Attention : Rappel de l’avis de la CSC relatif à la sécurité des piscines hors sol



Trop facilement franchissables, surtout lorsqu’elles font moins de 1,10 mètre de hauteur, les piscines hors sol peuvent s’avérer dangereuses pour les jeunes enfants. Si les statistiques officielles ne permettent pas pour l’instant de déterminer avec précision l’ampleur du phénomène – l’enquête « noyades » de l’Institut de veille sanitaire de 2006 fournit le chiffre de 34 accidents dans ce type de bassin, sans préciser l’âge des victimes ni les conséquences des noyades – en revanche, la presse régionale se fait régulièrement l’écho d’accidents mortels d’enfants survenus dans les piscines hors sol, lesquelles représentent aujourd’hui plus du tiers des piscines de particuliers, soit environ 400 000 bassins.

La CSC rappelle que, dans un avis adopté le 13 novembre 2008, elle a demandé aux pouvoirs publics de soumettre ces piscines aux mêmes obligations de prévention des noyades que les piscines enterrées, qu’elles soient déposées au sol, partiellement enterrées ou encastrées. Rappelons que la loi du 3 janvier 2003 oblige les propriétaires de piscines à équiper leur bassin d’un dispositif de protection normalisé : couverture, abri, barrière ou alarme. La Commission a également demandé que les revêtements des piscines, aussi appelés liners, soient soumis à la même réglementation que celle applicable aux revêtements de sols et murs fabriqués en PVC, notamment pour ce qui concerne l’interdiction des métaux toxiques tels que le cadmium ou le plomb.

D’autre part, la CSC recommande aux organismes chargés de la normalisation de modifier et compléter la norme relative aux piscines en kit sur les points suivants :
– présence d’un bois de classe 4 (qualité requise en milieu humide) pour les piscines en bois
– essais de résistance des parois à l’agitation, à la perforation et à l’abrasion pour les piscines gonflables
– vente obligatoire avec le bassin d’une échelle d’accès, en veillant à ce que celle-ci soit munie d’un dispositif (échelle relevable ou autres mécanismes) empêchant le franchissement en dehors des périodes de baignades.

En complément, la CSC préconise l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques précisant les règles de préparation du sol, d’installation, de stockage et de remontage des différents types de bassins.

D’ores et déjà, la Commission invite les professionnels à ne pas présenter dans leurs catalogues et publicités des groupes de filtration alimentés en 220/230 volts situés à proximité du plan d’eau. Elle leur demande d’informer les consommateurs de leurs obligations au regard des règles d’urbanisme (déclaration préalable du bassin en mairie s’il représente un volume supérieur à 10 m3 et s’il reste à demeure plus de 3 mois).

Enfin, elle conseille aux consommateurs de neutraliser systématiquement après la baignade l’accès extérieur à la piscine (échelle relevable et autres dispositifs) et de ne pas enterrer ou encastrer les piscines destinées à être simplement posées sur le sol.

Source : CSC




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !