Quelle contraception chosiir ?



Bien qu’elles aient davantage accès à l’information, les jeunes femmes se méfient encore des méthodes contraceptives modernes telles que l’anneau vaginal.

Pendant longtemps, la sexualité a été un sujet restreint dans l’univers des femmes. Si à certains moments, la figure sexuelle féminine était divinisée par la capacité à donner naissance à d’autres moments, une vision moins romancée était en vigueur, selon laquelle le plaisir sexuel était réservé à l’homme. Pour la femme, le sexe reste un moyen de remplir son rôle dans la perpétuation de l’espèce. Cette vision machiste a isolé la femme d’une fonction naturelle du corps, le plaisir, pour la concentrer uniquement sur la maternité. Ceux qui s’aventuraient à profiter de ce sentiment étaient mal exprimés. Une sorte de punition morale. Par conséquent, l’un des seuls sujets abordés plus ouvertement et avec moins de préjugés est celui des méthodes de contraception. Comme elles ne servent pas le plaisir mais la prévention, se préoccuper des moyens de ne pas tomber enceinte est devenu une tâche presque exclusivement féminine. Mais la question pourquoi les femmes ont de méfiance contraceptif ?

Le débat de la contraception féminine 

Bien que les femmes soient aujourd’hui mieux représentées socialement et assument de multiples rôles en tant que chefs de famille, professionnelles et mères, elles portent encore pratiquement seules le fardeau du contrôle des naissances. En mai 2012, la pilule contraceptive a eu 50 ans et il est possible de constater que l’évolution des technologies contraceptives a évolué dans le même sens que les préférences et les comportements des femmes de certains temps.

Un docteur en médecine répond aux questions sur la pilule du lendemain

Selon une enquête, les femmes de la génération Y (nées après 1965) ont tendance à rechercher des méthodes contraceptives qui s’adaptent mieux à leur routine chargée et épousent leurs priorités actuelles plus axées sur la vie professionnelle. Ils recherchent donc des options qui nécessitent des interventions plus sporadiques, demandent moins de travail et ont moins d’effets secondaires. Certain professeur adjoint du département d’obstétrique de l’Escola Paulista de Medicina, explique que les pilules contraceptives, composées d’œstrogènes et de progestérone (hormones qui empêchent l’ovulation), ont évolué et ont commencé à avoir une charge hormonale moindre que les anciennes, tout en conservant la même efficacité.

Des hormones à effet diurétique ont également été ajoutées – qui minimisent le gonflement menstruel et d’autres capables d’améliorer la texture des cheveux, d’apaiser les problèmes de peau tels que l’acné, et de soulager l’irritabilité et les coliques, symptômes courants du SPM (tension prémenstruelle), ce qui soulage certaines des principales plaintes des femmes.

La contraception au-delà de la pilule

Les options impliquant des technologies plus avancées permettent un intervalle plus long entre une dose et une autre, réduisant ainsi le risque d’oubli. C’est le cas des anneaux contraceptifs en silicone, introduits dans le canal vaginal le premier jour des menstruations et remplacés tous les sept jours, des patchs contraceptifs, qui peuvent également être collés sur le bras, le dos ou l’aine le premier jour des menstruations et changés une fois par semaine et des injections appliquées tous les mois. Pour les femmes qui ne veulent pas tomber enceintes dans un avenir proche, un professeur de psychiatrie et coordinatrice des études sur la sexualité à l’USP, suggère des méthodes plus stables, comme le stérilet. « Bien que ce ne soit pas une nouvelle option, elle dure plus longtemps que les versions modernes. Son enlèvement est plus laborieux et nécessite une intervention médicale, mais il offre un confort et évite les oublis ».

À l’époque, à l’âge de 26 ans et sans grand accès à l’information, sur proposition de son gynécologue, la jeune femme a opté pour la stérilisation, une méthode dans laquelle les ligaments des trompes utérines, le canal où l’ovule et le sperme se rencontrent, sont rompus. Le processus est réversible et les tubas peuvent être rallumés, mais dans ces cas-là, les chances de tomber enceinte diminuent d’environ 30 %. 

Les contraceptifs depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours

« On voulait à nouveau avoir un enfant, mais ce serait un très gros travail de passer par une chirurgie inverse en échange d’une très faible chance de tomber enceinte. J’ai donc abandonné l’idée », selon l’explication d’une femme.

Aujourd’hui, à 42 ans, une mère de famille joue le rôle de grand-mère et pense qu’elle aurait pris une décision différente à l’époque, si son gynécologue avait montré d’autres options contraceptives aussi efficaces que le laquage, mais avec une plus grande chance de renversement. Pour le médecin, les patients choisissent les anciennes méthodes parce qu’ils pensent que les nouvelles ne correspondent pas à son profil, puisque de nombreux médecins ne les suggèrent même pas. « Les gynécologues devraient jouer un rôle plus actif dans l’information sur les méthodes contraceptives afin de répondre aux besoins actuels des femmes brésiliennes », dit-elle. Confirmant cette hypothèse, les données de l’Ibope montrent que, malgré un meilleur accès à l’information, les jeunes femmes finissent par opter pour des contraceptifs plus anciens. Comme ils ne connaissent pas les nouvelles méthodes, 68 patients continuent à choisir les pilules hormonales, alors que 28 seulement choisissent l’injection.

Outre le manque de connaissances, il existe également une méfiance à l’égard de certains nouveaux médicaments : 24 personnes interrogées n’ont pas confiance dans l’efficacité des patchs et 12 % dans l’anneau vaginal. Un médecin explique que c’est une grave erreur, car les nouvelles méthodes sont aussi ou plus efficaces que les méthodes traditionnelles. « L’anneau, par exemple, empêche la grossesse même avec des taux d’hormones plus faibles que la pilule, car le canal vaginal a une capacité d’absorption beaucoup plus grande que la voie orale ».

Ceux qui pensent que les méthodes contraceptives sont des créations récentes se trompent. Bien qu’il s’agisse d’un sujet controversé pour certaines cultures et religions, les procédures de contrôle des naissances ont été étudiées depuis l’époque de la Grèce et de l’Égypte antiques. Les premières méthodes ont été découvertes et enregistrées par le père de la médecine, Hippocrate de Chios, entre 460 avant J.-C. et 377 avant J.-C. en Grèce. Le philosophe a découvert que la graine de carotte sauvage avait une efficacité contraceptive. L’utilisation de techniques contraceptives est devenue si fréquente dans la vie quotidienne à cette époque que l’historien Polybio a enregistré une baisse des taux de natalité dans la région méditerranéenne au IIe siècle avant J.-C.

L’utilisation de la préservatif, les pilules contraceptifs et le stérilet sont les classiques des méthodes contraceptives adopté par les femmes. Certain des méthodes peuvent avoir des effets sur le corps, la morphologie (prise de poids) mais ne représente pas de risque pour la santé. Cependant, le choix de la méthode à utiliser ne revient pas à la femme seulement mais au couple. Ensemble, ils pourront prendre consciences des effets secondaires si jamais la femme présente une intolérance. 

Dans les pays développés, la sensibilisation à l’utilisation des méthodes contraceptives est favorisé, dans le but d’atteindre une stabilité démogrphique. Les jeunes peuvent y avoir recours à partir du moment où elles entrent dans le monde de la sexualité. Par contre, dans les pays en voie de développement, il est déconseillé de le faire avant la première naissance. Les enfants sont considéré comme le plus grande iples des richesses donc avoir beaucoup d’enfants est signe d’une très grande richesse.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants