IMPORTANT: Avis de la CSC sur la sécurité des lunettes de soleil pour enfants



Rien n’est pire pour les yeux des enfants que des lunettes de soleil qui ne filtrent pas les ultraviolets. De fait, ce n’est pas parce qu’un verre arbore une coloration foncée qu’il assure une protection suffisante contre les rayonnements solaires. C’est même parfois le contraire car, en diminuant l’éblouissement et donc la contraction réflexe de la pupille, un verre non filtrant laisse du même coup pénétrer davantage d’UV, lesquels peuvent abîmer le cristallin, voire la rétine des yeux des enfants, bien plus perméables que les yeux des adultes à ces rayonnements. Or, il est désormais bien établi qu’une surexposition aux UV durant l’enfance peut avoir de graves conséquences, comme l’apparition précoce de cataractes (opacification du cristallin).

La CSC a fait tester en laboratoire une dizaine de paires de lunettes et quatre masques de ski acquis dans divers réseaux de distribution : grandes surfaces, magasins spécialisés pour enfants, marchés, opticiens, Internet. Résultats : tous les produits sont filtrants et filtrent dans la catégorie annoncée (allant de 0 à 4) à l’exception d’une paire de lunette, annoncée 3 et filtrant seulement en catégorie 2. Gros soucis en revanche s’agissant du marquage : les catégories de filtrage ne sont pas toujours mentionnées et les mentions peuvent être fantaisistes (exemple « 400 », ce qui ne correspond pas à une catégorie mais à une notion de longueur d’onde peu connue de la plupart des consommateurs). Insuffisances également du côté des notices, qui renseignent assez mal les utilisateurs sur les risques, voire qui ne sont pas même fournies chez les opticiens au motif que ces derniers prodigueraient un conseil personnalisé.

Dans un avis adopté le 28 mai dernier, la Commission demande aux professionnels de s’assurer que chaque produit dispose d’une notice complète et les invite à installer de façon pérenne sur les lieux de vente, un affichage explicite sur les conditions d’utilisation de chacune des catégories de protection annoncée : du 0, simple confort, au 4, luminosité solaire exceptionnelle (mer ou montagne). Elle recommande aux pouvoirs publics d’inciter les professionnels à concrétiser cette démarche, notamment à l’occasion des opérations de contrôle. Elle conseille également aux distributeurs de vérifier que la surface des « oculaires » n’a subi aucune dégradation, la présence de défauts pouvant occasionner une gêne visuelle.
La CSC suggère par ailleurs aux autorités chargées de la normalisation de ces produits de proposer une révision des normes en cours. Objectifs : rendre lisible directement sur le produit la catégorie de filtration (sur le verre ou la monture) et plus explicites les notices.

La Commission invite les consommateurs à vérifier, au moment de l’achat, que l’article sélectionné correspond bien à l’usage envisagé et à réclamer auprès des professionnels les notices d’utilisation. Ces précautions étant prises, elle les incite à équiper les enfants dont ils ont la charge de lunettes de protection, en fonction des conditions d’ensoleillement

Source : CSC




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !