes pratiques visant à le responsabiliser :
– Connaissance des dangers nautiques.
– Connaissance des dangers du soleil et apprentissage des gestes à adopter pour protéger sa peau.
– Connaissance et respect de la nature littorale.

La mer, un territoire important pour Groupama
Depuis 1997, avec la création du Team Groupama, dirigé par Franck Cammas, le Groupe a fait le choix de la voile en matière de sponsoring sportif et s’est forgé une solide réputation sur les mers du globe. Cette aventure humaine et technologique a permis à Groupama de démontrer tout son savoir-faire en matière d’accompagnement de projet et de gestion des risques dans un environnement particulièrement exigeant.

Un parrain engagé : Franck Cammas
Gérer les risques de la mer, c’est le quotidien de Franck Cammas, skipper des bateaux Groupama depuis plus de 10 ans et détenteur du Trophée Jules Verne. Selon lui c’est en étant bien conscient des risques que l’on peut agir pour les limiter : « Les règles à suivre quand on se trouve sur le littoral, sont à peu prés les mêmes que celle que nous suivons lorsque nous naviguons à bord de Groupama. Etre responsable vis-à-vis des dangers, c’est d’abord les connaître, c’est pourquoi avant chaque sortie en mer nous effectuons un briefing de sécurité. Ce qui me plaît dans Sauvegarde Junior, c’est de promouvoir des règles de sécurité qui nous sembles évidentes, à nous adultes, mais qui ne le sont pas pour les enfants.

Informer les enfants et développer leurs réflexes face aux dangers est une bonne initiative pour limiter les risques d’accidents. »

A propos de Groupama :
L’action de Groupama répond à un choix stratégique récurrent : celui d’une croissance rentable à long terme.
Depuis sa création à la fin du XIXème siècle par le monde agricole, Groupama a accompagné toutes les évolutions socio-économiques. Son chiffre d’affaires atteint plus de 17 Mds€ en 2009. Le groupe, qui compte avec 16 millions de clients et 39.000 collaborateurs à travers le monde, est présent dans 14 pays, principalement en Europe.
En France, ses réseaux de distribution diversifiés et bien implantés localement permettent à Groupama de proposer à ses sociétaires et clients (particuliers, professionnels, institutions et entreprises) des solutions combinant assurances, services et produits bancaires.
À l’international, Groupama entend se développer en capitalisant sur les meilleures pratiques et les savoir-faire du groupe. Son expérience lui permet d’exploiter les opportunités se présentant sur tous les secteurs de l’assurance. L’ambition et les axes stratégiques de Groupama sont clairs : combiner croissance et rentabilité pour accroître la valeur du groupe et figurer parmi les 10 premières compagnies d’assurance en Europe.

A propos de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) :
La Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) est née en 1967 de la fusion de deux sociétés centenaires issues d’une vieille tradition maritime : la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés (SCSN) fondée par l’Amiral Rigault de Genouilly en 1865 et la Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons (HSB) créée par Henri Nadault de Buffon en 1873.

Une mission
La SNSM est une association loi de 1901, reconnue d’utilité publique par décret du 30 avril 1970. Elle a pour vocation de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer.

Trois activités opérationnelles
· Le sauvetage au large effectué par les Sauveteurs embarqués bénévoles sur demande des CROSS.
· La formation de Nageurs-Sauveteurs volontaires qui assurent la sécurité des plages sous la responsabilité des maires.
· La prévention en matière de sécurité des pratiquants de la mer.

Les hommes
L’Association regroupe plus de 6000 membres.
* 3500 Sauveteurs embarqués bénévoles qui opèrent au large.
* 1300 Nageurs-Sauveteurs volontaires détachés l’été pour assurer la sécurité des plages.
* 1200 bénévoles forment l’encadrement des Stations, des Centres de Formation et d’Intervention et du Siège.
* 800 bénévoles formateurs.
* 48 salariés répartis entre le siège parisien et le CERO (Centre d’Entretien Régional et de Réparation de l’Ouest) à Saint-Malo.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants