LED : certaines présentent des risques pour les yeux



Concurrentes des lampes fluocompactes, les ampoules à LED (light-emitting diode) investissent peu à peu les rayons dédiés à l’éclairage. Leur très faible consommation, leur longue durée de vie les destinent à un brillant avenir. Elles ont également le grand avantage de ne pas contenir de mercure. Les systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes présentent malgré tout certains risques, comme l’indique l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), dans son avis du 25 octobre 2010. La lumière bleue nécessaire pour obtenir des LED blanches conduit à un stress toxique pour la rétine, particulièrement dangereux pour les enfants, dont le cristallin en développement ne filtre pas encore efficacement la lumière. Ces ampoules peuvent également produire des « intensités de lumière » jusqu’à 1 000 fois plus élevées que les lampes clas- siques, générant ainsi un risque d’éblouissement. Aussi, l’Anses souligne-t-elle la nécessité de diminuer les intensités lumineuses émises, afin de limiter les risques d’éblouissement : ces sources de lumière riches en couleur bleue ne doivent pas être utilisées dans les lieux fréquentés par les enfants.

Marquage CE : nécessaire mais pas suffisant !

Quel est le point commun entre une peluche, un ascenseur, une paire de roller et un barbecue fonctionnant au gaz ? Tous ces produits comportent le marquage CE, nécessaire pour qu’ils puissent être commercialisés dans l’Union européenne (UE). Contrairement aux idées reçues, ce marquage ne signifie pas que le produit a été fabriqué dans l’un des Etats membres. Il indique simplement que, sur déclaration de son fabricant, il a été testé avant sa mise sur le marché et satisfait donc aux exigences de la législation européenne, notamment en matière de santé, de sécurité et de respect de l’environnement. L’obligation de porter ce marquage ne s’applique pas à toutes les familles de produits vendus dans l’UE : seuls ceux faisant l’objet de directives spécifiques sont tenus de l’afficher, comme les jouets, les appareils à gaz, les dispositifs médicaux et les équipements de protection individuelle.
Placée sous la seule responsabilité du fabricant, cette auto-certification ne peut pas être considérée comme un élément suffisant pour garantir la sécurité des produits. La CSC encourage donc les consommateurs à privilégier l’achat de produits dont la qualité et la sécurité sont certifiées par des organismes tiers reconnus, impartiaux et objectifs (marque NF, GS…).

Téléphones portables : tous sur la même longueur d’onde

Les conséquences des ondes émises par les mobiles font l’objet de toutes les inquiétudes.
Tumeurs du cerveau, du nerf parotide, interaction avec les amalgames dentaires, développement des troubles du comportement chez les enfants dont les mères utilisent des téléphones portables pendant leur grossesse… On entend tout et son contraire sur leur dangerosité pour la santé. Dans ce contexte, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) lance une campagne d’information pour sensibiliser le grand public sur les gestes de prévention. Le site Internet dédié, www.lesondesmobiles.fr présente les bons gestes à adopter pour réduire son exposition aux ondes des mobiles : téléphoner avec une oreillette, éviter les appels en déplacement à grande vitesse, ne pas téléphoner dans les zones de mauvaise réception, éloigner l’appareil juste après la numérotation, l’éloigner des implants électroniques et privilégier les SMS. Le site traite également d’informations plus générales sur l’état actuel des connaissances scientifiques, le fonctionnement du téléphone portable, etc. La campagne et le site sont également accessibles sur les téléphones mobiles qui peuvent se connecter à Internet.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !