Anxiété chez les enfants : quand s’inquiéter des inquiétudes de votre enfant



Tous les enfants ont des craintes, qu’ils aient peur d’une chambre sombre, d’une nouvelle année scolaire ou du chien du voisin. La plupart se plaindront simplement de ces inquiétudes et passeront à autre chose. Mais environ 7% des enfants âgés de 3 à 17 ans ont un trouble anxieux, et ces choses apparemment insignifiantes peuvent être débilitantes pour eux.

En effet, chez les enfants anxieux, les inquiétudes deviennent généralement plus intenses avec le temps au lieu de disparaître naturellement. Peu importe combien vous répondez aux questions d’un enfant anxieux ou lui dites que tout va bien, il ne peut pas absorber votre assurance. Dans les cas graves, les enfants anxieux peuvent arrêter de manger, de dormir ou d’aller à l’école. À tout le moins, leur instabilité peut les distinguer de leurs pairs – souvent à un âge où l’intégration est cruciale.

Si vous pensez que votre enfant souffre d’anxiété, lisez la suite pour en savoir plus sur les causes, les symptômes et les options de traitement du trouble courant.

Quelles sont les causes de l’anxiété infantile ?

L’anxiété de votre enfant est juste la chance du tirage génétique. Il y a une sorte de détecteur de fumée dans votre tête qui est censé se déclencher lorsque le cerveau perçoit un danger, et cela déclenche la réaction de combat ou de fuite. Chez les enfants anxieux, leur détecteur de fumée est réglé à un niveau beaucoup plus sensible, et ils ont également une réaction beaucoup plus dramatique. En fait, la recherche a montré que des différences dans la réponse au stress peuvent être détectées chez les bébés dès l’âge de 6 semaines, prouvant que la nature est au moins aussi importante que l’éducation en matière d’anxiété.

Il y a aussi un lien familial : les enfants dont les parents sont anxieux sont jusqu’à sept fois plus susceptibles d’avoir un trouble anxieux que les enfants dont les parents ne sont pas anxieux. Le lien est à la fois biologique et comportemental. Il existe un risque héréditaire, mais lorsque les parents sont surprotecteurs ou modèlent leurs propres peurs, ils augmentent le risque d’anxiété de leur enfant.

Des situations difficiles – comme la mort d’un parent, le déménagement ou même le stress d’avoir un parent au chômage – peuvent également faire de l’anxiété gérable un trouble à part entière. Un événement majeur peut parfois donner à un enfant l’impression que tout dans la vie change et que rien n’est prévisible.

Signes d’anxiété chez les enfants

Même les enfants heureux ont tendance à s’inquiéter davantage lorsqu’ils atteignent l’âge de 7 ou 8 ans, car ils acquièrent une meilleure compréhension du monde qui les entoure et réalisent à quel point ce n’est pas sous leur contrôle. À cet âge, il y a un passage des inquiétudes de monstre sous le lit à celles de la vie réelle, qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle ou de laisser tomber l’équipe de foot.

La différence entre une inquiétude normale et un trouble anxieux est la gravité. Un jeune enfant peut ne pas se rendre compte que ses inquiétudes sont irréalistes ou exagérées, et il se peut qu’elle ne les exprime que par son comportement. S’il craint que quelque chose n’arrive à un parent, par exemple, il peut avoir du mal à se séparer ou à s’endormir. S’il n’arrive pas à s’inquiéter de tomber malade, il peut chercher à se rassurer constamment ou se laver les mains de manière obsessionnelle.

Les enfants qui souffrent d’anxiété sévère éviteront également les déclencheurs. Si un enfant refuse de participer à des activités que d’autres enfants apprécient, fait une crise de colère avant chaque rendez-vous avec le dentiste ou le médecin, tombe malade le dimanche soir ou passe beaucoup de temps dans le bureau de l’infirmière de l’école, une anxiété grave peut en être la cause.

Les autres symptômes d’anxiété chez les enfants comprennent des maux de tête ou des maux d’estomac sans origine médicale, des troubles du sommeil et des actes. Votre enfant peut également poser des questions inspirées par la peur qui s’aggravent avec le temps. Par exemple, il est tout à fait normal qu’un enfant se demande : « Cela peut-il nous arriver ? » après avoir vu un reportage sur un incendie dans une maison. Il n’est pas normal d’être obsédé par cet incendie plusieurs mois plus tard.

Types de troubles anxieux chez les enfants

L’anxiété chez les enfants peut se manifester par plusieurs troubles différents, et de nombreux enfants ont une combinaison des conditions suivantes.

  • Désordre anxieux généralisé

Le trouble d’anxiété généralisée est une inquiétude excessive au sujet des choses quotidiennes, ainsi qu’une tendance à imaginer le pire des cas. Ce trouble se concentre souvent sur la performance à l’école ou dans le sport – Vais-je réussir le contrôle ? Et si je ne joue pas bien ? Vais-je entrer dans une bonne université ? Cela peut conduire à des études ou à une pratique extrême, faisant de l’enfant son propre tyran.

Les enfants atteints de ce trouble s’inquiètent sans cesse de leur capacité à répondre aux attentes. Ils cherchent souvent à se rassurer pour tenter d’apaiser leurs peurs (Arriverons-nous à l’heure ? Et si je ne peux pas m’endormir la nuit précédant le contrôle ?) Et ils peuvent être rigides et irritables. Leur stress peut entraîner des symptômes physiques, notamment de la fatigue, des maux d’estomac et des maux de tête.

  • Trouble d’anxiété sociale

Un enfant souffrant d’anxiété sociale a peur de rencontrer ou de parler aux gens. La plupart des enfants sont parfois timides ou gênés, mais quand un enfant est excessivement inquiet de faire quelque chose d’embarrassant ou d’être jugé négativement, il peut avoir ce trouble. L’anxiété sociale peut inciter un enfant à éviter l’école ou d’autres situations sociales, et à pleurer ou à faire des crises de colère lorsqu’il est poussé à y aller.

Certains enfants ont une anxiété sociale axée sur la performance – par exemple, parler en classe ou commander au restaurant. D’autres peuvent devenir anxieux même lorsqu’ils ne sont pas sous les projecteurs, ce qui leur fait craindre d’aller à l’école, de manger en public et d’utiliser les toilettes publiques.

  • Mutisme sélectif

Une enfant atteinte de mutisme sélectif parle facilement avec sa famille et ses amis, mais elle est tellement anxieuse devant les autres qu’elle ne peut pas parler du tout. Les pairs, les enseignants et les figures d’autorité interprètent parfois ce silence comme volontaire, mais l’enfant est en fait paralysé par une extrême conscience de soi.

Le mutisme sélectif peut causer une détresse grave à un enfant, car il ne peut pas communiquer même s’il a mal ou a besoin d’aller aux toilettes. Cela peut également l’empêcher de participer à l’école et à d’autres activités. Certains enfants semblent figés, comme des cerfs dans les phares, lorsqu’ils sont appelés à parler. D’autres utiliseront des gestes, des expressions faciales et des hochements de tête pour communiquer sans parler. Même à la maison, les enfants atteints de mutisme sélectif peuvent se taire lorsqu’une personne autre qu’un membre de la famille est présente.

  • Trouble d’anxiété de séparation

Si la séparation des parents ou des soignants provoque une détresse extrême, votre enfant peut souffrir d’un trouble d’anxiété de séparation. La difficulté à se séparer est normale dans la petite enfance : cela devient un trouble si la peur et l’anxiété interfèrent avec un comportement adapté à l’âge, qu’il s’agisse de laisser un parent hors de sa vue à 18 mois ou d’être déposé à l’école à 7 ans.

Un enfant souffrant d’anxiété de séparation peut avoir des difficultés extrêmes à dire au revoir à ses parents, à être seul à un étage de la maison ou à s’endormir dans une pièce sombre, car il est terrifié à l’idée que quelque chose lui arrive ou à sa famille s’ils sont séparés. IL pourrait éviter les jeux et les fêtes d’anniversaire, et à la maison, il pourrait suivre constamment un parent. L’anxiété de séparation peut également déclencher des maux d’estomac, des maux de tête et des étourdissements en prévision de la séparation.

  • Trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

Si un enfant est en proie à des peurs intenses et se sent obligé d’effectuer des rituels répétitifs pour les faire disparaître, il peut avoir un trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Les enfants atteints de TOC sont submergés par des pensées indésirables et des peurs, qu’ils désamorcent par des actions répétitives. Par exemple, une fille peut avoir peur que des cambrioleurs volent la maison, mais une personne atteinte de TOC pense que les cambrioleurs viendront à moins qu’elle ne touche à tout ce qui se trouve dans sa chambre.

Les obsessions courantes sont la peur de la contamination, la peur qu’eux-mêmes ou un de leurs proches soient blessés, et la peur qu’ils fassent eux-mêmes quelque chose de terrible. Les enfants peuvent se laver les mains de manière compulsive, verrouiller et reverrouiller les portes, ou toucher des parties de leur corps symétriquement pour neutraliser la peur et se mettre à l’aise. Ils peuvent également poser des questions à plusieurs reprises et chercher à se rassurer, et ils peuvent insister pour que d’autres participent à leurs rituels.

  • Phobies spécifiques

Une phobie est une peur illogique et dévorante à propos d’un objet ou d’une situation particulière (chiens, clowns, bruits forts, eau, insectes, obscurité, etc.) Cette peur paralysante se manifeste lorsque votre enfant est confronté directement ou indirectement à ce qui la provoque, comme voir une image ou entendre une chanson à son sujet.

Les enfants ayant des phobies spécifiques anticiperont et éviteront leur déclenchement, ce qui peut sérieusement limiter leurs activités. Ils peuvent pleurer ou faire des crises de colère pour éviter l’objet de leur détresse, ou ressentir des symptômes physiques comme des tremblements, des étourdissements et de la transpiration.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants