Et si jouer à la poupée était plus qu’un jeu ?



L’université de Cardiff et la marque Barbie ont réalisé conjointement au cours des 18 derniers mois une étude qui utilise pour la première fois les neurosciences et la neuro-imagerie pour regarder quel est l’impact réel lorsque les enfants jouent à la poupée.

En effet, il semblerait que la science via ce procédé confirme que les poupées et les poupées mannequins stimulent le cerveau au-delà des seuls bienfaits du jeu. L’étude qui portait sur 42 enfants de 4 à 8 ans (20 garçons et 22 filles), a analysé leur activité cérébrale lorsqu’ils jouaient avec différents coffrets et poupées Barbie. Les conclusions principales de l’Université de Cardiff s’appliquent aux garçons comme aux filles.

Jouer à la poupée active des zones du cerveau qui favorisent, chez l’enfant, le développement d’aptitudes sociales comme l’empathie. La zone du cerveau qui développe l’empathie s’active même lorsqu’un enfant joue seul à la poupée.

Ces résultats pourraient être de nature à rassurer les parents qui sont toujours à la recherche du jouet ou du jeu le plus approprié, le plus éducatif, le plus stimulant, le plus scientifique, le plus compétitif, le plus collaboratif, le plus intelligent, le mieux pensé, le plus…

Faire porter au jeu autant de responsabilités alors que jouer seul à la poupée suffirait à développer un savoir-être important voire indispensable à l’enfant pour son présent et sa vie future que lorsqu’il interagit avec d’autres personnes : l’empathie !

Outre cette expérience scientifique, Barbie a également mené une étude avec OnePoll en juillet 2020 dans 22 pays auprès de 15 000 parents d’enfants de 3 à 10 ans qui a mis notamment en lumière que 84,4 % des parents français interrogés considéraient l’empathie comme une compétence sociale clé qu’ils aimeraient que leur enfant développe alors que seulement 24 % ont conscience que jouer à la poupée peut les aider à développer ces mêmes compétences sociales qu’ils appellent de leurs vœux.

Jouer à la poupée est souvent vu comme dépourvu d’intérêt éducatif alors que cette étude remet en question cette idée reçue et montre que cela favorise l’apprentissage : les enfants inventent des situations entre plusieurs personnages qui, malgré leur simplicité apparente, leur offrent des occasions de développer leurs capacités socio-émotionnelles.

Les poupées telles que les Barbie proposent une large gamme de personnages et d’accessoires, notamment avec des métiers et des uniformes (de juge, de vétérinaire, de joueur/joueuse de football) ou des poupées en fauteuil roulant, permettant aux enfants de s’identifier et ouvre le champ des possibles à tous les scénarii.

Dans le monde actuel et notamment ce monde à l’équilibre sanitaire précaire et changeant depuis plus de six mois, savoir être à l’écoute, être sensibles et attentifs aux opinions et aux émotions des autres est une qualité essentielle pour être capable de s’adapter et de faire preuve d’empathie.

Cette étude montre que jouer à la poupée, même seul, permet tout cela à l’enfant qui pourra devenir un excellent ami, réussir ses études et sa vie professionnelle et devenir un adulte accompli !

Anne Vaneson-Bigorgne

 




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants