Ne jetez plus votre ancien appareil auditif, donnez-lui une seconde vie !rn



Ne jetez plus votre ancien appareil auditif, donnez-lui une seconde vie !

AuditionSolidarité.Org, association humanitaire récupère et recycle tous les appareils auditifs usagés.

Grâce à votre don, AuditionSolidarité appareille et redonne l’audition à des personnes démunies SDF sourdes et malentendantes en France et à des enfants sourds et malentendants défavorisés à travers le monde.

Envoyez votre appareil auditif à AuditionSolidarité 1 Impasse des Mésanges 40 180 YZOSSE

Merci pour votre solidarité !

Tél: 05 58 35 42 32
toutes les missions humanitaires filmées sur www.auditionsolidarite.org

Prix des femmes pour le développppement durable

“Nous recyclonsdes prothèses auditives”

Offrir d’anciens appareils auditifs aux plus démunis, c’est l’idée d’AuditionSolidarité. L’association vient de recevoir le Prix des femmes pour le développement durable décerné par Top Santé.


Odile Petit, Christine Bourger et Carole Ercole (de gauche à droite) Ensemble pour que tous puissent entendre, même les plus démunis.

Top Santé Comment cette idée solidaire vous est-elle venue ?
Odile Petit C’est le fruit d’un long parcours aux côtés de Christine Bourger, audioprothésiste, avec laquelle je dirigeais dans l’est de la France plusieurs cabinets qui marchaient bien. Christine partait régulièrement à l’étranger effectuer des missions humanitaires pour appareiller les enfants malentendants des pays défavorisés. Et elle me poussait déjà à récupérer des prothèses pour les réadapter. L’idée était là.
Le déclic qui nous a permis de lancer AuditionSolidarité est venu en 2008, en rencontrant Carole Ercole, qui dirigeait une école de musique à Metz. Nous avons été frappées de voir que les jeunes musiciens étaient surexposés au bruit et s’abîmaient les oreilles, faute de protection. Toutes les trois, nous nous sommes dit qu’il fallait faire quelque chose : informer les jeunes dans les conservatoires et les écoles de musique d’une part, développer l’action humanitaire d’autre part. Nous avons tout lâché pour créer l’association, qui a tout de suite été reconnue d’intérêt général. Elle a vite été soutenue par le ministère de la Santé et l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé).

TS C’est facile de récupérer ces prothèses auditives coûteuses ?
O. Petit Nous avons réussi à convaincre un bon nombre d’audioprothésistes de nous aider dans cette tâche. Le raisonnement était le suivant. En France, on n’appareille les malentendants qu’avec des prothèses neuves. Mais que deviennent celles-ci quand les personnes en changent, ou simplement lorsqu’elles décèdent ? Rien. C’est dommage, car elles sont issues d’une technologie avancée et coûtent entre 1 500 et 2 000 €. Les fabriquer représente inévitablement des émissions de carbone conséquentes. Les détruire aussi… C’est absurde ! Il fallait vraiment en faire quelque chose. Nous avons donc tissé un réseau d’audioprothésistes partenaires-mécènes. Ils nous aident à sensibiliser leur clientèle, à récupérer ces appareils et reversent 10 € à l’association par prothèse posée. En retour, ils bénéficient d’une défiscalisation et tout le monde y gagne.

TS Comment appareiller ensuite les sans-abri en France ?
O. Petit Nous fonctionnons toujours avec les associations spécialisées dans leur prise en charge, comme Emmaüs ou l’Armée du Salut à Paris. Nous allons intervenir à Bayonne, dans le Sud-Ouest, le 18 décembre prochain. Et cette fois, ce sera Atherbea, spécialisée dans l’accueil des personnes sans logement et sans ressources, qui nous permettra de rencontrer les SDF de la région.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !