Faisons d’internet un lieu plus sûr avec Action Innocence : Les réseaux sociaux 1)



Qu’appelle-t-on “réseaux sociaux” ?

Le concept de réseau social définit des communautés d’utilisateurs
qui se sont regroupés en fonction de centres d’intérêts communs
(loisirs, passions, musique, voyages, vie professionnelle…) à travers un site Internet sur lequel ils se sont inscrits. Ils y créent un profil (page personnelle sur laquelle l’utilisateur se décrit) et entrent en relation avec d’autres utilisateurs inscrit sur le même site pour échanger entre eux des messages publics ou privés, des liens hypertexte, des vidéos, des photos ou utiliser des applications collaboratives.

On peut distinguer plusieurs types de réseaux sociaux :
– ceux de nature professionnelle comme LinkedIn ou Viadeo
– ceux qui sont devenus grand-public comme MySpace (construit au départ pour favoriser la mise en relation d’artistes) ou Facebook (conçu à l’origine par et pour des universitaires).
La mise en relation avec d’autres utilisateurs se fait à grâce à une
fonction d’ajout d’« amis » pour les réseaux de type ludiques ou de
« contacts » pour les réseaux professionnels.

Ce qui plaît aux adolescents
L’engouement des réseaux sociaux est un phénomène général suivi par
les adolescents qui s’y inscrivent dès 11-12 ans alors qu’ils sont censés n’y être autorisés qu’à partir de 13 ans.
Cet engouement provient de plusieurs raisons (outre son
adaptation en français) :

* ils seraient plus interactifs que les blogs en permettant de partager
plus facilement et rapidement des commentaires et des photos ;
* ils seraient plus sécurisés car accessibles aux seuls amis (et aux
amis des amis des amis…) ;
* ils seraient à l’abri du regard des parents ;
* ils permettent de créer des groupes sur tout et n’importe quoi, y
compris sur des professeurs.

Le réseau social est un outil perçu comme nécessaire par les
adolescents puisqu’il leur permet de trouver une place au sein de leur
communauté et de voir quelles sont leurs compatibilités entre eux. Cet
outil est celui qu’ils se sont appropriés aujourd’hui… jusqu’à ce qu’un
autre plus interactif fasse son apparition…

Selon Yann Leroux, psychologue, « les réseaux sociaux permettent aux
adolescents de se lier et de se délier avec tout autant de facilité. C’est un remède à la solitude car il y a toujours quelqu’un pour vous répondre ».

Les risques pour les mineurs
Les principales infractions pouvant être commises sur un réseau social
sont les mêmes que sur n’importe quel autre site internet. Mais sur un
réseau social, ces infractions semblent plus faciles à commettre et
comportent des conséquences plus graves.

+ FACILE : La possibilité de commettre des infractions est renforcée
par la facilité de publier des contenus et par le contrôle relativement
faible des responsables de certains sites. Le relatif anonymat donc
peuvent bénéficier les auteurs est également un facteur aggravant.

+ GRAVE : Sur les réseaux sociaux, le préjudice causé par les
infractions peut être accru dans la mesure où l’auteur de l’infraction
bénéficie d’une large audience au coeur de l’entourage de la personne
atteinte. Ainsi, par exemple, la diffusion de l’image dégradante de
quelqu’un sur un réseau social atteindra tout son entourage (familial,
amical et professionnel) ; le préjudice sera encore plus grave que si cette même image avait été diffusée sur un site internet quelconque, inconnu de l’ensemble de l’entourage de la personne …

Conseils pour les parents
Lire la suite

www.actioninnocence.org

Source : Action Innocence




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants