Les enseignants et l’éducation routière : Comment les impliquer davantage ?



Alors que les accidents de la route demeurent la première cause de mortalité chez les jeunes, l’association Prévention Routière et la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) publient une enquête montrant que les enseignants s’investissent encore insuffisamment dans l’éducation routière, et lancent un concours pour récompenser et mettre en valeur leurs actions menées dans ce domaine.

Une enquête1 menée en 2001 puis renouvelée en janvier 2008 par l’association Prévention Routière et les assureurs de la FFSA, auprès d’enseignants de collège et de lycée, montre que l’investissement de ces derniers dans le domaine de l’éducation routière a baissé de 5 points en 7 ans. Les annonces faites par le gouvernement en 2006 et 2007 pour développer l’éducation routière en milieu scolaire (notamment la désignation d’un référent sécurité routière dans les collèges et les lycées) n’ont été que très partiellement mises en place dans les établissements scolaires.

Pourtant, plus de 80 % des enseignants du secondaire sont conscients du risque que
représente l’insécurité routière chez les jeunes. L’enquête montre également que le
référent sécurité routière, quand il existe, constitue un véritable levier pour la mise en
place d’actions d’éducation routière. Elle pointe par ailleurs les obstacles auxquels se
heurtent les enseignants : difficulté à faire le lien entre la discipline qu’ils enseignent et
l’éducation routière, absence quasi-totale de formation, manque de temps…

Pour les inciter à s’impliquer, l’association Prévention Routière et les assureurs de la FFSA, qui éditent et diffusent sur simple demande une collection de supports pédagogiques à destination des enseignants et des élèves (Autopsie d’un accident, Alcool, cannabis et conduite, Cyclo expérience…), organiseront à partir de la rentrée prochaine un concours intitulé Les clés de l’éducation routière, ouvert aux écoles, collèges et lycées, qui récompensera et mettra en valeur les actions les plus pertinentes dans ce domaine.

Par ailleurs, l’association Prévention Routière demandent aux pouvoirs publics l’application de trois mesures pour développer l’éducation routière en milieu scolaire :

• nommer un référent sécurité routière dans chaque collège et lycée dès la prochaine rentrée scolaire ;
• mettre en place une formation obligatoire à l’éducation aux risques2 pour tous les enseignants en IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) ;
• rendre obligatoire une heure d’éducation routière par mois de la maternelle à la terminale dès la prochaine rentrée scolaire.

1
Enquête menée du 15 au 22 janvier 2008 pour l’association Prévention Routière et la Fédération française des sociétés d’assurances, par téléphone auprès de 600 enseignants de collèges et de lycées (d’enseignement général, technologique et professionnel) publics et privés sous contrat.
2
Cette formation concernerait, outre les risques routiers, le suicide, les toxicomanies et l’alcool, la sexualité, le tabac, les risques domestiques…

Source: Association Prévention Routière




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !