7 façons de faire apprendre l’anglais à un enfant


La France ne fait pas partie des pays européens en tête du peloton en matière d’apprentissage des langues étrangères chez les enfants, c’est même tout le contraire qui ressortait d’un rapport rédigé par Alex Taylor (journaliste) et Chantal Manes-Bonnisseau (inspectrice générale de l’Éducation nationale) en septembre 2018 à la demande de Jean-Michel Blanquer alors ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, intitulé Propositions pour une meilleure maîtrise des langues vivantes étrangères.

En 2022, Youth’s Horizon think-and-do-tank de jeunesse, créé en juillet 2020 et composé de jeunes de 12 à 30 ans publie un rapport qui s’appuie sur la consultation des jeunes et des différentes organisations pour répondre à 3 problématiques : Existe-t-il des pratiques enseignantes, qui, à défaut d’être peu répandues, gagneraient à être connues pour leur efficacité ? Quelle place accorder au numérique dans l’apprentissage des langues vivantes chez la nouvelle génération? Quel intérêt pour les jeunes Français d’être plurilingues et comment les gagner à cette cause ?

Forts des constats réalisés à l’occasion d’enquêtes, études et rapports réalisés par et pour le ministère, ainsi que par des associations et organisations privées, de nombreuses pistes voient le jour en matière d’enseignement des langues étrangères en France et des solutions sont mises en œuvre dès l’école primaire pour permettre de faire remonter le rang de la France quant au niveau des Français en langues étrangères.

En effet, depuis plusieurs années, l’enseignement d’une langue étrangère est bien présent avec des enseignants diplômés et des cours réguliers, comme le fait remarquer le rapport de la Youth’s horizon « 1 h 30 de langues vivantes par semaine en primaire, et une moyenne de 4 h au collège dans la première langue avec en plus le choix d’une seconde langue. Et si au lycée ce volume horaire diminue, faisant place à 5 h 30 cumulées pour les deux langues obligatoires, la France fait tout de même partie des trois pays où la durée totale d’apprentissage des langues étrangères est la plus importante, derrière Malte et l’Allemagne. »

Grâce à la mise en place de cet enseignement, la France remonte progressivement dans le classement, elle qui apparaissait seulement au 26e rang du classement européen en 2019 et dont Eurostat soulignait que seulement 60 % des Français affirmaient parler au moins une langue étrangère. Elle était largement en dessous de la moyenne européenne et loin derrière la Suède, le pays classé premier, dont 96 % de la population parle au moins une langue étrangère.

En outre, depuis les années 2000, l’enseignement des langues étrangères privilégie une approche actionnelle fondée sur la compréhension, les expressions et les interactions orales ainsi que sur des compréhensions et expressions écrites. Cette méthode a beaucoup évolué, notamment grâce aux nouvelles possibilités inhérentes à l’apparition du numérique dans l’apprentissage des langues étrangères, mais ce n’est pas la seule solution pour développer l’appétence des enfants pour d’autres langues que la leur.

Faire la lecture à son enfant en anglais de temps en temps

Lire des histoires en anglais est un moyen efficace d’apprendre l’anglais à son enfant et de favoriser son immersion dans la langue de Shakespeare. Que l’on opte pour des livres en langue native ou des livres pour enfants en anglais développés par des éditeurs français, il ne faut pas hésiter à commencer à initier les enfants dès leur plus jeune âge avec des abécédaires par exemple ou des histoires simples qui reprennent quelques phrases autour d’un personnage ou d’un animal.
Quand les enfants grandissent, leur suggérer de lire des magazines adaptés à leur niveau scolaire et d’apprentissage de telle ou telle langue étrangère permet de varier les sources et de leur donner accès à des informations différentes pour compléter l’enseignement dispensé à l’école primaire, au collège ou au lycée.

Profiter de la plasticité neuronale de l’enfant pour ouvrir son oreille

La plasticité et la neuroplasticité du cerveau de l’enfant sont optimales durant ses douze premiers mois ! Lui faire entendre d’autres langues dès son plus jeune âge permet d’ouvrir son oreille à des sons différents et faciliter l’apprentissage d’une ou de plusieurs langues étrangères par la suite. En effet, plus tôt, on sollicite les neurones, plus la modification des réseaux de ces derniers qui s’effectue avec le développement de l’individu et de ce qu’il apprend est entraînée. L’utilisation régulière de certains muscles entraîne un développement des aires du cerveau liées aux apprentissages de tous ordres et permet une amélioration les performances. Concrètement, apprendre une langue et la pratiquer fréquemment est essentiel pour avoir des progrès. Plus cette exposition à une ou plusieurs des sonorités différentes de sa langue maternelle a lieu tôt dans la vie d’un enfant, plus il sera à même d’assimiler du vocabulaire et de pratiquer à un bon niveau cette ou ces langues entendues dès son plus jeune âge.

Que les parents soient polyglottes ou qu’ils parlent une autre langue de façon maternelle ou régulière dans la cadre de leur activité professionnelle, ils peuvent avoir envie d’apprendre, ou tout du moins initier leur enfant à une autre langue que le Français afin de préparer son oreille avant sa première année pour qu’il lui en reste éventuellement une facilité d’apprentissage des langues étrangères plus tard. Pour ce faire, Nos Bambins, propose 7 façons d’initier, voire d’apprendre l’anglais à son ou ses enfants.

Chanter des comptines en anglais avec son enfant

Souvent, dès les premiers jours de l’enfant, dans le cadre de la mise en place de la routine du coucher, l’un des deux parents chante une comptine ou une berceuse. Pourquoi ne pas profiter de ce moment pour choisir une berceuse en anglais : pas quelque chose de compliqué, juste une chanson courte douce et empruntée à la langue de Shakespeare. Si l’un des parents est de langue maternelle anglophone, il peut aussi décider de chanter plusieurs fois dans la journée des petites comptines liées par exemple aux différentes activités ou périodes de la journée et l’autre parent pourra faire de même en français pour que l’enfant se familiarise avec les deux langues.

Utiliser des cartes flash pour apprendre de nouveaux mots à son enfant

Que ces cartes soient achetées ou fabriquées par les parents, il est possible, au fur et à mesure que l’enfant grandit et commence à prêter attention aux mots, d’introduire de nouveaux mots grâce à un système de carte qui lui sont montrées et sur lesquelles figurent le nouveau mot et sa représentation visuelle afin qu’il puisse comprendre le mot et le mémoriser. Cette technique est utilisée également depuis longtemps par les parents qui ont envie d’apprendre à lire à leur enfant avant la classe de cours préparatoire. Elle peut être introduite dès l’entrée à l’école maternelle, par exemple, selon la maturité de l’enfant et la façon dont il est réceptif à cet apprentissage.

Jouer à des jeux éducatifs qui mettent l’accent sur les compétences en anglais

Des jeux de société ou des jeux vidéo ou encore en ligne peuvent être de bons supports pour introduire de manière ludique l’apprentissage et la pratique d’une langue étrangère, un peu comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans s’en rendre compte ! Ce type de support ludopédagogique peut aussi permettre de progresser selon le niveau de connaissance et la régularité de pratique de l’enfant. Gamer en anglais peut être une source de motivation pour l’enfant, et présenter une alternative à un apprentissage plus académique : il n’utilisera pas les mêmes mots et s’exprimera plus librement dans le cadre d’un jeu que lors d’un cours. En outre, travailler son anglais entre amis ou en famille lors d’une partie de jeu instaure une ambiance détendue propice aux rires et aux fous rires tout en progressant !

Aider un enfant à écrire ses propres histoires et poèmes en anglais

Rédiger en anglais nécessité que l’adulte soit suffisamment à l’aise avec la langue pour aider son enfant à se lancer, même si ce n’est pas le parent qui écrit. On peut être capable d’initier quelques mots pour faire comprendre à l’enfant qu’il existe différentes langues que celle qu’il entend au quotidien sans pour autant se sentir capable de l’accompagner dans la version écrite de la langue. L’exercice est intéressant, mais aussi beaucoup plus difficile, cette pratique conviendra mieux à un niveau déjà avancé.

Choisir d’opter pour des cours d’anglais en ligne

La régularité de la pratique et de l’écoute d’une langue faisant partie intégrante de la réussite de son apprentissage, l’une des façons d’être assidu pour un enfant peut être de l’abonner à des cours en ligne dont la méthode se fonde sur 10 à 15 minutes par jour pour le motiver et ne pas rajouter un cours d’une heure après une journée d’école et de devoirs à la maison. Encore une fois, l’aspect ludique est bien souvent la clef de l’apprentissage chez les enfants.

Les DVD d’anglais : une façon ludique pour apprendre une langue

Plus traditionnels que les cours en ligne mais plus « XXe siècle » aussi, les DVD restent une bonne méthode pour apprendre à son rythme.

And last but not the least, si l’enfant pratique une activité sportive ou est fan d’une équipe, cela peut également constituer une base de discussion en anglais autour du football, par exemple, qui lui permettra de s’exprimer en anglais autour d’une passion. Cela pourra le motiver à apprendre du vocabulaire pour être capable de parler de son équipe en anglais ou apprendre des chants comme You’re never walk alone !

Anne Vaneson-Bigorgne



NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants