Novartis – Les adolescents insuffisamment vaccinés contre la méningite C.



Estimée à 20 %, la couverture vaccinale contre les méningites à méningocoque C chez les adolescents reste largement insuffisante

La Semaine européenne de la vaccination est l’occasion de remettre l’accent sur l’importance de la prévention des méningites à méningocoque, dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Cette maladie, soudaine et imprévisible, affecte des personnes en parfaite santé et s’avère fatale dans près de 10 % des cas. Par ailleurs, 10 % à 20 % des survivants à une méningite à méningocoque souffrent de séquelles permanentes, telles que des lésions cérébrales, une perte de l’audition ou des difficultés d’apprentissage1.

La méningite à méningocoque touche en premier lieu les nourrissons et les jeunes enfants de 1 à 5 ans ; mais il existe un deuxième pic de fréquence chez les adolescents et les jeunes adultes2. Ce sont eux qui sont ensuite les plus exposés en raison de leurs modes de vie. En effet, la vie en communauté, les conditions de promiscuité (concerts, discothèques et bars), les contacts rapprochés avec des porteurs sains du germe et le tabagisme constituent autant de facteurs de risque à l’acquisition de la maladie3.

Si les moyens de prévention contre la méningite à méningocoque B (la plus fréquente en France) sont aujourd’hui limités, les autres formes de méningites à méningocoque les plus courantes (A, Y, W et surtout C) peuvent être évitées par la vaccination, notamment contre la méningite C qui frappe particulièrement les adolescents.

Le professeur Joël Gaudelus, chef du service de pédiatrie à l’hôpital Jean Verdier à Bondy (93), rappelle que « le schéma vaccinal de la méningite C est simple (1 seule injection). Aujourd’hui, la couverture vaccinale de la méningite C est de 21,3 % chez les 14-15 ans4.
C’est pourquoi il est essentiel que tous, médecins et parents, pensent à favoriser cette vaccination auprès des adolescents. ».

Rappel des recommandations officielles
Depuis 2009, la vaccination anti-méningococcique de type C est recommandée pour toute la population âgée de 1 à 24 ans, selon un schéma vaccinal en une seule dose. Elle est remboursée et inscrite au calendrier vaccinal depuis 2010 dans cette même population.

A noter
– Le mardi 24 avril 2012 se tiendra la 4ème édition de la journée mondiale contre la méningite, sous l’égide de la Confédération des organisations de lutte contre la méningite (CoMO). Site de référence : http://comoonline.org/

Références
1- Centers for Disease Control and Prevention. Epidemiology and Prevention of Vaccine-Preventable
Diseases (The Pink book: Course Textbook)-. 10th Edition, 2nd printing. February 2008
update.Available at: http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/default.htm. Accessed on August 18, 2010
2- Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire – BEH Juillet 2010 – InVs
3- Harrison, L. et al. (2001). Invasive meningococcal disease in adolescents and young adults. Journal of the American Medical Association 2001: 286(6), 694-699.
Available at: http://jama-assn.org/cgi/reprint/286/6/694. Accessed on August 18, 2010
4- Vaccinoscopie : Couverture vaccinale vis-à-vis de la méningite C. Médecine et Enfance 2011 – Volume 31 ; n°5 ; p. 205 à 208

A propos de Novartis Vaccines & Diagnostics
Novartis Vaccins et Diagnostics est une division de Novartis composée de deux entités : Novartis Vaccins et Novartis Diagnostics. Novartis Vaccins est le 5ème fabricant mondial de vaccins et dispose d’un solide portefeuille de vaccins contre les maladies virales et bactériennes ayant un impact majeur sur la santé publique. En France, cette gamme de vaccins couvre trois domaines de prévention : la grippe ; les infections invasives à méningocoque ; les maladies infectieuses liées au voyage. Novartis
Diagnostics commercialise une gamme de réactifs et d’automates qui contribuent à prévenir les infections transfusionnelles dans les centres de dons de sang et les laboratoires.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !