Amendement BAGUET : une réponse technique inappropriéernLa Fédération Générale des PEP demande un statut du Volontariat d’Animation



Le Conseil d’État, dans sa décision du 10 octobre 2011, confirmait le jugement de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) réglementant un temps de repos journalier du Contrat d’Engagement Educatif par un minimum de 11 heures consécutives pour les animateurs occasionnels en Accueils Collectifs de Mineurs.

Ce mercredi 29 février, l’amendement déposé par le député BAGUET dans le cadre de la loi Warsmann a été voté à l’Assemblée nationale, il impose la mise en place d’un temps de repos compensateur partiel et hebdomadaire, avec une prise différée du restant après le séjour.

Pour la Fédération Générale des PEP, cette réponse technique n’est absolument pas à la hauteur du problème posé par l’application des nouvelles dispositions pour l’organisation des Accueils collectifs de mineurs.
Quels sont les conséquences de l’application des mesures de cet amendement ?

– une augmentation des prix des séjours de 15 à 50% rendant l’accès inaccessible aux familles les plus démunies
– une impossibilité de recrutement pour les organisateurs de séjours de Vacances éducatifs : il n’y a pas assez de directeurs et d’animateurs disponibles l’été pour faire face à cette situation
– une impossibilité pour les animateurs d’enchaîner deux séjours
– un casse-tête organisationnel pour les directeurs occasionnels obligés de jongler avec deux équipes (difficultés de transmission de l’information)
– une impossibilité de mettre en place une continuité pédagogique importante pour les repères des enfants et des jeunes
– une annulation de la majorité des séjours adaptés faute d’animateurs et de coûts trop élevés pour les familles (deux animateurs pour une personne en situation de handicap)
– …

La Fédération Générale des PEP, qui accueille chaque année dans ses 110 centres de vacances et ses 190 centres de loisirs plus de 150 000 enfants, adolescents et familles, estime que c’est l’identité des animateurs, des séjours Vacances et de nos associations qui est remise en cause.

Elle se prononce pour la promotion du volontariat d’animation, en tant qu’activité émancipatrice et en tant qu’expérience civique et citoyenne. Le volontariat d’animation est une réponse politique claire de soutien aux organisateurs de séjours de Vacances à but non lucratif ainsi qu’une solution technique rapide et durable.

La Fédération Générale des PEP se réjouit du contenu du projet de loi visant à créer un statut du Volontariat d’Animation déposé par le député Mr JUANICHO, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 22 décembre 2011, et demande son inscription pour la prochaine session du Parlement.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !