Traumatisme de la vie courante : les chiffres qui font malrnrn



L’Institut de veille sanitaire (InVS) a publié en octobre dernier, dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire, une série de résultats sur la mortalité par accidents de la vie courante (acVC).

l’institut rappelle que ces traumatismes non intentionnels ne sont, ni des accidents du travail, ni des accidents de la circulation. Ils surviennent à la maison ou dans ses abords immédiats, dans des espaces collectifs (magasins, trottoirs) ou lors d’une activité sportive ou de loisir.
les données analysées par l’InVS proviennent d’une base nationale élaborée à partir des certificats de décès centralisés par l’Inserm, entre 2000 et 2004. Résultats : 18 548 décès par acVC ont été enregistrés en 2004, soit une baisse de 16 % par rapport à 2000, la part de ces traumatismes dans la mortalité globale étant de 3,6 %.

Chez les enfants, les acVC demeurent la première cause de mortalité et sont responsables d’un décès sur cinq pour les moins de quatre ans (133 décès sur 636) et d’un sur neuf pour les
5-14 ans, avec 92 décès sur 800. On note néanmoins, dans la période étudiée, une baisse de
23 % de la mortalité infantile, en raison notamment de la diminution du nombre de noyades
et d’accidents par le feu. un progrès qui peut également s’expliquer par les campagnes de
prévention et les efforts de réglementation sur les produits de puériculture et les jouets.

(…)

Globalement, 18500 décès dus à des accidents de la vie courante.
– 1ère cause de décès des enfants de moins de 4 ans
– Plus de 9000 décès causés par des chutes
– 75% des chutes mortelles concernant les plus de 75 ans

Source: Commission de la Sécurité des Consommateurs




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !