Bien s’informer sur l’eczéma de bébé pour agir en conséquence



Les premiers mois du nourrisson se révèlent généralement très décisifs dans son processus de croissance. C’est aussi au cours de cette période que bébé va développer un certain nombre d’affections. L’eczéma de bébé fait partie de celles qui sont susceptibles de se manifester dans la petite enfance. Ce billet est justement consacré à cette maladie. Il apparaît en effet important que les parents puissent être suffisamment informés afin d’avoir les bons réflexes. Des symptômes de l’eczéma au traitement adéquat en passant par les causes, nous ferons le tour de toutes les questions récurrentes.

Qu’est-ce que l’eczéma chez un nourrisson ?

Des études démontrent que parmi toutes les maladies de la peau, l’eczéma est le plus fréquent : chaque année, il mobilise environ 30 % des consultations dermatologiques. Cependant, la maladie affecte davantage les enfants, avec un taux de prévalence se situant entre 15 et 30 % contre un taux de 2 à 10 % chez les adultes. De même, 60 % des cas d’eczéma chez l’enfant se manifestent dès la première année de vie. Ainsi, l’eczéma bébé, encore appelé « dermatite atopique », est une maladie inflammatoire de la peau, qui provoque démangeaisons et irritations. Il évolue généralement par poussées (poussée d’eczéma) et alterne le plus souvent avec des périodes d’accalmie de durée variable ; ce qui confirme son caractère chronique.

Quelles sont les causes de l’eczéma ?

Les spécialistes s’accordent à dire que ce type d’eczéma (dermatite atopique) est d’origine génétique. Le terme « génétique » fait intervenir une notion en tout point similaire : la prédisposition. Ainsi, une prédisposition génétique en serait fondamentalement la cause. En effet, les enfants qui sont atteints par cette maladie présenteraient déjà un terrain allergique familial (terrain atopique). L’apparition des symptômes est tout de même consécutive à une exposition aux allergènes de l’environnement. Certains résultent d’un processus de contamination par contact (poussière, acariens, produits de toilette, pollen, etc.), tandis que d’autres proviennent directement de l’alimentation (allergies alimentaires). Les allergies alimentaires concernent principalement : œufs, arachides, lait, tomates, fruits exotiques, etc. Par ailleurs, une hygiène excessive pourrait également favoriser le développement de l’eczéma de bébé. Cette théorie est soutenue par une étude qui démontre que le taux de prévalence en zone urbaine est plus élevé qu’en zone rurale. En effet, un système immunitaire très peu stimulé (peu d’antigènes) dès le bas âge serait beaucoup plus exposé aux manifestations allergiques et donc à l’apparition d’une atopie.

Quels symptômes pour l’eczéma de bébé ?

Pour reconnaître facilement un cas d’eczéma chez un bébé, il est recommandé d’être particulièrement attentif à certains signes tels que l’hyperperméabilité et la sécheresse de la peau. Dans ces conditions, celle-ci devient un terrain propice aux infections. Concrètement, l’eczéma se manifeste par des lésions eczématiformes (rougeurs, croûtes, vésicules, etc.). Aussi, l’apparence de la peau évolue-t-elle en plusieurs phases. Au début, des plaques rouges commencent à se former dans certaines régions du corps (parties convexes des membres et du visage). L’évolution des plaques va entraîner par la suite l’apparition de petits boutons (surélévations) donnant à la peau un aspect plutôt rugueux. En se rompant, les boutons vont laisser s’échapper un liquide translucide. À terme, des croûtes jaunâtres vont se former à partir du suintement. Cette transformation est à l’origine des irritations (démangeaisons) provoquant chez le bébé un certain inconfort. Ainsi, l’enfant pourrait rencontrer beaucoup de difficultés pour s’endormir (troubles du sommeil). Cependant, les symptômes varient en fonction des individus et de la forme d’eczéma. Les poussées sont plus ou moins longues avec des périodes de rémission (pas d’eczéma). Dans certains cas, des lésions sont susceptibles apparaître et peuvent saigner ou encore se sur infecter.

Prévention de l’eczéma chez le bébé

Pour prévenir l’eczéma bébé, il est recommandé de recourir à l’allaitement naturel le plus longtemps possible, surtout lorsqu’il existe dans la famille des antécédents de maladies allergiques. Autrement, des laits spéciaux sont disponibles dans le commerce pour les enfants qui présentent un terrain atopique. Veillez dans tous les cas à consulter un médecin qui vous conseillera dans ce sens. Par ailleurs, il est possible de prévenir l’apparition des symptômes en évitant au maximum les facteurs allergiques. Ainsi, certaines matières comme le coton doivent être privilégiées au détriment de la laine et des tissus synthétiques. Il apparaît aussi nécessaire d’éviter d’exposer trop longtemps l’enfant à la chaleur, aux moisissures, à la poussière, à certains cosmétiques et aux animaux domestiques.

Quels traitements pour l’eczéma ?

Étant une affection chronique, le traitement de l’eczéma du nourrisson s’inscrit dans la durée. Il est recommandé de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes. Ce dernier vous prescrira un traitement médicamenteux efficace pour atténuer les effets. Il s’agira plus exactement d’utiliser des corticoïdes locaux (dermocorticoïdes). Ces derniers se présentent sous forme de crèmes ou de pommades à base de cortisone, qu’il faudra appliquer une fois par jour (au coucher) dans les régions qui sont affectées. L’application locale doit se poursuivre jusqu’à la disparition totale de toutes les lésions sur la surface de la peau. L’utilisation de crèmes hydratantes fait aussi partie du traitement. Ces dernières permettent de prévenir aussi bien les poussées d’eczéma que l’irritation de la peau. Mais, contrairement aux dermocorticoïdes, les crèmes hydratantes doivent être appliquées tous les jours sur tout le corps. Dans certains cas plus graves de surinfection bactérienne, la prise d’antibiotiques est susceptible de précéder le traitement à base de dermocorticoïdes. En règle générale, le traitement local est de courte durée pour éviter les effets indésirables (fragilisation de la peau, accoutumance, etc.), mais il a le mérite d’être efficace. Cependant, en dehors des prescriptions médicales, il est essentiel d’avoir de bons réflexes et une hygiène irréprochable pour espérer inverser les effets néfastes de l’eczéma du nourrisson. Ainsi, il n’est pas utile de laver le bébé plus d’une fois par jour. Pour ce faire, il faut utiliser un savon doux dans une eau à 36 °C. Pour calmer les démangeaisons, vous pouvez pulvériser les lésions avec un brumisateur d’eau minérale. Il faut cependant veiller à ne pas trop le rapprocher de la peau pour éviter toute contamination et une infection de l’appareil. En définitive, l’eczéma de bébé n’est pas une affection irréversible. Les chances de rémission sont d’ailleurs grandes. Étant donné son caractère virulent, il pourrait toutefois être judicieux de s’enquérir des canaux de transmission de cette dermatose prurigineuse se caractérisant par une inflammation assez sévère de la peau. Cela dit, il s’agit d’une affection non contagieuse : il n’existe donc pas potentiellement de risques de contamination pour les parents et pour l’entourage.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants