Oubli d’enfant dans les véhicules : un dispositif de sécurité à l’étude



Dans un avis rendu fin 2009 sur les oublis d’enfants dans les véhicules automobiles, la CSC demandait aux constructeurs automobiles de rechercher, en liaison avec les fabricants d’articles de puériculture, des dispositifs techniques d’alerte et aux pouvoirs publics de lancer des campagnes de prévention sur ce risque. Elle invitait également les responsables de grands magasins, de centres commerciaux et les exploitants de parcs de stationnement, à installer sur les parkings des pancartes invitants les conducteurs à vérifier qu’ils ne laissent personne dans leur véhicule et leur rappelant les risques liés à l’augmentation de température dans les voitures stationnées au soleil.

Suite à un nouveau drame, Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la famille et de la solidarité, a réuni, le 24 juin dernier, un groupe de travail pour étudier des dispositifs techniques « anti-oubli » les moins onéreux et les plus efficaces.

Cette première réunion s’est tenue au ministère et a rassemblé des constructeurs automobiles, des fédérations professionnelles, des constructeurs d’alarmes ainsi que la CSC. Un consensus s’est dégagé pour examiner la faisabilité d’un système simple qui pourrait être intégré aux sièges ou rehausseurs pour enfant. Des solutions technologiques fiables devraient être présentées avant la fin de l’année 2010.

En attendant, les conducteurs doivent être attentifs aux signes de fatigue, de stress, ou aux oublis mineurs qui en découlent. Ce sont autant de signes d’alerte qui doivent faire prendre conscience de prises de risque pour soi-même et pour autrui. A l’issue de tout déplacement en voiture, il faut prendre l’habitude, de jour comme de nuit, de parcourir du regard l’ensemble de l’habitacle et en particulier les places arrière avant de quitter le véhicule. Les parents doivent demander à être contactés au plus tôt par les professionnels de la petite enfance ou par les enseignants, dès lors qu’ils constatent l’absence imprévue de l’un des enfants, qu’ils auraient dû prendre en charge.

Par précaution, en cas de transport occasionnel ou régulier d’un enfant, les parents peuvent créer des « pense-bêtes » personnels, qui leur permettent d’éviter d’oublier l’enfant sur le siège arrière du véhicule, en laissant par exemple un sac à main à l’arrière de la voiture ou en programmant une alerte sur un téléphone portable.

Il est également possible de s’équiper de dispositifs techniques d’alerte faisant office de « pensebêtes », en vérifiant à chaque voyage leur activation et leur fonctionnement et en les entretenant régulièrement. Enfin, la CSC recommande à chacun d’intervenir sans délai lorsqu’il découvre un jeune enfant laissé seul dans une voiture en avertissant les autorités, les services de surveillance ou de secours les plus proches.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !