JAMAIS CONTENTE : UN FILM QUI PARLE AUX ADOS MAIS PAS QUE !



Aurore, l’héroïne du film, est loin de ressembler à la princesse Aurore, non qu’elle n’en ait pas la grâce, mais parce qu’elle se complait dans son rôle de sale gosse jamais contente et parfois même carrément méchante ! Elle a décidé d’endosser la posture de l’ado que l’on adore détester parce qu’elle fait tout pour être insupportable.

Désagréable avec ses parents, odieuses avec ses sœurs, insolente au collège, elle dit de sa famille : « Mon père est atroce, ma mère est atroce, mes sœurs aussi, et moi je suis la pire de tous ».
Elle déploie tant d’ingéniosité à être insupportable, qu’elle finit par se brouiller avec sa meilleure amie, pourtant dévouée et compréhensive.

Du quotidien en somme chez des adolescents de cet âge-là qui veulent être vus et entendus mais qui ne veulent pas être regardés ou alors pas comme ça !

Elle pousse tout le monde à bout : ses professeurs, ses amis, ses sœurs, ses parents qui finissent par penser que la pension est la seule solution pour retrouver une vie de famille sereine après avoir envisagé d’aller la perdre en forêt comme dans le Petit Poucet. En effet, que faire face à une ado rebelle qui vous explique que « si je me mets à les aimer ma vie sera invivable […], je suis donc obligée de les détester pour l’éternité » !

jamais-contente-photo-2

Et puis, elle intègre un groupe de rock composé exclusivement de garçons et son professeur de français va l’apprivoiser et lui suggérer des lectures en rapport à ses émotions, elle obtiendra même un 15/20 dont elle sera la première surprise.

Petit à petit les choses vont bouger dans sa tête, enfin à la mesure d’Aurore… n’attendez pas d’elle qu’elle devienne une ado docile et politiquement correcte !

Comme le dit la jeune fille : « un livre ce n’est pas qu’une histoire, c’est aussi ce que les mots ne disent pas mais qu’ils veulent dire quand même. » Vous avez compris l’idée ? Mère d’une ado presque docile au regard de la personnalité d’Aurore, moi oui !

Ce film qui nous emmène à la rencontre d’Aurore, voire qui nous plonge dans son intimité -à savoir ses pensées qu’elle n’exprime pas devant les personnes concernées mais en off- jusqu’à sa révélation. L’une des illustrations en est probablement la scène de la chanson dédiée à sa mère le jour du concert : Mamy Blue… une chanson en hommage à une mère décédée alors que la sienne est en vie : la nouvelle Aurore est là, elle s’est trouvée, mais elle n’a rien perdu de sa causticité !

Les ados qui assistaient à la projection en même temps que moi étaient conquis : ils ont beaucoup rit et ont spontanément applaudi à la fin du film, c’est plutôt un bon indicateur sur la façon dont la réalisatrice a su transposer à l’écran ce que peut être leur vie, non ?

 

Jamais contente

  • Date de sortie en France : 11 janvier 2011
  • Réalisatrice : Emilie Deleuze
  • Casting : Lena Magnien, Patricia Mazuy, Philippe Duquesne, Alex Lutz, etc.

 

 

 




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !