L’égalité commence au premier âgern



Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), remis aujourd’hui à la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, préconise un «pacte éducatif pour l’enfance» pour améliorer l’égalité entre les filles et les garçons dès la naissance.

Ses auteurs, indique ce matin le quotidien Libération, insistent sur l’importance d’éviter les stéréotypes dès le plus jeune âge pour éviter un «gâchis de talent et d’inventivité » et recommandent une sensibilisation du personnel de la petite enfance, des parents et des professionnels à une éducation non sexiste.

C’est précisément tout le sens et le contenu de l’action engagée par la ville de Suresnes depuis 2009 en faveur de l’égalité femmes-hommes qui peut constituer une illustration locale et concrète de cette actualité.

En janvier 2012, dix huit agents du secteur de l’enfance (médiathèque, crèches, centres de loisirs) ont suivi une première formation pilote visant à prévenir le sexisme à travers la littérature de jeunesse. Au centre de celle-ci un constat : on compte dans les albums pour enfants deux fois plus de héros que d’héroïnes et dix fois plus quand les personnages sont des animaux « humanisés ».

Une deuxième formation de ce type aura lieu en 2013 pour des agents régulièrement confrontés dans leur pratique professionnelle à la question de l’égalité des sexes, sans toujours avoir le cadre nécessaire pour appréhender cette problématique.

Sur la durée elle a suscité un projet pédagogique conduit par les centres de loisir et s’est prolongée avec l’intégration d’un module sur l’égalité dans les formations au BAFA (animateurs).

Cette action s’appuie sur une conviction : la lutte contres les inégalités hommes femmes commence à l’échelon communal et doit se faire dès l’éducation. Les inégalités toujours criantes dans le monde du travail s’expliquent notamment parce que, dès le premier âge, des enfants sont confrontés à des stéréotypes qui les empêcheront d’exprimer leur potentiel, ce qui est un gâchis de talent pour toute la société » explique Gunilla Westerberg-Dupuy conseillère municipale déléguée à l’égalité des chances.

Ces sensibilisations s’inscrivent par ailleurs dans un cadre plus large qui vise à soutenir de manière très concrète l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines de la vie locale, grâce à une approche globale et systématique de cette problématique.

Un plan de 55 actions (sur des thématiques aussi diverses que l’égalité professionnelle, le soutien à la parentalité, la culture, les structures d’accueil des enfants ou la prévention des violences faites aux femmes) a ainsi été engagé après l’adhésion de Suresnes à la Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale promue par le Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE).

Ce plan prévoit aussi plusieurs actions menées en direction des parents : ainsi le 5ème Forum des femmes qui s’est tenu le week-end dernier et se poursuit jusqu’à fin mars sur le thème « L’Egalité, ma mère et moi » visait, en explorant la dimension intime et éducative de la relation mère enfant et sa part dans l’avancée de l’égalité femmes-hommes, à sensibiliser sur le partage des rôles entre hommes et femmes et à soutenir une éducation égalitaire dés le plus jeune âge.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !