Faut-il faire croire au Père Noël ?


Clémence Prompsy, psychologue clinicienne du cabinet Kidz et Family, et membre du comité d’experts de la plateforme d’accompagnement parental LeCouffin.fr créée en 2019, répond à cette question d’actualité quant à l’opportunité de croire, de laisser croire, voire de faire croire à l’existence ce personnage imaginaire tout de rouge et blanc vêtu qui préoccupe tant les parents et les enfants à 10 jours de sa venue ou non par le ciel, par la cheminée, tiré par des rennes, etc.

Clémence, vous qui êtes psychologue, que faut-il faire croire au Père Noël a ses enfants et de façon plus élargie, aux personnages imaginaires ?

« Il n’y a pas de règles en psychologie, l’idée est de trouver une histoire qui correspond à sa famille ! En effet, certains parents ont eux-mêmes adoré vivre dans la magie de Noël et ne gardent pas de souvenirs traumatisants du moment où ils ont appris que les adultes avaient tout inventé. D’autres au contraire se rappellent l’impression très forte d’avoir basculé de la naïveté infantile au monde adulte un peu brutalement.

Chacun doit composer avec ses souvenirs et son rôle de parent actuel. Au moment où les enfants posent des questions, vers 5, 6 ou 7 ans il peut être sympathique de semer quelques indices dans notre discours sur le fait que le Père Noël apporte des cadeaux et que les parents en apportent également, jusqu’à accompagner la transition de leur croyance.

Si votre enfant revient un jour très malheureux d’avoir compris soudainement par un ami plus âgé que le Père Noël n’existe pas, n’hésitez-pas à lui offrir une porte de secours en lui disant que si lui souhaite encore croire au Père Noël, personne ne peut lui assurer qu’il n’existe pas. Mais peut-être en effet qu’il n’arrive pas vraiment à entrer dans les petites cheminées… »

Et ce qui vaut pour le Père Noël vaut également pour le Saint-Nicolas dans les départements de France où l’on fête le patron des écoliers le 6 décembre, pour la petite souris, les cloches et les lapins de Pâques… tous ces personnages imaginaires qui appartiennent à l’enfance mais dont on aime à perpétuer une croyance ponctuelle le temps de l’enfance parce qu’ils concourent à une certaine magie.

Anne Vaneson-Bigorgne



NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants