Journée mondiale contre le paludisme. Des efforts redoublés nécessaires pour lutter contre cette maladie mortellern



À l’occasion de la Journée mondiale contre le paludisme, le 25 avril, l’UNICEF a demandé que
l’on redouble d’efforts contre cette maladie.

« Il est inacceptable que le paludisme tue chaque année plus d’un million de personnes, en majorité des enfants, a dit Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l’UNICEF. C’est une maladie que l’on peut prévenir et dont on peut guérir ».

Le paludisme sévit de façon endémique dans 107 pays et territoires. C’est une « maladie sans frontières », le thème retenu pour cette première Journée mondiale contre le paludisme.

Grâce à une plus grande sensibilisation au paludisme dans le monde, les ressources disponibles ont augmenté de façon significative ces dernières années, à travers Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, l’Initiative présidentielle américaine contre le paludisme, la Banque mondiale, l’UNICEF, etc. Ces fonds ont permis de renforcer la lutte contre la maladie à l’échelle internationale.

Depuis 2003, la plupart des pays africains ont adopté les efficaces combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (ACT), recommandées par l’OMS pour faire face à la pharmaco-résistance des monothérapies (chloroquine, amodiaquine, etc). et. La production mondiale d’ACT a augmenté de façon considérable, passant de 4 millions de doses en 2004 à plus de 100 millions en 2006. Cependant ils demeurent encore insuffisamment disponibles dans les systèmes de santé.

Pour ce qui est de la prévention, l’utilisation des moustiquaires traitées à l’insecticide a triplé depuis 2000 dans seize des vingt pays africains pour lesquels les données sont disponibles.

« L’Éthiopie a distribué 18 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide à effet durable depuis 2005, et le Kenya 10 millions au cours des cinq dernières années, selon Mme Veneman. Cela montre ce que l’on peut accomplir en menant des actions concertées. Mais 800 000 enfants africains meurent encore du paludisme chaque année, et il reste encore beaucoup à faire. »

Pour contrôler le paludisme, des interventions à bien plus grande échelle, un financement durable, une participation et une prise en charge par les communautés sont nécessaires tout autant que des partenariats renforcés aux niveaux mondial, régional et national.

Contexte
L’UNICEF est le plus gros acheteur et fournisseur de moustiquaires imprégnées d’insecticide dans le monde. En 2007 l’organisation en a acheté 18,8 millions, dont plus de 90% étaient imprégnées d’insecticide longue durée, ce qui élimine le besoin de les traiter régulièrement. Elles ont été distribuées aux femmes enceintes et aux jeunes enfants dans le cadre de programmes intégrés qui comprennent les soins prénatals et la vaccination.

Plus d’informations sur www.unicef.fr

Source: UNICEF




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants