Que faut-il savoir sur le traitement hormonal du cancer du sein ?



L’objectif du traitement hormonal du cancer du sein est d’empêcher les œstrogènes de se lier à leurs récepteurs, favorisant ainsi la reproduction des cellules mammaires cancéreuses. Les glandes mammaires sont très sensibles à l’action des hormones sexuelles. Lorsque la fille atteint la puberté, ces glandes se développent parce que les ovaires libèrent de grandes quantités d’œstrogènes et de progestérone dans la circulation. Pour une raison similaire, les hormones féminines font pousser les seins des hommes. L’œstrogène et la progestérone exercent leur action sur le tissu mammaire en se liant à des molécules situées dans le noyau des cellules, appelées récepteurs. La liaison des molécules d’œstrogène et de progestérone à ces récepteurs contrôlera la multiplication des cellules dans les glandes mammaires pour répondre aux exigences de la vie sexuelle et reproductive.

Immunohistochimie

La transformation maligne désorganise la structure cellulaire de telle sorte que les récepteurs d’œstrogènes et de progestérone peuvent diminuer en nombre ou même disparaître du noyau. Sur quatre patients, trois auront des tumeurs à récepteurs positifs et un sera négatif. Lorsqu’il opère ces femmes, le médecin prélève des échantillons de tissu tumoral et les envoie à l’examen immunohistochimique afin que le pathologiste teigne le matériel avec des colorants spéciaux pour vérifier si les récepteurs hormonaux sont présents ou absents. Il y a trois résultats possibles : les deux récepteurs sont présents (ER-positif et PR-positif), un seul d’entre eux est présent (ER-positif et PR-négatif ou vice versa), ou aucun d’entre eux n’est présent (ER-négatif et PR-négatif).

Implications du traitement

Il y a plus de cent ans, la rémission des tumeurs mammaires disséminées a été décrite pour la première fois par l’ablation chirurgicale des ovaires (ovariectomie) de patientes qui avaient encore leurs règles. Depuis lors, de multiples tentatives ont été faites pour traiter les cas de cancer du sein par des manipulations hormonales. Les résultats obtenus au cours des 30 dernières années ont permis de tirer les conclusions suivantes : plus la positivité des récepteurs est intense, plus les chances de réponse sont grandes. Le traitement hormonal n’est pas indiqué lorsque les deux sont négatifs, car la probabilité de réponse est inférieure à 10 %. Les patients dont au moins un des récepteurs est positif ont de meilleures chances de guérison lorsque, après l’opération, ils reçoivent un traitement hormonal (hormonothérapie adjuvante) pendant cinq ans. Les patients présentant des tumeurs avancées localement, avec une positivité d’au moins un des récepteurs, lorsqu’ils sont soumis à une hormonothérapie, peuvent connaître une réduction de la masse tumorale au point de devenir des candidats à des interventions chirurgicales beaucoup moins importantes. En cas de maladie avancée, le traitement hormonal peut induire des rémissions plus durables que la chimiothérapie, avec beaucoup moins d’effets secondaires. Elle devrait donc être indiquée comme la première option, sauf dans les situations où il existe un risque de décès à court terme, car la réponse à la manipulation hormonale est plus lente que celle aux agents chimio-thérapeutiques. Tant que la présentation d’une maladie métastatique n’est pas grave au point de menacer la vie à court terme, l’hormonothérapie doit être proposée comme traitement initial.

Hormonothérapie adjuvante

Commencée peu après l’opération, l’hormonothérapie adjuvante maintenue pendant au moins 5 ans est le traitement de choix pour presque tous les patients dont les récepteurs hormonaux sont positifs. Dans les années 1990, une analyse (EBCTCG) a été publiée, qui visait à évaluer les études menées avec le tamoxifène chez plus de 37 000 femmes opérées pour un cancer du sein (méta-analyse). Les résultats ont montré que l’hormonothérapie adjuvante au tamoxifène réduit en moyenne 47 récidives de la maladie et 26 décès. Le traitement hormonal adjuvant doit être indiqué en fonction de la phase de reproduction. Les conclusions ci-dessous ont été tirées d’études portant sur plus de 100 000 femmes atteintes d’un cancer du sein localisé. Avant la ménopause, l’ovariectomie chirurgicale qui induit une ménopause définitive ou l’ovariectomie chimique avec des médicaments qui suspendent les menstruations tout en étant administrés. L’administration de tamoxifène pendant une période plus ou moins longue compromet partiellement les résultats du traitement. Après la ménopause, le létrozol, l’anastrazol ou l’exémestane administrés pendant 5 ans et comparés au tamoxifène pendant la même période entraînent une plus grande réduction de l’incidence des métastases, d’un nouveau cancer dans le sein opposé et de l’indice de guérison. Les patients qui, après avoir reçu du tamoxifène pendant 2 ou 3 ans, commencent à prendre du létrozole, ont moins de rechutes et une survie accrue par rapport à ceux qui ont continué à recevoir du tamoxifène jusqu’à l’âge de 5 ans. Les patients qui, après 5 ans de traitement au tamoxifène, reçoivent 5 années supplémentaires de létrozole, ont moins de rechutes locales, de maladies métastatiques et de cancer du sein opposé que ceux qui ne sont pas traités après le tamoxifène. La longue durée du traitement signifie qu’il n’est indiqué que dans les situations où le risque de propagation est plus élevé. Plusieurs auteurs proposent que les femmes ménopausées qui ont subi une intervention chirurgicale pour des tumeurs aux caractéristiques plus agressives commencent une hormonothérapie adjuvante déjà avec des inhibiteurs de l’aromatase, pour optimiser les résultats. Ils sont contre l’administration de tamoxifène pendant les deux premières années, car de nombreuses rechutes peuvent déjà se produire pendant cette période, alors qu’elles sont sous l’action d’un médicament moins efficace.

Hormonothérapie néo-adjuvante

Il s’agit du traitement indiqué avant l’intervention chirurgicale dans le cas de tumeurs localement avancées. À ce stade, le traitement hormonal a deux fonctions : tester « in vivo » l’efficacité du traitement et réduire la taille de la tumeur en créant la possibilité d’interventions chirurgicales plus conservatrices, auparavant impossibles d’un point de vue technique. Avant la ménopause, même chose que pour l’hormonothérapie adjuvante. Après la ménopause, il y a presque un consensus sur l’utilisation des inhibiteurs de l’aromatase comme traitement de première ligne. Dans une comparaison entre le létrozole et le tamoxifène néo-adjuvant, 60 patients qui ont reçu du tamoxifène ont montré une réponse et 48% ont pu effectuer des opérations conservatrices, contre 41 36% respectivement chez ceux qui ont été traités au tamoxifène.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants