Les Maternelles : « Dix femmes face à Elisabeth Badinter »



Le 25 mars, 10 femmes, 10 téléspectatrices des Maternelles qui ont lu le dernier livre d’Elisabeth Badinter « Le conflit, la femme et la mère » (Flammarion) se retrouvent sur le plateau d’Elisabeth Tchoungui et de Nathalie Le Breton pour débattre avec l’auteur des grands thèmes abordés dans son ouvrage.

Une spéciale avec un dispositif nouveau pour une émission de 65 minutes entièrement consacrée à l’invité du jour : Elisabeth Badinter

Fortes de leur expérience (qu’elles soient mères au foyer, au travail, célibataires, allaitantes ou pas etc.) toutes les femmes invitées sur le plateau confrontent leur témoignage à la thèse développée dans « Le conflit, la femme et la mère »
Elles seront parfois d’accord, parfois en désaccord avec Elisabeth Badinter, pour un débat toujours vivant sur l’identité et la place des femmes et des mères d’aujourd’hui.

Ce jour-là, exceptionnellement, toute l’émission est consacrée aux thèmes développés par le livre d’Elisabeth Badinter illustrée par des reportages.

Les thèmes de l’émission sont :
-la mère et l’enfant
-la femme et le travail
-le partage des tâches à la maison

Il y a trente ans, Elisabeth Badinter signait son premier livre « L’Amour en plus », une histoire de l’amour maternel du XVIIIe siècle aux années 1970. Le livre avait alors causé de l’émoi car l’auteur y défendait la thèse qu’il n’y a pas d’instinct maternel au sens où la femme serait supposée naturellement plus capable que l’homme d’amour envers son enfant. Ce faisant, elle a tracé un chemin de déculpabilisation des mères dont certaines lui sont encore reconnaissantes.

Pourquoi reprend-elle la plume aujourd’hui ? Parce qu’elle constate un repli inquiétant sur le terrain des droits des femmes, lequel se manifeste, par exemple, par la forte baisse de la natalité dans tous les pays développés (bien moins nettement en France comme on sait), la hausse conjointe du nombre de femmes qui ne veulent pas avoir d’enfant (en dix ans, la proportion a doublé), le regain des discours naturalistes visant à river les femmes à leur rôle de mère, et plus spécifiquement par le biais d’un diktat concernant l’allaitement… Sur ce sujet précis, elle enquête pour comprendre comment l’on est passé d’un système relativement libéral à une pression de plus en plus marquée du corps médical et de l’entourage familial. Elle dénonce le rôle de la Leche League, née aux Etats- Unis dans les milieux du fondamentalisme chrétien, et qui s’est peu à peu infiltrée partout, chez les féministes et les écologistes notamment.

Le tableau qu’elle dresse est inquiétant – surtout dans les pays de tradition matriarcale (l’Allemagne et l’Italie), mais aussi dans les pays scandinaves. La barque de la maternité est aujourd’hui chargée de trop d’attentes, de contraintes, d’obligations. Il y a péril tant pour la femme et le couple que pour le lien social : quelle perspective offre une société où le fait d’avoir un enfant serait le lieu d’un clivage fatidique ?

Philosophe, spécialiste de la pensée des Lumières, Elisabeth Badinter est l’auteur de nombreux essais. C’est dans sa veine féministe qu’elle a connu ses plus grands succès : L’Amour en plus, X/Y. De l’identité masculine, L’un est l’autre, Fausse Route, tous traduits en une douzaine de langues.

Source : France TV




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants