Le numérique à l’école : Le Gouverneme​nt choisit Maxicoursrn



Dans le cadre du Grand Emprunt, le gouvernement a lancé l’appel à projets « services numériques innovants pour l’e-éducation », en soutien à la recherche et au développement de ressources pédagogiques numériques.

Le 3 décembre 2012, Maxicours a été choisi comme lauréat pour son projet de « Cartographie des Savoirs » visant à faciliter la personnalisation des parcours d’apprentissage des élèves.

Une solution au décrochage scolaire et à la difficulté de gestion des effectifs en classe

Face à l’importance du nombre d’élèves en situation de décrochage scolaire (140 000 jeunes par an[1]) et à la difficulté de gérer des effectifs importants en classe, la création d’un outil permettant d’évaluer précisément chaque élève aidera les professeurs à mieux les accompagner.
Ces derniers doivent effectivement construire leurs parcours d’apprentissage avec une double problématique : tenir compte des forces et faiblesses de chacun et mettre en œuvre une pédagogie adaptée à des classes de 24 élèves en moyenne[2].

La Cartographie des savoirs est un puissant outil numérique développé par Maxicours, seul acteur sur le marché du contenu numérique pédagogique à pouvoir guider le projet, en partenariat avec les 3 laboratoires universitaires référents dans leurs domaines de recherche. Il a pour ambition de faciliter la réussite de chacun. La prise en compte des besoins individuels permettra l’élaboration de parcours sur-mesure, facilement déployables à l’échelle d’une classe.

Une révolution numérique pour l’accompagnement scolaire

Le soutien apporté par le gouvernement à la Cartographie des Savoirs, projet financé à hauteur de 1 million d’€, est un pas décisif pour les TIC dans le milieu scolaire.
« Nous sommes face à une prise de conscience collective : le numérique est un puissant allié de la réussite scolaire. Nous ne pouvons que nous féliciter de la confiance que l’Etat accorde à Maxicours ! Le choix d’appuyer la Cartographie des Savoirs est une reconnaissance publique de notre capacité d’innovation et de la qualité de nos contenus numériques», Anne-Laure Vincent, directrice générale de Maxicours.

La phase de conception du projet regroupe des équipes aux expertises complémentaires :

– Maxicours.com, le pilote, PME innovante de services d’e-éducation et de contenus numériques
– le LIG, laboratoire grenoblois expert dans la représentation cartographique de compétences
– le LIRIS, laboratoire lyonnais spécialisé dans le diagnostic et la remédiation pédagogique
– CHART-LUTIN, laboratoire parisien spécialiste des fonctions cognitives et de l’analyse des usages.

Un collège d’experts constitué d’inspecteurs de l’Education Nationale et de personnalités référentes dans le domaine de l’Education, est consulté dans les différentes phases du projet, de la conception à la validation définitive.

La Cartographie des Savoirs entrera ensuite en phase de test auprès de 6 500 élèves de primaire, en mathématiques et français, au cours de l’année 2013. Ces phases auront pour objectif d’améliorer l’outil, d’en optimiser l’ergonomie et d’en ajuster les usages.

L’Education Nationale prend une part active dès le lancement du test avec :

– le CNED, service public de l’enseignement à distance
– Somme numérique, réseau d’écoles connectées et équipées d’ENT (Environnement Numérique de Travail) .

DÉCRYPTAGE :
Les secrets de la « Cartographie des Savoirs »

Le mapping personnalisé des acquis scolaires
La Cartographie des Savoirs permet la visualisation précise, à la manière d’un jeu vidéo, de l’acquisition par l’élève du socle de connaissances définies par l’Éducation Nationale, pour chaque niveau, à partir du CP.
L’enseignant peut ainsi accompagner au mieux les élèves et, en cas de besoin, utiliser les stratégies de remédiation proposées pour chacun.

Pour y arriver, le développement se déroule en trois phases :

1. La transcription informatique des éléments du socle de connaissances définis par l’Éducation Nationale. Chaque ressource pédagogique pourra ainsi être numériquement associée à des compétences : par exemple, le cours de mathématiques sur le théorème de Pythagore sera associé au triangle, au triangle rectangle, au carré d’un nombre, à l’addition de nombres et à la racine carrée d’un nombre.
2. La visualisation facile des acquis de chaque élève. En s’exerçant sur les ressources, l’élève construit son profil d’acquisition des compétences. Une carte du chemin parcouru et du chemin à parcourir permet à l’enseignant de faire une évaluation précise.
3. La proposition d’outils de création de ressources, mettant en œuvre les compétences précises que l’élève doit consolider ou acquérir, sur le chemin à parcourir. Cet outil pourra être utilisé de manière automatique ou manuelle, selon les désirs de l’enseignant.

Un référentiel en open data pour une utilisation normée

Le développement de la Cartographie des savoirs vise la mise en place d’un référentiel en matière de production des ressources. Avec l’ambition d’être réutilisable par l’ensemble des acteurs de l’édition numérique pédagogique, à l’échelle internationale. L’objectif de vaste diffusion sera un pas en avant vers l’interconnexion nécessaire entre les ressources numériques, créées et à créer.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !