De la Voltige à Bordeaux – 3 au 5 Février 2012



Un vent de fraîcheur souffle sur Bordeaux : pour la première fois, la finale de la Coupe du monde de voltige, discipline artistique et équestre, voit de jeunes athlètes talentueux se confronter lors des deux programmes libres individuels. Une belle occasion pour découvrir cette pratique spectaculaire, accessible à tous dès l’âge de 3 ans, alliant danse, acrobatie et équitation. Réaliser des figures gymniques sur le dos du cheval, développer son sens artistique et son équilibre tout en harmonie … autant de raisons qui font de la voltige équestre un sport idéal pour débuter l’équitation en totale confiance.

Sensations, émotions
Sport officiellement reconnu par la Fédération Française d’Equitation depuis 1985, la voltige est une approche originale du cheval ou du poney, qui permet d’acquérir de l’aisance et d’éprouver de nouvelles sensations. Elle se pratique en équipe avec un ou plusieurs voltigeurs, un cheval et un longeur qui assure le confort et la sécurité de ces derniers, tout en maintenant le cheval à une allure régulière et adaptée.
En compétition, une épreuve est divisée en deux manches consécutives. Les voltigeurs qui évoluent sur un cheval au galop tenu en longe, sur un cercle de 15 mètres de diamètre au minimum, doivent effectuer une série de figures libres, techniques ou imposées, en harmonie avec la musique. Cette discipline demande un sens de l’équilibre, une bonne aptitude physique ainsi que complicité et confiance entre le voltigeur, le longeur et le cheval. Des juges sont chargés de noter le programme en fonction de la technicité, la difficulté, la valeur artistique, la qualité d’exécution et même la prestation du cheval. La moyenne des notes attribuées lors des deux programmes détermine le classement final.
Le programme libre, qui réserve des surprises impressionnantes, est généralement très apprécié des spectateurs. Le voltigeur enchaîne des figures acrobatiques et périlleuses, il fait appel à son imagination et à sa créativité poétique pour créer un contact direct avec le public et tenter de transmettre de l’émotion.

La voltige, un jeu d’enfant ?
Aujourd’hui, la voltige équestre est une des premières disciplines que le jeune enfant peut pratiquer à poney ou à cheval. Elle peut s’apprendre dès l’âge de 3 ans sans aucune expérience avec l’animal. A leurs débuts, les élèves n’ont à se préoccuper ni de la direction ni de l’allure du poney. Ils sont ainsi plus décontractés, plus réceptifs aux sensations qu’ils peuvent ressentir au contact de leur compagnon et surtout, ils gagnent en assurance. Les enfants sont fiers de se mouvoir dans tous les sens sur le dos de l’animal, que ce soit au pas, au trot ou au galop. Puis entre 6 et 10 ans, les jeunes voltigeurs commencent les bases telles que le montoir, le passage de jambes, la mise à genoux, le debout, l’assis au galop. Nicolas Andréani, maintes fois champion de France, a lui-même commencé la voltige à 6 ans. (cf interview page suivante)

Le saviez-vous ?
On compte plus de 270 000 licenciés en compétition de voltige en Allemagne contre seulement 2 000 en France.

Rencontre avec un champion, Nicolas Andreani
La voltige est encore trop méconnue. Elle est pourtant très populaire en Allemagne, souvent l’un des passages obligés dans certains clubs avant de pratiquer l’équitation. La France compte un champion actuellement : Nicolas Andreani, médaille de bronze aux derniers championnats du monde de Lexington en 2010. Il a fini 2ème de la Coupe du monde en avril dernier. Il nous dévoile quelques secrets de cette discipline qui gagne à être connue.

« un sport pluridisciplinaire avec de la danse, de l’acrobatie et de l’équitation. »
Votre père est gymnaste, votre mère musicienne : il vous était impossible d’imaginer l’équitation par une autre voie que la voltige ? Ça s’est imposé à moi dès l’âge 6 ans. J’avais des qualités gymniques ainsi qu’un goût prononcé pour la musique, je suis donc rentré dans l’équitation par la voltige. J’ai trouvé cela bien plus attrayant de faire de la gymnastique sur un être vivant que sur un agrès fixe et j’ai tout de suite adoré. Au fur et à mesure la passion pour le cheval m’est venue.
Pouvez-vous expliquer, aux personnes qui ne connaissent pas cette discipline, en quoi elle consiste ?
La voltige est un sport pluridisciplinaire avec de la danse, de l’acrobatie et de l’équitation. Il faut être fort dans ces trois domaines si vous souhaitez être un bon voltigeur. C’est aussi un sport multi générationnel, avec des équipes qui se composent d’enfants et d’adultes, comme c’était le cas aux JEM à Lexington où je participais avec Christopher Robin Krause, le plus jeune athlète des Jeux Mondiaux. Entre lui, âgé de 9 ans et moi qui en avait 27, il y avait un vrai écart d’âge, c’était très enrichissant d’apprendre à vivre en groupe avec nos différences.

Un test dure une minute : n’est-ce pas un peu court pour exprimer tout ce que vous avez à montrer ?
J’aimerais que l’on gagne trente secondes sur les programmes libres. Malheureusement, pour obtenir une note de dix en difficulté, il faut réaliser, en seulement une minute, beaucoup de figures gymniques pour avoir le plus de difficultés possibles dans sa reprise, tout cela au détriment de la chorégraphie, la gestuelle et la fluidité. Trente secondes supplémentaires nous permettraient d’ajouter davantage de poésie pour apporter plus d’émotions aux spectateurs.

Combien d’heures d’entraînement cela représente pour un voltigeur : à pied et à cheval ? En quoi consiste l’entraînement à pied ? Nous nous entraînons une quinzaine d’heures par semaine, environ cinq heures à cheval pour dix heures à pied. Pendant la préparation physique, on va travailler le cardio pour garder la ligne et gagner en endurance. Nous faisons des séances de musculation, de gymnastique et des acrobaties sur un trampoline pour travailler les sorties.

Quelles sont les caractéristiques d’un cheval de voltige ? On choisit des grands chevaux parce qu’ils ont une plus longue foulée, ce qui est plus confortable pour le voltigeur et on s’éloigne des trotteurs car la voltige se pratique au galop. Le cheval de voltige doit être sain dans sa tête, avoir un excellent équilibre et bien sur une clinique parfaite. On les achète assez jeunes, vers 5 ans, pour les former et les sortir en international vers 7 ans, puis on essaie de les garder le plus longtemps possible. J’espère garder le mien, Idéfix de Braize, jusqu’aux prochains Jeux Mondiaux, il aura 18 ans et moi 30 ans.

En Allemagne, la voltige est la première discipline par laquelle passent presque tous les cavaliers : Qu’apporte-t-elle dans la construction d’un cavalier ? C’est une discipline très intéressante pour tout cavalier car elle lui permet d’avoir plus d’équilibre, plus d’assurance et d’aisance pour se sortir des situations difficiles, grâce à toutes les positions possibles et inimaginables dans lesquelles on se retrouve. Grâce à la voltige, le cavalier peut également se rendre compte de l’importance de la préparation physique.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants