Traitement des symptômes de la ménopause : l’hormonothérapie



Avant l’arrivée du tamoxifène, l’hormonothérapie disponible comprenait la suppression de la fonction ovarienne, par chirurgie ou radiothérapie chez la femme pré-ménopausée, des progestatifs, des androgènes et des œstrogènes à fortes doses chez la femme ménopausée. Les femmes présentent des nombreux symptômes pour annoncer la ménopause. Les symptômes les plus courants sont : bouffées de chaleur, troubles du sommeil, dépression et infections urinaires. Ces femmes devraient recevoir beaucoup plus souvent une thérapie hormonale efficace et adaptée à leurs besoins. Selon les experts, l’hormonothérapie n’augmente généralement pas le risque de cancer du sein.

La ménopause : qu’est-ce que c’est et comment diminuer son impact ?

La ménopause, également appelée climatère, est la deuxième phase hormonale de la vie d’une femme après la puberté. Les femmes signalent souvent des bouffées de chaleur, des sueurs et des troubles du sommeil à l’arrivée marque l’arrivée de la ménopause. Cependant, les symptômes plus graves se marquent par la dépression, l’infection urinaire récurrentes, les douleurs musculaires et une baisse générale des performances sexuelles. Selon l’expert, ces symptômes peuvent souvent être très bien traités par l’hormonothérapie. Des médicaments psychiatriques sont souvent prescrits pour les troubles du sommeil et les sautes d’humeur. Cependant, au lieu de compenser la carence en œstrogènes, ce traitement reste uniquement au niveau des symptômes. Les experts admettent désormais que l’hormonothérapie stoppe le risque de cancer du sein. Le dosage de l’hormonothérapie, l’activité physique, le poids et les facteurs génétiques jouent un rôle très important pour la santé d’une femme. Avant, les femmes ont eu peur de l’hormonothérapie et n’osaient pas l’essayer. Les médecins prescrivaient alors des antidépresseurs, des somnifères ou des substances alternatives pour diminuer l’impact des symptômes de ménopause.

Pourquoi les femmes craignent l’hormonothérapie ?

De nombreuses femmes ont des craintes concernant l’hormonothérapie. Ces craintes remontent aux résultats d’une étude. Cette étude a examiné les effets de l’hormonothérapie sur la santé des femmes. Au total, 16 000 femmes y ont participé et la moitié d’entre elles ont reçu une thérapie hormonale, l’autre moitié n’en a pas reçu. Après cinq ans, l’étude a été interrompue en raison d’une augmentation du taux de cancer du sein, de thromboses, d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques dans le groupe d’étude qui avait reçu des hormones. Lors de l’interprétation des données, il n’a pas été tenu compte du fait que l’âge moyen des femmes de cette étude était de 63 ans. C’était bien plus élevé que l’âge moyen des femmes à l’âge habituel de la ménopause qui devrait tourner autour de 50 ans. En outre, les participantes étaient en moyennes obèses et souffraient de maladies métaboliques telles que le diabète, de troubles du métabolisme des lipides et d’une pression artérielle élevée. Cependant, les critiques sur la conception et les résultats de l’étude, qui ont été exprimées à un stade précoce, n’ont pas été entendues. Les médias ont repris les données et ont diffusés le message selon lequel l’hormonothérapie de la ménopause est dangereuse.

L’hormonothérapie, est-elle une thérapie efficace contre la ménopause ?

La prescription d’hormones a diminué de 80 % après la publication de l’étude. D’autre part, la consommation d’antidépresseurs, de somnifères et d’une abondance de substances de substitution non autorisées est montée en flèche. Des millions de femmes ont été privées d’un traitement sensé et très efficace pour les plaintes de la ménopause. L’hormonothérapie précoce de la ménopause est efficace. En effet, non seulement, elle traite efficacement les symptômes, mais elle a aussi un effet positif sur le système cardiovasculaire et le taux de mortalité. En outre, l’œstrogénothérapie seule administrée aux femmes qui n’ont plus d’utérus semble réduire le risque de cancer du sein. Pour les symptômes de la ménopause, certaines femmes peuvent également bénéficier de méthodes alternatives telles que le Q i total, le Yoga ou le Taï chi. Toutefois, si le niveau de souffrance est élevé et que la qualité de vie est affectée, les femmes devraient parler de l’hormonothérapie à leur médecin traitant.

L’hormonothérapie est destinée à quel genre de femme ?

En principe, l’hormonothérapie à la ménopause a également des effets positifs bien documentés sur les os. Le fait qu’une femme bénéficie d’une thérapie hormonale effectuée au cours de la 6e décennie de sa vie ne produit pas la maladie de l’ostéoporose. Cependant, malgré toutes ces nouvelles données bien documentées, cette thérapie ne devrait pas être proposée à nouveau à toutes les femmes en général, et il convient de noter que de nombreuses femmes peuvent vivre cette phase de leur vie de manière satisfaisante même sans hormonothérapie. Les risques liés à l’hormonothérapie ne doivent pas être ignorés. Par exemple, il existe un risque légèrement accru de thrombose sous thérapie hormonale qui peut être minimisé par une forme d’application appropriée. Il est important de discuter avec le médecin de la durée de la thérapie. Cinq ans d’hormonothérapie est la bonne période compte tenu des risques possibles. Il est également important que cette thérapie soit ensuite interrompue et que le patient soit accompagné. Le risque de cancer du sein a beaucoup à voir avec le surpoids, le manque d’exercice et la prédisposition héréditaire. Les femmes devraient y prêter attention et profiter également des examens réguliers de détection précoce du cancer du sein.

Quelles conclusions en tirer ?

1. Il n’y a pas d’urgence à prendre un THS. Pour beaucoup de femmes, les symptômes types bouffées de chaleur disparaissent au bout de quelques mois, ou même sont absents. Et, en tout état de cause, une femme qui ne souffre de rien n’a aucune obligation à prendre un THS.

2. Si les symptômes sont très gênants, la prise d’un THS pendant 5 ans élève très peu le risque de cancer du sein, moins qu’une prise de poids importante.

3. Au-delà de 5 ans de traitement ou après 58-60 ans, ce n’est pas le risque de cancer qui prédomine, mais le risque d’accident vasculaire : infarctus du myocarde : crise cardiaque ou attaque. Et c’est ce qui justifie d’arrêter progressivement le THS, surtout si la patiente a des antécédents familiaux d’accidents cardiaques précoces avant 50 ans, si elle a fumé, si elle est obèse, diabétique ou souffre d’hypertension. Dans tous ces cas, le THS fait courir de grands dangers connus : vasculaires et inconnus ou soupçonnés : aggravation d’un cancer préexistant, troubles cognitifs.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants