Le Développement cérébral et le système reproducteur des enfants européens menacés par des produits chimiques dangereux si le Parlement européen n’améliore pas les propositions de règlementation Pesticides, Jouets et Cosmétiques rn



L’objectif du débat d’experts du 7 octobre organisé par WECF au Parlement européen, était de présenter les données scientifiques les plus récentes sur le lien entre problèmes de santé chez l’enfant et substances chimiques présents dans la nourriture et autres produits, dans le contexte de préparation du vote du Parlement européen sur la révision des trois Directives Pesticides, Denrées alimentaires et Sécurité des Jouets.

Le Professeur Philippe Grandjean, Professeur Associé en Santé Environnementale à l’Université de Harvard et expert en santé environnementale de l’enfant et le Professeur Niels Shakkebaek, spécialiste des aspects environnementaux des troubles masculins de la reproduction à l’Université Nationale du Danemark, ont tous 2 participé au débat.

Pour le Professeur Grandjean « Les enfants ne devraient pas ingérer des aliments contenant des pesticides neurotoxiques. Beaucoup de pesticides sont justement conçus pour détruire le système nerveux des insectes. Malheureusement, la biochimie du corps humain est très similaire à celle des insectes. Donc, le développement cérébral de l’homme est sensible aux pesticides, et les conséquences, en cet âge des technologies, sont graves, puisque nous –et les générations futures – devons nous fier à des fonctions cérébrales optimales. En cas de perturbation du développement cérébral de l’enfant, les dommages sont irréversibles, l’enfant n’a pas de « deuxième chance » de développer son cerveau ».

Le Professeur Shakkebaek, précise que « non seulement le cerveau est important, mais les testicules aussi, et des augmentations de 400% des cas de cancer des testicules, comme dans mon pays, devraient provoquer de graves inquiétudes chez les dirigeants politiques, puisque la genèse d’un cancer des testicules remonte à la période pendant laquelle le bébé est encore dans le vente de sa mère, et que cette augmentation résulte nécessairement de facteurs environnementaux ».

Pour le Professeur Grandjean il s’agit aussi d’éthique : « Si je soumettais à mon Comité d’Ethique Médicale une demande d’expérimentation de ces pesticides neurotoxiques sur les femmes enceintes et les enfants, il refuserait forcément. Ils ne prendraient pas le risque d’affecter le développement cérébral de l’enfant. Comment se fit-il que des hommes politiques acceptent cette expérimentation menée sur toute la population ? Nous ne devrions pas jouer avec le cerveau de nos enfants ».

Dorette Corbey, Membre du Parlement européen, explique l’accueil réservé des Parlementaires à l’interdiction des substances neurotoxiques dans les pesticides par les informations communiquées par l’Industrie et faisant état de l’impossibilité d’assurer une production agricole suffisante sans recours aux pesticides.

Sascha Gabizon, Directrice de WECF, ajoute aussi qu' »il est inacceptable pour les parents de devoir attendre plusieurs années avant que la Commission européenne rende obligatoire les tests de neurotixicité, alors que les enfants nés aujourd’hui risquent de souffrir de retards de développement cérébral ou par la suite de cancers, à cause de contaminants auxquels leurs mères ignorent qu’elles sont exposées et qu’elles transmettent à leur enfant pendant la grossesse. Nous voulons des parlementaires européens qui prennent leurs responsabilités en protégeant nos enfants dès maintenant, par l’interdiction des substances neurotoxiques et des perturbateurs endocriniens dans les aliments destinés aux enfants, les jouets et les produits de soin pour bébé ».

Concernant l’interdiction des produits chimiques, le Professeur Grandjean recommande aux
parlementaires européens d’ajouter le P des Perturbateurs endocriniens et le N des Neurotoxiques aux CMR des Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques, CMRPN, tous devraient faire l’objet d’une substitution – dans un produit comme les cosmétiques, les substances neurotoxiques sont inutiles; les cosmétiques sont sensés vous rendre beau, pas stupide ».

Pour plus de renseignements, contacter:
Sascha Gabizon, Executive Director WECF, + 49-1728637586

Source: WECF – Women in Europe for a Common Future




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !