Une « éducation numérique » à l’école primaire



Mieux équiper les écoles pour développer les usages en classe des technologies de l’information et de la communication

Le contexte
Si la plupart des élèves ont aujourd’hui accès aux ordinateurs et à internet, il est indispensable que l’école joue son rôle éducatif et n’abandonne pas ce domaine à la société et au groupe de pairs. Tous les élèves doivent recevoir une « éducation numérique ». A l’école primaire, là où tout se joue, les élèves doivent apprendre le bon usage des technologies de l’information et de la communication sous l’égide d’un enseignant compétent, c’est-à-dire formés aux T.I.C.E.

En outre, l’école ne peut pas être coupée des évolutions profondes de la société, sous peine de perdre sa légitimité auprès de nombre de ses publics.
Les T.I.C.E sont aussi un outil indispensable pour faciliter les apprentissages et le travail des enseignants.
Pour ces raisons, la maîtrise des technologies usuelles de l’information et de la communication est l’une des sept composantes du socle commun de connaissances et de compétences. L’Education nationale a donc l’obligation de former et d’évaluer tous les élèves des écoles primaires dans ce domaine.
Mais, si tous les élèves doivent avoir acquis les connaissances, capacités et attitudes exigées par le B2i école (brevet informatique et internet) en fin de cycle 3, force est de constater qu’un très grand nombre d’écoles ne sont toujours pas en mesure d’assurer cette obligation.
L’audit de modernisation sur le rôle des TICE dans la modernisation du système éducatif, publié au printemps 2007, a relevé que le premier degré était le « parent pauvre » pour les équipements.

L’école primaire, avec un ordinateur pour 12,5 élèves, est en retard :
– par rapport aux autres niveaux d’enseignement (8,5 pour le collège et 5 pour le lycée) qui disposent d’un acteur local puissant et unique (problèmes des communes rurales, de la petite taille des établissements notamment)
– par rapport aux autres écoles européennes (un ordinateur pour 10,5 écoliers).
De plus, on observe de fortes disparités entre les écoles et le matériel, de façon générale, est très hétérogène voire vétuste, ce qui rend sa fiabilité plus aléatoire.
Vis-à-vis des parents comme des collectivités locales qui attendent de l’Education nationale qu’elle accompagne le développement des équipements et rende effective leur utilisation, l’action du ministère en faveur de la généralisation des usages des T.I.C.E doit se renforcer.
Les objectifs

Les objectifs généraux de l’action du ministère de l’Education nationale pour le 1er degré sont les suivants :
Amener 100% des élèves du 1er degré au niveau du B2i d’ici 2010
Développer les usages des T.I.C.E pour les apprentissages fondamentaux
Développer les usages des T.I.C.E autour de l’apprentissage de l’anglais
Parvenir à un ordinateur pour 10 écoliers en moyenne d’ici 2010
Pour créer les conditions nécessaires à leur réalisation, le ministère de l’Education nationale lance un plan d’équipement des écoles pour 2008 qui se décompose en deux grandes actions.
1) L’équipement de 1000 écoles à la rentrée 2008 avec des solutions de visioconférences permettant aux élèves de dialoguer avec un locuteur natif de langue anglaise.
2) Le lancement d’un plan d’équipement numérique des écoles au printemps 2008.

PREMIERE OPERATION :
L’équipement de 1000 écoles en visioconférences pour l’apprentissage de l’anglais à la rentrée 2008

Objectif
Le ministère de l’Education nationale souhaite impulser l’usage de la visioconférence pour faciliter l’apprentissage de l’anglais. La mise en place des dispositifs technique et pédagogique adéquats doit permettre de créer des situations de communication réelle avec un interlocuteur de langue maternelle anglaise.
L’opération d’impulsion, soutenue par le ministère, vise à équiper 1000 écoles primaires à la rentrée 2008.

L’opération et son calendrier
L’opération se déroulera en deux phases.
– Phase 1 : identification de 20 projets-pilotes reflétant toute la diversité des solutions pédagogiques et techniques qui pourraient être proposées aux écoles et aux collectivités locales (communes et E.P.C.I). Ces 20 projets-pilotes seront déterminés en janvier 2008 à l’issue d’un appel à propositions dont le lancement a lieu la semaine d’Educatice. Ces projets-pilotes seront sélectionnés de préférence parmi les écoles qui ont déjà une certaine pratique de l’enseignement des langues à l’aide des T.I.C.E, de façon à expérimenter rapidement les solutions et à en évaluer les usages pédagogiques et les caractéristiques (technique, économique, etc.). Les projets-pilotes serviront ensuite de modèles possibles pour les projets de la seconde phase.
– Phase 2 : lancement d’un appel à proposition au printemps pour sélectionner les 980 autres écoles qui bénéficieront du soutien de l’Education nationale pour s’équiper en solution de visioconférence. Les résultats de cette sélection seront publiés avant l’été 2008.
Les caractéristiques des projets soumis à la sélection
Tous les projets devront associer dispositifs techniques et pédagogiques (en particulier, un ou des locuteurs de langue anglaise pour dialoguer en mode synchrone parfaite avec les élèves).
Ils seront présentés par les académies et devront s’appuyer sur un accord passé entre la collectivité et l’inspection académique précisant les engagements respectifs de chacun des partenaires.
Le ministère de l’Education nationale, par l’intermédiaire notamment des équipes académiques placées auprès du conseiller T.I.C.E du recteur, offrira une assistance technique au montage des projets.
Les critères de sélection des projets porteront notamment sur le projet pédagogique, l’expérience en matière d’enseignement des langues, la mise en œuvre et l’accompagnement pédagogiques, le dispositif d’évaluation prévue.
La sélection sera effectuée par une commission réunissant les différents acteurs de l’Education nationale (Inspection générale, direction générale de l’enseignement scolaire, sous-direction des T.I.C.E, inspecteurs de l’éducation nationale, conseillers du recteur pour les T.I.C.E).

DEUXIEME OPERATION :

Un plan national d’équipement numérique des écoles pour la rentrée 2008

Objectifs et calendrier
Rattraper le retard d’équipement des écoles primaires en lançant un plan d’équipement numérique sur 3 ans afin de développer les usages des T.I.C.E.
Permettre à toutes les écoles d’assurer la formation et l’évaluation liées aux compétences B2i.
Un appel à propositions serait lancé au printemps auprès des collectivités locales.
Deux volets composent ce plan d’équipement
1er volet : doter chaque école de l’équipement numérique de base
Cet équipement de base comprendrait un accès internet de qualité et en haut débit, une mise en réseau des équipements de l’école seule à même de développer les usages et la validation du B2i, des ordinateurs en nombre suffisant (un pour dix élèves en moyenne) et une sécurisation totale des accès internet.

2ème volet : développer les « classes numériques nomades »
Une classe numérique nomade comprend une classe mobile (10 portables et une connexion Wifi), un vidéoprojecteur, un dispositif de sonorisation et un tableau blanc interactif.
Elle permet de répartir les équipements sur plusieurs classes, voire écoles, en privilégiant celles qui en ont vraiment l’usage pédagogique et évite ainsi les équipements sous-utilisés.
Un objectif de déploiement pourrait être d’avoir d’ici 2010 une classe numérique nomade pour une trentaine de classes, ce qui représente 7 000 équipements de ce type.

Xavier Darcos, 22/11/2007
© www.education.gouv.fr – M.E.N.

Source: Ministère de l’Education Nationale




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants