Jouets et perturbate​urs endocrinie​ns: remise de 30 000 signatures d’une pétition sur Change.orgrn



Alors que l’ANSES vient de publier un rapport sur l’impact du Bisphénol A et ses dangers sur la santé des femmes enceintes, le WECF a remis hier au Ministères de la Santé et de l’Ecologie les 30 000 signatures de sa pétition “Stop aux perturbateurs endocriniens dans les jouets” lancée sur Change.org.

Lien vers la pétition : www.change.org/jouetstoxiques

Lien vers les photos de la remise de pétition www.citizenside.com/fr/photos/politique/2013-04-09/77249/le-wecf-remet-30-000-signatures-pour-dire-stop-aux-perturbateurs-endocriniens-dans-les-jouets.html#f=0/694755

Change.org est la plus grande plateforme mondiale de pétitions,donnant à des dizaines de millions de personnes le pouvoir de créer le changement qu’elles souhaitent voir. Chaque mois, 2 millions de nouveaux utilisateurs rejoignent Change.org autour de victoires quotidiennes.

Perturbateurs endocriniens dans les jouets: bientôt des mesures ?

WECF a été reçue par les Ministères de la Santé et de l’Ecologie pour remettre la pétition « Stop aux perturbateurs endocriniens dans les jouets » diffusée par Change.org et signée par plus de 30 000 personnes. WECF a particulièrement insisté sur la nécessité de réviser la directive européenne sur la sécurité des jouets et le règlement REACH de façon à y intégrer les perturbateurs endocriniens dans leur globalité. La mobilisation citoyenne continue aux plans national et européen.

Les jouets, source méconnue d’exposition aux perturbateurs endocriniens

Comme le montrent des études réalisées par le Danemark et la Suède (1), on retrouve régulièrement du bisphénol A, des phtalates et d’autres perturbateurs endocriniens, substances dont on connaît la nocivité (2), dans les jouets.

Quel paradoxe, alors que les agences de sécurité sanitaire préconisent de protéger en priorité les populations les plus fragiles que sont les nourrissons et les jeunes enfants !

Agir globalement pour réduire l’impact des perturbateurs endocriniens sur la santé.

Au moment où la France élabore sa Stratégie Nationale Perturbateurs endocriniens, WECF vient demander aux Ministères d’adopter une approche globale dans la réglementation des perturbateurs endocriniens en tant que catégorie de substances. Or, cette catégorie n’est pas mentionnée dans la nouvelle directive jouets de 2008.
Pourtant, l’ANSES dans son rapport (3), paru ce jour, incite à la plus grande précaution dans la substitution du bisphénol A par d’autres substances de la même famille, en raison de l’absence de données suffisantes sur leur toxicité. C’est pourquoi il nous apparaît essentiel de traiter les perturbateurs endocriniens dans leur ensemble.

Information, recherche, innovation

Comme insiste Anne Barre, Présidente de WECF France : « Dans l’attente d’une meilleure réglementation, nous demandons au nom des consommateurs et des 30 000 signataires de la pétition, que soit mise en place une réelle information du grand public sur la présence de perturbateurs endocriniens dans les jouets. »

Pour ce faire, il est nécessaire de mieux connaître l’utilisation des substances chimiques dans les jouets, en mobilisant tous les acteurs du secteur concerné : autorités de contrôle, fabricants, distributeurs, associations de protection du consommateur. Enfin, l’industrie du jouet doit innover par des procédés sans danger pour la santé et l’environnement.

(1) KEMI, agence suédoise des produits chimiques rapport sur le bisphénol A dans les jouets et articles de puériculture,

(2) Les perturbateurs endocriniens sont des substances qui interfèrent avec le système hormonal et sont mises en cause des troubles de la reproduction, le diabète, l’obésité et d’autres maladies chroniques.

3) Bisphénol A : l’ANSES met en évidence des risques potentiels pour la santé et confirme la nécessité de réduire les expositions,




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !