Actualisation des recommandations sur l’utilisation du fluor dans la prévention de la carie dentaire avant l’âge de 18 ans



L’Afssaps vient d’actualiser ses recommandations de 2002 sur l’utilisation de fluor dans la prévention de la carie dentaire. Les données récentes invalident l’apport de fluor chez les enfants de moins de 6 mois. Au delà de 6 mois, l’usage de fluor doit être modulé en fonction du risque de carie de l’enfant, en complément du brossage quotidien des dents.
L’Afssaps rappelle que l’utilisation du fluor n’est qu’un aspect de la prévention de la carie dentaire.

Le fluor : une efficacité reconnue mais des divergences sur son utilisation

La carie dentaire est une maladie qui fait intervenir des facteurs liés au sujet, à la flore buccale et à l’alimentation. Unanimement considéré comme un agent essentiel de prévention de la carie dentaire, le fluor a cependant fait l’objet de nombreux débats au cours des dernières années. Des divergences ont vu le jour notamment sur les modalités d’administration, l’âge optimal, le caractère systématique ou non de la supplémentation et la voie d’administration préférentielle.
Ces différentes approches se sont traduites par des recommandations de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD) en 2000, celles de l’Afssaps en 2002 et celles de la Société Française d’Odontologie Pédiatrique (SFOP) en 2004.

Les nouvelles données
En 2008, l’Afssaps a reconstitué un groupe de travail composé d’experts en odontologie pédiatrique, en biologie, en santé publique odontologique, en chirurgie maxillo-faciale et en stomatologie ainsi que des représentants de la Haute autorité de santé (HAS) et de l’Afssa. Ce groupe a effectué une analyse des données bibliographiques les plus récentes qui ont substantiellement évolué depuis 2002, en raison notamment de connaissances plus précises sur le mécanisme d’action du fluor.

En effet, au début des années 1980, l’action du fluor considérée comme majeure était liée à l’apport par voie générale (comprimés, gouttes : action pendant toute la phase de minéralisation des couronnes). L’action locale (utilisation de dentifrice, gommes à mâcher, après la pousse dentaire) était considérée comme complémentaire.
Aujourd’hui, les données expérimentales, cliniques et épidémiologiques montrent que les fluorures ont une efficacité supérieure lorsqu’ils sont administrés après l‘éruption dentaire (action locale essentiellement).
De plus, l’efficacité protectrice maximale est obtenue grâce à des apports faibles mais réguliers de fluorures dans la bouche. En effet, ces apports assurent la présence continue d’ions fluorures à la surface de l’émail.

L’actualisation des recommandations
** Chez l’enfant de moins de 6 mois
Alors que les recommandations de 2002 prévoyaient la prescription systématique de fluor par voie orale (gouttes, comprimés) dès la naissance et jusqu’à 2 ans, elle parait désormais inutile avant l’âge de 6 mois.

** Chez l’enfant de plus de 6 mois
Les études nationales et régionales montrent une diminution de la prévalence de la carie dentaire.
Cependant, on note que 20 à 30% des enfants présentent 80% des caries. En effet, le risque de carie varie en fonction de différents critères comme les mauvaises habitudes alimentaires (grignotage en dehors des repas), le non respect des règles d’hygiène bucco-dentaire mais aussi le niveau socio- économique de la famille.
Ainsi, après l’âge de 6 mois, l’usage des fluorures par voie orale doit être modulé en fonction du risque de carie chez l’enfant.

Chez les enfants présentant un risque réduit : le brossage des dents avec un dentifrice fluoré est recommandé au minimum 2 fois par jour. Le dentifrice doit avoir une teneur en fluor adaptée à l’âge de l’enfant.

Chez les enfants présentant un risque plus élevé : en complément du brossage des dents, un apport médicamenteux par voie orale est conseillé dès l’apparition des premières dents. La prescription doit être précédée d’un bilan personnalisé des apports journaliers en fluor. Il est en effet nécessaire de prendre en compte les autres sources de fluor (eau de boisson, sel par exemple) pour éviter que l’enfant ne développe une fluorose dentaire, c’est-à-dire un excès de fluor caractérisé par l’apparition de tâches sur les dents.
D’autre part, le chirurgien-dentiste peut proposer d’autres thérapeutiques complémentaires comme l’application de fluor sous forme de vernis ou de gels sur les dents de l’enfant.

La prévention de la carie est multifactorielle
Les modifications substantielles du contenu des recommandations sur l’utilisation du fluor, conduisent l’Afssaps à informer dès aujourd’hui les professionnels de santé et le public.
Les recommandations de l’Afssaps s’intègrent dans un plan général de prévention de la carie dentaire mis en place en 2005 par le ministère de la Santé et des Solidarités.
Dans ce contexte, la Haute Autorité de Santé (HAS) prépare des recommandations en santé publique pour aider à l’orientation de la politique de prévention de la carie dentaire en France. Ces recommandations devraient être rendues publiques en 2009.

L’Afssaps rappelle que la prévention de la carie dentaire passe par l’éducation à une hygiène bucco- dentaire adaptée, une bonne hygiène alimentaire, une bonne utilisation du fluor et une consultation précoce et régulière du chirurgien-dentiste. Quel que soit le niveau de risque de carie chez l’enfant, la mesure la plus efficace de prévention des caries est un brossage des dents avec un dentifrice fluoré, au moins deux fois par jour. Ce brossage doit être réalisé ou assisté par un adulte chez les enfants avant 6 ans ou peu autonomes.

Source: Afssaps




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !