Traitement médiatique du programme Vivons en Forme :10 raisons de s’élever contre la caricature et l’amalgame



L’investigation journalistique est un des piliers de notre démocratie. Pourtant lorsqu’elle dévoie sa mission pour franchir la ligne de la caricature et de l’amalgame, elle ne rend plus service aux citoyens qu’elle prétend éclairer, bien au contraire Et lorsque la caricature porte sur une cause de santé publique aussi importante que la lutte contre le surpoids et l’obésité des enfants, on ne peut que réagir vivement !

Vendredi dernier, dans un programme de télévision, le programme Vivons en Forme (ex EPODE), que l’association FLVS présidée par le Pr Monique Romon a depuis 8 ans la responsabilité de développer en collaboration étroite avec 250 communes en France, a été dénigré dans des proportions qui sont inacceptables :
Pourquoi laisser croire que les partenaires privés du programme peuvent à loisir manipuler ses acteurs et en particulier s’inviter dans les écoles à travers les ateliers d’éducation à l’équilibre alimentaire ?

Pourquoi laisser croire que les villes partenaires commencent elles-mêmes à douter en focalisant l’attention sur la seule ville pilote qui a quitté le programme et oublier de rajouter que des centaines de communes l’ont rejoint dans les 5 dernières années ?

Aussi, et parce qu’il n’est pas acceptable de laisser dire n’importe quoi quand tant de bénévoles donnent autant d’énergie et de bonne volonté pour une cause qui est juste, est-il bon de rappeler 10 points essentiels sur ce qui fait de Vivons en Forme une démarche unique qui ne mérite pas qu’on la dénigre :

1 Vivons en Forme est un programme conforme aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (Stratégie Mondiale pour l’Alimentation et l’Exercice physique, adoptée par les états membres en 2004 – whqlibdoc.who.int/publications/2004/9242592226_fre.pdf), et pleinement cohérent avec les objectifs et les orientations du Programme National Nutrition Santé (PNNS).

2 L’association FLVS, pilote du programme et basée à Roubaix au cœur des bassins des populations les plus touchées par le surpoids et l’obésité, est gérée par un conseil d’administration et un bureau composés de bénévoles indépendants,

3 La transparence est au cœur de la gouvernance de l’association et les déclarations publiques d’intérêts sont consultables sur son site Web (vivons-en-forme.org),

4 L’action de l’association s’appuie sur l’apport d’un comité d’experts composé de scientifiques indépendants et eux aussi bénévoles

5 Une charte de partenariat, disponible elle aussi sur le site vivons-en-forme.org, signée par l’ensemble des partenaires privés, définit très clairement, strictement et en toute transparence la nature et la limite de leur contribution :

– Les partenaires privés n’interviennent pas dans la mise en œuvre du programme,
– Ils ne peuvent communiquer sur le soutien apporté au programme que dans le cadre de leur communication institutionnelle,

6 Lancé par 10 villes pilotes en 2004, le programme réunit aujourd’hui plus de 250 communes mobilisées avec autant d’élus et de référents, les chefs de projet, chef d’orchestre locaux travaillant au quotidien pour mobiliser les relais utiles et aider les familles à adopter des comportements plus favorables à la santé. Ces communes financent sur leur budget propre les équipes dédiées, les actions et les activités menées, soucieuses de prendre part à la mise en œuvre de solutions durables à ce problème majeur de santé publique.

7 Tous les ans, des milliers d’actions et de projets sur l’alimentation et l’activité physique sont mis en place pour sensibiliser et accompagner les familles dans leur quotidien. Des exemples peuvent être visionnés en suivant ce lien : www.vivons-en-forme.org/medias/videos/,

8 L’amélioration de l’efficacité du programme est basée sur une capacité d’innovation permanente, visant à mieux comprendre les barrières au changement de comportement et trouver des solutions concrètes et actionnables,

9 Le programme est basé sur une expérience acquise depuis 20 ans en matière de prévention santé axée sur l’alimentation et l’activité physique,

10 Une évaluation externe du travail de la coordination du Programme finit actuellement d’être menée par le cabinet indépendant Ernst and Young. Le rapport final sera publié à la mi-juillet sur le site Web du programme.

L’association FLVS s’élève donc avec la plus grande véhémence contre les accusions de manipulation par l’industrie agro-alimentaire qui sont proférées sans preuve. Elle continuera à mener son action sur le terrain, avec le soutien des élus et chefs de projets, mais aussi avec celui de partenaires privés qui ont choisi de soutenir financièrement et dans le temps cette démarche essentielle pour la santé publique.

« Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé »
www.mangerbouger.fr




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !