Puy du Fou : parc d’attraction ou parc historique ?


Exceptionnellement, j’ai prêté ma plume à mon ami Pierrot pour qu’il m’écrive un mot sur ce qu’il a pensé de son séjour au Puy du Fou : merci à lui !

« Passionné d’histoire, j’ai toujours apprécié les initiatives qui permettent de faire parler les « vieilles pierres » et font revivre l’histoire. Cela peut passer par l’archéologie expérimentale (je regretterai longtemps la fermeture il y a quelques années déjà de l’Archéodrome de Beaune-Tailly), par les reconstitutions historiques (au premier rang desquelles je citerai la Fête Médiévale de Provins) et bien sûr par l’exceptionnel et unique chantier médiéval de Guédelon.

Ces manifestations et ces lieux intéresseront les férus d’histoire, distrairont leurs enfants et leurs conjoints, souvent moins enthousiasmés par l’observation de quelques empilements de pierres fendues par le gel et envahies de lierre.

Je me suis récemment rendu au Puy du Fou en me demandant comment un passionné d’histoire pouvait percevoir ce lieu et les spectacles qui y sont proposés.

Tous les spectacles du Parc sont d’une qualité exceptionnelle. Les moyens humains, animaux et techniques – quelle concentration de dei ex machina ! – sont considérables et pourtant s’effacent pour que la magie opère.

J’avoue un faible pour la Légende de la Table Ronde, qui n’est pourtant pas le spectacle qui réunit le plus de figurants. Lorsque les eaux du lac parcourues d’une brume irréelle s’ouvrent et qu’un chevalier et sa monture en émergent, ainsi que la Table Ronde, le spectateur a presque l’impression de vivre un événement surnaturel.

Avancer dans la grande galerie renaissance du château du Puy du Fou à mesure que des chevaliers en armure hissent leurs étendards donne un sentiment de toute puissance.

Le spectacle de rapaces, avec un final de 240 oiseaux en vol, donne des frissons.

La Cinéscénie elle-même -qui a été le premier jalon dans l’histoire du Puy du Fou- est un éblouissement : une scène immense à 180°, des milliers de figurants, une débauche de lumières et de feux d’artifices (plus de 700 obus), des effets spéciaux impressionnants : on ne sait plus où donner du regard.

Les circonstances de la création du Puy du Fou par Philippe de Villers sont bien connues, tout comme les convictions politiques et religieuses de celui-ci. Nul ne sera donc surpris de la présence diffuse mais néanmoins perceptible d’une « aura » chrétienne dans la plupart des spectacles du parc. Décision délibérée ou produit de l’inconscient de leurs concepteurs, il n’y a pas un seul spectacle où au moins un des personnages ne finisse par marcher sur l’eau.

Pour que le plaisir soit complet, il faut absolument séjourner dans un des hôtels du Parc. D’une part parce qu’il est impossible d’assister à tous les spectacles en une seule journée, mais surtout parce que les hôtels thématisés contribuent au dépaysement et à l’émerveillement. Villa romaine, huttes mérovingiennes, « tentes » du Camp du Drap D’or, manoir renaissance, le choix est large.

Si vous aimez l’histoire et que vous exigez que la « vérité » historique soit scrupuleusement respectée, passez votre chemin.

Si vous avez su garder votre âme d’enfant et votre capacité d’émerveillement, si vous acceptez que l’histoire serve de cadre et de prétexte à passer un bon moment en famille, si vous aimez les ouvrages d’Emmanuel Le Roy Ladurie autant que les livres de JK Rowling, la tapisserie de Bayeux autant que le film Chevalier, courrez vite au Puy du Fou ! »

Laurent Vaneson



NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants