L’International Journal of Astrobiology et l’Astrobiology Magazine de la NASA publient une solution innovante à l’évolution des formes, qui apportent les étapes initiales manquantes dans l’évolution de l’oeuf au squelette humain



L’International Journal of Astrobiology, une revue scientifique de spécialistes éditée par les Presses universitaires de Cambridge, a publié un article intitulé  » L’origine du squelette vertébré  » (The Origin of the Vertebrate Skeleton), rédigé par le Synthetic Life Lab de New York City. Cet article a été reproduit dans l’Astrobiology Magazine, un organe officiel de la NASA. Il décrit l’origine du squelette humain et des formes des principaux os dans des animations séquentielles commençant à l’étape de l’oeuf fécondé. Une reconstruction mathématique recrée les étapes initiales du développement de l’embryon perdues de vue depuis une éternité dans le cadre du processus d’évolution.

L’origine de la vie et son évolution sont probablement les plus grands problèmes non résolus de la science actuelle. Des milliers de scientifiques et des dizaines d’organisations et de journaux scientifiques s’attachent à découvrir les mécanismes sous-jacents à ce mystère. Dans la lettre d’acceptation du journal, le réviseur écrit :  » … cet article devrait être publié, afin qu’un nombre aussi élevé que possible de scientifiques puissent participer à la discussion sur ce sujet important.  » Simon Mitton, éminent scientifique de Cambridge et éditeur en chef de l’IJA, le qualifie de  » concept révolutionnaire « . Mark McMenamin, paléontologue au Mt. Holyoke parle quant à lui « d’évènement sismique dans la science « .

Ce modèle ne se fonde ni sur un code génétique ni sur la sélection naturelle, contredisant ainsi la synthèse néo-darwinienne orthodoxe, le paradigme qui domine la biologie évolutionnaire depuis soixante-dix ans. Il propose au contraire une théorie alternative d’explication de l’origine de la forme naturelle sans recourir au créationnisme ou à toute intervention supranaturelle. S’il devait être accepté, ce modèle irait à l’encontre de l’argument créationniste selon lequel la science ne dispose d’aucune théorie pour l’origine des formes de vie complexes.

Le directeur du laboratoire Stuart Pivar affirme que l’évolution avance en ajoutant des étapes à la fin du développement embryonnaire alors que les étapes initiales disparaissent, un phénomène appelé la condensation. Les embryologistes aujourd’hui travaillent au second acte de cette mystérieuse pièce en deux actes très complexe. Cet article est la publication du premier acte.

Synthetic Life Lab a commencé ses recherches par l’étude de la structure connue de la membrane cellulaire comme une bicouche phospholipide. Les modèles expérimentaux ont conduit à des constructions hypothétiques basées sur la configuration prédite par l’expansion d’une surface bicouche. Cet article décrit les étapes conduisant à une bicouche toroïdale, semblable à l’oeuf vertébré. La rotation de la surface intérieure de la bicouche par rapport à la surface extérieure produit un modèle de génération du squelette vertébré, comportant des détails tels que l’implantation sous-surface du canal chordal et du canal nerveux et le développement des membres. La première étape après la fertilisation en embryologie d’observation, appelée rotation corticale, vient corroborer ce modèle théorique. Les praticiens médicaux, les anatomistes et les paléontologues connaissent par coeur la forme des quelque 200 os du squelette. Mais la science a jusqu’à présent ignoré d’où résulte cette forme. Cet article constitue une ébauche précise concernant la formation du squelette.

La science de l’astrobiologie a été créée par la NASA en 1998, pour étudier l’origine et l’évolution de la vie. Aujourd’hui, des milliers d’astrobiologistes de la NASA dans le monde entier sont engagés dans cette recherche. Pivar explique que le crédit de la découverte du nouveau paradigme de la biologie revient aux nombreux scientifiques et illustrateurs scientifiques qui participent à ce projet depuis plus de dix ans. Une controverse considérable a secoué les milieux, provenant essentiellement de généticiens qui voient leur vieux système de mis à mal par ce nouveau modèle.
Voici un EXTRAIT de l’International Journal of Astrobiology :
L’Origine du squelette vertébré

Extrait
L’anatomie de l’être humain et d’autres vertébrés a été bien décrite depuis l’époque de Léonard de Vinci et de Vesalius. L’origine causative de la configuration des os et de leurs différentes formes a été traitée durant les siècles qui ont suivi par des chercheurs aussi éminents que Goethe, Von Baer, Gegenbauer, Wilhelm His et D’Arcy Thompson, qui ont cherché à appliquer les principes de mécanique à la morphogénèse. Mais aucun modèle causatif cohérent de morphogénèse n’a jamais été présenté.
Cet article présente un modèle causatif de l’origine du squelette vertébré basé sur le postulat que le corps est une mosaïque agrandie de modèles auto-organisés intégrés dans la membrane de la cellule de l’oeuf. Des schémas illustrent la proposition d’origine hypothétique de modelage de la membrane et des changements survenus dans l’équilibre hydrostatique du cytoplasme ayant entraîné des déformations topographiques donnant naissance à la forme du corps des vertébrés.
Le texte  » The Origin of the Vertebrate Skeleton  » (intégral et illustrations) peut être consulté à l’adresse http://journals.cambridge.org/repo_A787SZ4p
L’Astrobiology Magazine peut être lu à l’adresse http://www.astrobio.net
Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site http://www.syntheticlifelab.com

Source: Synthetic Life Lab
Copyright © 2010 PR Newswire Association LLC. Tous droits réservés.
Une société du groupe United Business Media




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !