Le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) est scandalisé par les pratiques conjointes de Immochan et du député-maire de Gonesse



Le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) est scandalisé par les pratiques conjointes de Immochan et du député-maire de Gonesse Jean-Pierre BLAZY.

En effet, pour promouvoir le projet de centre commercial, « Europa City » avec le soutien de la ville de Gonesse et de l’Etablissement Public d’Aménagement de la Plaine de France, onr édité un « dossier pédagogique » et invitent les enseignants des écoles primaires et des collèges à faire visiter à leurs classes une exposition des quatre projets architecturaux.

Le principe de neutralité de l’école est inscrit dans la constitution. L’interdiction de la publicité à l’école, en vigueur depuis 1936, a été réaffirmée à plusieurs reprises dans plusieurs circulaires. (circ. du 8/11/1953, circ. n°II-67-290 du 3/7/1967, circ. n°76-440 du 10/12/1976). Elles rappellent notamment que « en aucun cas et en aucune manière les maitres et les élèves ne doivent servir directement ou indirectement à aucune publicité commerciale. », ce qui nous semble être le cas dans cette promotion d’Europa City par le groupe Auchan.

Les enfants constituent une cible de plus en plus prisée par les publicitaires, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que les deux tiers des produits consommés par les enfants le seront encore à l’âge adulte, et que ceux-ci sont de plus en plus les prescripteurs des achats de leurs parents. Ils manipulent insidieusement nos enfants dans un premier temps pour influencer les parents sur le bien fondé de leurs projets mercantiles, et à plus long terme en faire des consommateurs asservis sans libre arbitre.

Pour nous l’école doit être un lieu de confiance et d’émancipation, et non de manipulation. En effet les « ateliers pédagogiques » ne sont là que pour vendre un projet de centre commercial et utiliser les enfants pour le promouvoir dans les familles.

Rien ne les arrêtent, les sociétés commerciales se mêlent de pédagogie avec la complicité des politiques locaux, réalisent des fiches pédagogiques en lieu et place des enseignants.
C’est à l’éducation nationale d’éduquer au libre arbitre.

Notre collectif a interpellé Monsieur Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, par courrier en date du 12 décembre 2012 pour lui demander d’intervenir pour faire cesser ces pratiques odieuses (voir courrier sur notre site, www.cptg.fr).

A ce jour, nous sommes en attente d’une réaction de l’éducation nationale.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !