Loi de bioéthique et congélation de l’embryon en Francern



Loi de bioéthique et congélation de l’embryon en France, inquiétude des professionnels 1

Alors que la révision de la loi de bioéthique va débuter, les professionnels de la Médecine et de la Biologie de la Reproduction soulignent les risques que le projet de loi et certains des amendements déjà déposés font peser sur la pratique de la congélation de l’embryon en France.

La congélation rapide de l’ovocyte (vitrification) va probablement être autorisée, et nous nous en réjouissons : elle permettra aux femmes devant subir un traitement stérilisant de préserver leur fertilité et facilitera la gestion du don d’ovocytes.

Cependant, la vitrification ovocytaire ne constitue en aucun cas une alternative à la congélation embryonnaire, ce que certains tentent de faire croire.

La congélation embryonnaire a permis la naissance de milliers d’enfants en bonne santé en France.

Son interdiction ou sa limitation aurait des conséquences désastreuses pour nos patients. L’adoption du modèle italien – où seulement 3 ovocytes peuvent être mis en fécondation et les autres vitrifiés – aurait des effets délétères certains pour les couples pris en charge en assistance médicale à la procréation : diminution des taux de grossesses et augmentation des grossesses multiples avec leurs risques pour la mère et pour l’enfant (transfert obligatoire des embryons si les 3 ovocytes sont fécondés).

Une telle disposition s’avèrerait contraire au droit fondamental des couples, souligné par la Cour Européenne, à bénéficier des meilleurs traitements. Cette considération a conduit le Conseil Constitutionnel italien à assouplir considérablement la loi restrictive votée par le Parlement en 2004, avec pour conséquences immédiates une augmentation du taux de grossesses et une diminution du nombre de grossesses multiples, comme le démontre une récente publication italienne

En conséquence, les sociétés savantes regroupant les cliniciens et biologistes de la reproduction humaine, sont favorables au développement de la vitrification ovocytaire, mais s’opposent à ce que cette technique soit présentée comme une alternative à la congélation embryonnaire, au risque de conduire à son interdiction.

Les Biologistes des Laboratoires d’Étude de la Fécondation et de la Conservation de l’Œuf (BLEFCO)
Contacts :
La présidente : Pr Rachel Lévy : rachel.levy@jvr.aphp.fr
Dr Patrice Clément : clementpat@wanadoo.fr
Pr Jean-François Guérin : jean-francois.guerin@univ-lyon1.fr
Dr Jacqueline Mandelbaum : jacqueline.mandelbaum@tnn.aphp.fr

Les cliniciens de l’AMP (Groupe d’Etude de la FIV en France ou GEFF)
Contact :
La présidente : Dr Joëlle Belaisch-Allart : j.belaischallart@ch4v.fr

Et l’ensemble des Sociétés qui composent la Fédération Française d’Etude de la Reproduction (FFER)
Contact :
Le président : Pr Jean-Marie Grillo : JeanMarie.grillo@ap-hm.fr

Cette société regroupe, outre le GEFF et le BLEFCO, les sociétés suivantes :

Les Centres d’Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme (CECOS)
La Société Française d’Etude de la Fertilité (SFEF)
Le Groupe d’Etude du Don d’Ovocyte (GEDO)
La Société d’Andrologie de Langue Française (SALF)
FIVNAT
La Société de Chirurgie Gynécologique et Pelvienne (SEGP)
L’Association Française d’Urologie (AFU)
Le Groupe d’Etude de la Conservation Ovarienne ou GRECOT

Et le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF)
Pr Jacques Lansac : jacques.lansac@orange.fr




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants