Libre d’entendre et d’explorer : ExplorerTM, L’AIDE AUDITIVE qui ÉVOLUE AVEC LES ENFANTS



Parce qu’entendre et comprendre est essentiel pour le développement de l’enfant, Siemens Audiologie présente ExplorerTM, lance
la toute première aide auditive surpuissante pour sourds profonds. C’est la première solution auditive qui évolue avec l’enfant, de la naissance à l’adolescence.

NitroTM, c’est le nom de la nouvelle aide auditive issue de la R&D
du fabricant allemand leader mondial Siemens.
Destinée aux sourds profonds, elle leur fait découvrir POUR LA PREMIÈRE FOIS DE LEUR VIE, les sons de la télévision ou du téléphone, d’un baladeur MP3 ou d’une chaîne hi-fi et ce, directement dans leurs aides auditives et en temps réel, grâce à la technologie Bluetooth !
Équipée du circuit numérique de 6e génération et de fonctions de traitement de signal évoluées, elle assure une écoute claire et confortable dans toutes les situations.

La technologie de Explorer et son design sont adaptés pour accompagner les enfants malentendants pendant toute leur croissance, à l’école, à la maison, au sport, en plein air…

BON A SAVOIR :
L’enfant et les sons (Source : www.siemens-audiologie.fr)

De 0 à 3 mois
Le nourrisson, qui dort tranquillement, est réveillé par des bruits soudains. Il est rassuré par la voix de la mère ; il roucoule et rit.

De 3 à 6 mois
L’enfant bouge les yeux et tourne la tête pour chercher la source du bruit, réagit à la voix de sa mère, babille en produisant un large éventail de sons, imite les “oh” et les “ba-ba” et change la hauteur du son de sa voix. Il s’amuse avec les jouets qui font toutes sortes de bruits. Il paraît conscient de son entourage et reconnaît les personnes et les événements.

De 6 à 10 mois
L’enfant se retourne et essaie de trouver les sources de bruit en dehors de son champ de vision. Il réagit à son nom, à la sonnerie du téléphone et à la voix des personnes, même en milieu bruyant ; il comprend “non” et d’autres mots usuels. Il module les sons vers les graves et les aigus et écoute la musique ou le chant.

De 10 à 15 mois
L’enfant trouve une source de bruit placée derrière lui et s’avère capable de réagir même à des bruits éloignés. Il imite les sons et les mots simples, produit une multitude de sons divers, y compris voyelles et consonnes. Il réagit à la voix humaine par des bruits, peut montrer ou regarder, à la demande, des objets ou des personnes. Il fait preuve de capacité à enregistrer passivement des informations (c’est-à-dire qu’il prend conscience des événements qui ne sont pas directement ou intentionnellement dirigés vers lui).

De 15 à 18 mois
L’enfant entend si on l’appelle d’une autre pièce et réagit à l’appel, le son de sa voix est normal, il commence à former les premiers mots ; il peut suivre, sans l’aide de signes optiques (montrer du doigt ou changer la direction du regard) ou du sens du toucher des instructions orales simples. Il reconnaît les personnes, les parties du corps et les jouets lorsqu’on le lui demande ; il sait accompagner la parole de gestes, bouger en rythme avec la musique ; il répète les mots prononcés devant lui.

Petit malentendant : 7 astuces pour l’aider à comprendre les sons
(Avec le concours de la Fédération Nationale des Orthophonistes)

• D’un geste de la main, vous signifiez que vous souhaitez lui parler.
Cet automatisme l’aidera à fixer son attention sur les mots que vous prononcez.
• Regardez-le pendant que vous lui parlez afin de lui permettre d’associer votre ton à vos expressions de visage.
• Devenez adepte de l’apprentissage par la stimulation. Expliquez tous vos gestes. Parlez et décrivez pour créer des « impressions auditives ».
• Aidez votre enfant à écouter les différents sons avec les explications associées. Reliez les sons aux événements.
• Faites des phrases courtes, structurées et simple avec un langage d’adulte.
Répétez et articulez.
• Montrez-vous tendre et patient par des gestes rassurants quand vous parlez à votre enfant.
• Encouragez-le à parler et à être patient dans la découverte du langage. Ne l’interrompez pas, même si vous savez déjà ce qu’il va dire.

Le boîtier anti-jeunes menace l’audition des nourrissons
Alors qu’il a suscité la polémique en France, le « boîtier anti-jeunes » a également été la cible, en 2008, des préoccupations en Suisse et en Allemagne. La German undesanstalt für Arbeitsschutz (Agence de Protection des Travailleurs) a démontré que l’appareil, conçu pour dissuader les regroupements de jeunes, peut émettre des sons jusqu’à 104 dB. Si les jeunes et les enfants sont en mesure de quitter les endroits où sont diffusés ces sons, en revanche, ce n’est pas le cas des nourrissons et des bébés. Or, comme les plus de 25 ans ne peuvent pas percevoir ces sons à hautes fréquences, ils ne se rendent pas compte du danger pour les tout-petits. Selon le site
Internet Forum Gutes Hören, spécialisé dans l’audition, une exposition pendant un long moment à un tel niveau sonore peut entraîner une perte auditive permanente et prématurée pour ces enfants.

ATTENTION A LA SUREXPOSITION SONORE PASSIVE !!!
A l’instar du tabagisme passif, la surexposition sonore passive des bébés et jeunes enfants peut entraîner des dégradations physiologiques. A noter que, jusqu’à 95 dB, il faut plusieurs années pour constater une dégradation de l’audition. Au-dessus de 100 dB, quelques heures d’exposition peuvent suffire. Pour information, quelques indications :

• Une pièce calme : 30 dB • Une musique douce : 50 dB
• Une rue bruyante : 75 dB • Seuil de danger : 85 à 90 dB
• Un baladeur : 95 à 100 dB • Un marteau piqueur à 10 m : 100 dB
• Une batterie : 100 dB • Une motocyclette : 100 à 105 dB

La prise de conscience parentale représente donc un enjeu majeur pour une bonne transmission des informations de Santé publique en matière d’audition.
Si vous avez un musicien chez vous, un audioprothésiste peut proposer à votre enfant des bouchons d’oreilles moulés aux dimensions précises de ses conduits auditifs. Dites-lui que les plus grands pros font ainsi !

Le capital auditif, victime des excès
L’oreille est surprenante : elle est capable d’identifier un son faible et bref dans le brouhaha, elle est aussi fine que sélective mais, lorsqu’elle dépasse un seuil critique, elle peut être endommagée de façon irréversible. On dit souvent que l’excès nuit en tout. Concernant l’audition, c’est aussi le cas car les nuisances affectent non seulement les organes de l’audition mais perturbent l’organisme en général, aux travers de troubles du sommeil et comportementaux. Une porte qui claque brutalement nous fait sursauter, accroît nos battements cardiaques et fait monter notre taux d’adrénaline. Trop de sources sonores, trop longtemps, de manière trop répétée, etc…
Nos oreilles sont tellement sollicitées que nous risquons tous une déficience auditive. A tout âge et quels que soient nos facteurs génétiques.
Bien entendre ou favoriser une bonne audition pour ses enfants, c’est donc faire le choix de s’exposer et de les soumettre différemment aux bruits et sons de la vie quotidienne, sans, pour autant, renoncer aux plaisirs que procure l’ouïe. Il suffit de quelques mesures de précautions pour éviter les accidents auditifs parfois définitifs : réduire le volume (le cerveau s’y habituera), s’éloigner d’une forte source sonore, surveiller les signes d’alerte et, en cas d’acouphènes ou de surdité brusques, consulter en urgence. La précocité des précautions est toujours un gage d’avenir.

Pour en savoir plus, consultez le site :
http://www.siemens-audiologie.com

Source : Siemens Audiologie




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !