Esclaves et négriers -Voir L’Histoire Fleurus



L’esclavage existait sans doute bien avant l’Antiquité. À partir du XVIe siècle, il devient un système commercial règlementé par les États pour fournir la main-d’oeuvre nécessaire aux plantations de sucre ou de café des colonies. Et il faudra attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que cesse enfi n ce commerce inhumain.

Esclaves et négriers retrace cette traite à travers l’océan Atlantique, le commerce négrier à l’intérieur même de l’Afrique, dans l’océan Indien et les îles de Polynésie. Cet ouvrage rappelle le combat pour les abolitions, les fraudes qui ont suivi, et les nouvelles formes d’asservissement.
Il raconte surtout le désespoir de ces hommes et de ces femmes, arrachés à leur terre et à leur culture…

Esclaves et Negriers
de Max Guérout
Cartonné, 21x28cm,
64 pages + 1 DVD Offert
Voir L’Histoire, Fleurus Editions
Prix : 16, 50 Euros
ISBN : 978 2215 10777-4

www.fleurusvoir.com

Le DVD :
Les esclaves oubliés de l’île de Tromelin retrace une des missions de fouilles archéologiques de Max Guérout. En 1761, un bateau négrier clandestin, l’Utile fait naufrage sur l’île de Tromelin.
L’équipage abandonne alors les esclaves. Quinze ans plus tard, un navire de passage retrouve des rescapés. Réalisé par Emmanuel Roblin et Thierry Ragobert, ce fi lm a reçu au Festival international du fi lm archéologique le Grand prix du Jury et le Prix du jeune public.

QUELQUES MOTS DE L’AUTEUR

« Pendant près de 20 ans avec le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), une association à but non lucratif, puis avec l’UNESCO, nous avons cherché une épave de navire négrier sur laquelle nous souhaitions entreprendre une fouille sous-marine. Ces années de recherche étaient demeurées vaines lorsqu’un appel venu de l’île de Tromelin nous offrit une occasion inespérée.
Certes l’Utile n’était pas à proprement parler un navire négrier, et son épave était sans doute trop détruite pour justifier une fouille sous-marine, mais l’installation des esclaves à terre et la force de leur histoire nous décidèrent. Il y avait là une occasion unique de faire entendre la voix de ces esclaves malgaches et au-delà, celle de tous les esclaves.
C’est la raison pour laquelle en même temps que nous avons entrepris des fouilles archéologiques sur l’île, nous avons utilisé tous les moyens pour faire connaître cette histoire : films, livres, bandes dessinées, conférences, articles de presse se sont ainsi succédés. Aussi quand les éditions Fleurus Jeunesse m’ont proposé de rédiger un ouvrage pour les enfants sur le sujet, c’est avec enthousiasme que j’ai accepté. »

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR
Ancien officier de Marine, Max Guérout se consacre entièrement à l’archéologie sous-marine depuis 1987 et fonde en 1982 le GRAN (Groupe de recherche en archéologie navale) dont il est actuellement le directeur des opérations.
Il a mené plusieurs campagnes de recherches sur le thème de la traite des esclaves. Ces travaux ont été inscrits à la décennie mondiale du patrimoine culturel de l’UNESCO de 1990-2000. A plusieurs reprises il s’est rendu sur l’île de Tromelin pour reconstituer l’histoire des esclaves.
Depuis sa création et jusqu’en 2005, il est membre du comité scientifique international du programme de l’UNESCO
« La Route de l’Esclave ». C’est dans ce cadre qu’à la demande du Directeur général, il a porté un projet intitulé « Esclaves oubliés –l’Utile – 1761 » qui a reçu le parrainage de l’UNESCO et son support financier.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !