Haut-Koenigsbourg – En octobre,  » C’est la récré au château !  » (1/2)



2nd édition – Princesses et chevaliers
Les 8 et 9 octobre 2011, de 9h30 à 17h45 au château du Haut-Koenigsbourg

Oyez, oyez, braves gens !
Cet automne, le château du Haut-Koenigsbourg vous conte un nouveau chapitre de son histoire, avec la seconde édition de « C’est la récré au château ! ». Les 8 et 9 octobre 2011, damoiselles et preux chevaliers sont conviés dans la célèbre forteresse alsacienne.
Entre romance et épopée chevaleresque, une quinzaine d’animations est proposée aux familles dans tout le monument : tir à l’arc, danse médiévale, contes, maniement d’armes, calligraphie, jeux anciens… Des plus petits aux plus grands, des princesses aux chevaliers, chacun pourra faire preuve de courage, d’adresse et de noblesse.
Deux jours pour jouer avec l’histoire !
Les 8 et 9 octobre, le château du Haut-Koenigsbourg retrouve le faste du Moyen Âge et l’époque des seigneurs et leurs dames. Le temps d’un week-end, ces nobles personnages invitent petits et grands à revivre l’époque des chevaliers.
Du tir à l’arc à la broderie, en passant par la chevalerie et les divertissements du banquet, tous les aspects de la vie de château sont abordés à travers une quinzaine d’animations ludiques et récréatives, réparties dans tout le monument.
Sur les traces des chevaliers…
Dès l’entrée de la forteresse, les chevaliers de la compagnie Castel Insolite, fièrement dressés sur leurs fougueux destriers, sont intarissables sur leurs exploits équestres.
Dans leur campement installé au pied du château, les Guerriers d’Avalon exposent leurs équipements et leurs arcs. Là, ils y énoncent les règles essentielles pour devenir chevalier. Si de nombreuses qualités sont nécessaires, la force et l’entraînement sont indispensables. C’est ce que peuvent vérifier les plus téméraires en s’essayant au tir à l’arc ou en enfilant les cottes de maille de la compagnie Guerre et chevaleries. Portant heaumes et armures, ces intrépides soldats enseignent l’art de manier lances et épées avec dextérité.

Pour parfaire sa formation de chevalier, la confection d’un blason, avec l’aide des animateurs du château devient fort utile. Véritable carte d’identité au Moyen Âge, il permet de se différencier de l’ennemi lors des batailles !

Le logis, entre délicatesse et poésie
Dans le logis seigneurial, les dames, vêtues des plus beaux atours, manient délicatement le fil et l’aiguille pour broder des motifs raffinés. Le seigneur, quant à lui, gère son domaine assisté de son prévôt.
Ces scènes, recréées par la Massenie Saint-Michel, rendent vie aux appartements de la forteresse, tout comme l’exposition de Rachel Schweitzer. Au grès des pièces, les visiteurs découvrent plusieurs costumes aux broderies et tissus délicats. Réalisés d’après les fresques de la salle des fêtes du château, ils incarnent un authentique rêve de princesse.
Et c’est dans cette salle des fêtes, si richement ornée et colorée, que les arts de l’écriture et de l’enluminure sont présentés par Calliscrypto. Découvrant des parchemins enluminés et pléthore de pigments, les visiteurs peuvent s’initier à la calligraphie médiévale et tracer délicatement quelques initiales.
Mais avant cela, pour se fondre parmi cette noble compagnie, les enfants auront pris soin de confier leur minois aux étudiants de l’école Candice Mack. En quelques coups de pinceaux, les voilà maquillés en princesse ou chevalier !

L’heure est à la fête !
Sortez les trompettes et venez festoyer au banquet ! Dans le haut-jardin, les visiteurs sont amenés à revivre l’ambiance festive des banquets médiévaux. A une, deux ou trois balles, les « fous » d’Art’Themis proposent une initiation au jonglage. L’habilité est de mise ! Les Guerriers d’Avalon, quant à eux, offrent une découverte de la table médiévale et de ses mille épices venues d’Orient. Puis, au son festif des trompettes, quelques pas de danses sont enseignés par les troubadours enjoués de l’ensemble Hauvoy.

Pour reprendre son souffle, un véritable ravissement pour les oreilles est proposé.
Avec Christine Fischbach et Ute Marina Delatorre, les visiteurs se laissent emporter par les récits épiques de ces conteuses, délicatement mis en musique par Sara Buffler.

Chacun peut enfin se distraire, à la manière des nobles châtelains, en s’essayant à divers jeux de table et d’adresse médiévaux proposés par la Maison des Jeux de Strasbourg.

Un vaste programme qui ravira toute la famille, permettant à chacun, le temps d’un week-end de s’imaginer preux chevalier ou gente dame au château du Haut-Koenigsbourg.

Un destrier à… moteur !
Les 8 et 9 octobre, inutile de mettre le pied à l’étrier !
Pour atteindre la forteresse du sommet de sa colline, la navette du Haut-Koenigsbourg circule tout le week-end au départ de la gare de Sélestat. À raison de 7 allers-retours quotidiens, elle permet de se rendre au château en toute simplicité.
Pratique, elle dessert d’autres contrées comme la Montagne des Singes, la Volerie des Aigles, Cigoland et la ville de Kintzheim.
À noter : les 8 et 9 octobre, tous les enfants (de moins de 18 ans) ayant emprunté la navette profitent de la gratuité à l’entrée du château.

Tarifs 2011 de la navette :
Adulte : 4 € / personne
Enfant (moins de 18 ans) : 2 € / personne
Chaque ticket est valable toute la journée.

Conseil de chevalier
Pour votre visite, privilégiez le samedi ou les matinées moins fréquentés !




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !