Justice des mineurs, questions majeures – Points de vue sur la réforme de l’ordonnance de 1945



Personnalités et experts de renom s’expriment sur la justice des mineurs

Le 8 septembre 2008 : Après avoir pris position dans sa tribune du 15 avril* sur l’amorce de la réforme de l’Ordonnance de 1945 relative à la Justice des mineurs, l’UNICEF France a invité une trentaine de personnalités et d’acteurs de terrain de renom à s’exprimer et réagir sur cette question.
Estimant que derrière ce chantier juridique se joue la vision que porte la société sur ses enfants et sa jeunesse, l’UNICEF France estime nécessaire d’ouvrir le débat.

Des entretiens ont ainsi été réalisés avec un large éventail de philosophes, juristes, magistrats, pédopsychiatres, sociologues, etc. Ils paraissent dès aujourd’hui sur www.unicef.fr, sous la forme d’une série intitulée « Justice des mineurs, questions majeures ». Chaque semaine, l’internaute pourra découvrir deux nouvelles interviews. Celles de Jacques Hintzy, Président de l’UNICEF France et de Dominique Versini, Défenseure des enfants, ouvrent la série. La semaine prochaine, Boris Cyrulnik, éthologue et neuropsychiatre et Jean-Pierre Rosenczveig, Président du Tribunal pour enfants de Bobigny (93), nous livreront leur point de vue.

Xavier Emmanuelli, Président du Samu social ; Hélène Franco, Secrétaire générale de la
magistrature ; Guy Gilbert, prêtre et éducateur spécialisé ; Jean-Claude Guillebaud, philosophe et journaliste ; Marie-Rose Moro, pédopsychiatre ; Fabienne Quiriau, Présidente de la commission Enfance en France de l’UNICEF et Directrice générale adjointe de l’Unasea (Union nationale des associations de sauvegarde de l’enfance, de l’adolescence et des adultes) ; Claude Roméo, ancien Directeur de l’action sociale en Seine-St-Denis, Bernard Stiegler, philosophe ; etc. comptent parmi les personnalités qui ont accepté d’apporter leur expérience et leur éclairage sur la justice des mineurs.

A terme, ces analyses et points de vue seront réunis dans une compilation et remis aux
parlementaires qui seront prochainement amenés à se prononcer sur un projet de loi.

Dans sa tribune, l’UNICEF France avait exprimé son attachement à trois grands principes posés par l’Ordonnance de 1945 : la spécialisation des magistrats afin que les mineurs ne soient justiciables que des tribunaux pour enfants ; la primauté des réponses éducatives sur les répressives ; la double compétence du juge des enfants au civil et au pénal.

Pour retrouver chaque semaine cette série d’entretiens : www.unicef.fr

(*) Tribune du 15 avril 2008 Ordonnance de 1945 : rendons justice aux mineurs !
http://www.unicef.fr/mediastore/FCKeditor/tribune.pdf

* * *
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens ’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements

Source: UNICEF




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !