L’Afssaps accompagne la mise à disposition de médicaments devant le comptoir



Le décret « médicaments de médication officinale », qui vient d’être publié, autorise la mise à disposition de certains médicaments devant le comptoir des pharmacies d’officine, en accès direct, dans un espace spécialement dédié à cet effet.
L’Afssaps a été chargée de définir la liste des médicaments concernés par cette mesure selon des critères visant à garantir la sécurité sanitaire et la sécurité des patients. L’Afssaps rend aujourd’hui publique la liste des médicaments de médication officinale disponible en accès direct.
Par ailleurs, l’Afssaps et le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens ont produit conjointement un ensemble de documents d’information avec le concours de professionnels de santé, d’industriels et de représentants d’associations de patients, afin d’accompagner la mise en œuvre de cette mesure.

Un médicament est dit de médication officinale lorsqu’il est destiné à soigner des symptômes courants pendant une courte période, qui ne nécessitent pas l’intervention d’un médecin, et doivent être accompagnés des conseils du pharmacien. Il dispose de plus d’un conditionnement (dosage, durée de traitement) et d’une notice d’information adaptés.

A partir de ces premiers critères, une liste a été établie par l’Afssaps. Elle compte 217 spécialités pharmaceutiques couvrant 71 domaines thérapeutiques, 12 médicaments à base de plante et 19 médicaments homéopathiques.

Certains médicaments ont été exclus de cette liste pour des raisons de sécurité, en particulier les médicaments avec des contre-indications majeures particulières ou des interactions médicamenteuses. D’autres médicaments, notamment destinés à la population pédiatrique, ont également été écartés du fait d’un niveau de sécurité insuffisant pour une utilisation en automédication.

Cette liste est amenée à être complétée, en fonction des nouvelles demandes de mise à disposition en accès direct que feront les industriels et qui seront évaluées par l’Afssaps sur les mêmes bases.

Par ailleurs, le décret prévoit un accompagnement de cette nouvelle mesure auprès du public par la mise à disposition d’informations émanant des autorités de santé.

Dans ce cadre, l’Afssaps et le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens ont conduit une réflexion avec le concours du Cespharm, de syndicats de pharmaciens d’officine, d’industriels, d’associations de patients, de Centres Régionaux de Pharmacovigilance et d’experts du groupe de travail « médicaments de prescription médicale facultative » de l’Afssaps.

Des documents grand public ont ainsi été élaborés afin de préciser les règles d’or d’automédication responsable et bien maîtrisée. Il s’agit aussi d’apporter une information générale sur la mesure ou une information à portée pédagogique pour les patients souhaitant recourir à l’automédication dans des pathologies courantes de l’adulte telles que la douleur, l’herpès labial, le rhume, la rhinite, la conjonctivite allergique, etc.…

Ces documents qui seront disponibles en pharmacie, sont complétés par trois cartes mémo également destinées au public, reprenant les messages essentiels concernant les trois antalgiques les plus utilisés en automédication, le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine. Sur le même principe, trois fiches d’aide à la dispensation ont été élaborées pour les équipes officinales.

L’Afssaps rappelle que comme pour tout médicament, les médicaments en accès direct sont susceptibles de provoquer un effet indésirable grave et/ou inattendu et qu’il doit obligatoirement être immédiatement déclaré par les professionnels de santé aux centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

Source: Afssaps




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !