7 raisons pour lesquelles les enfants pleurent qui ne sont pas toujours faciles à reconnaître



Que cela ait du sens pour vous ou non, les pleurs d’un enfant envoient toujours un message. Votre enfant n’est pas qu’un bébé qui pleure. Le contenu du message change en fonction du stade de développement et de ce qui se passe. Mais quel que soit le déclencheur, les larmes vous font savoir que votre enfant a besoin d’un peu d’aide pour réguler ses émotions et être capable de passer à autre chose. Ce sont les messages cachés que les sanglots de votre enfant pourraient vous dire et comment vous pouvez aider.

« Je suis épuisé. »

Lorsqu’un enfant est fatigué, son corps libère un surplus d’adrénaline et de cortisol pour essayer de le garder alerte – les mêmes hormones libérées en réponse au stress. Ces hormones peuvent nous rendre plus vulnérables à la grimace et aux larmes. Les centres de raisonnement du cerveau d’un enfant sont encore en développement, ce qui rend doublement difficile pour eux de contrôler leurs impulsions et leurs émotions lorsqu’ils sont épuisés.

Comment aider : Une fois que vous avez compris que les larmes sont dues à la fatigue, n’essayez pas de négocier ou de convaincre votre enfant qu’il a sommeil. Mettez-les au lit aussi vite que possible : les enfants fatigués n’ont pas de bande passante pour faire face à toute sorte de frustration, et ce n’est pas le moment d’essayer de discuter avec eux. Si cela se produit souvent, repensez à la façon dont votre famille donne la priorité au sommeil. Vous devez peut-être limiter l’utilisation de l’écran la nuit ou prévoir plus de temps d’arrêt.

« Je suis débordé. »

Les recherches suggèrent qu’entre 10 et 35 pour cent des personnes sont plus sensibles aux sons, aux lumières et à l’agitation que les autres. Enfants, ils peuvent être submergés et fondre en larmes dans des situations bruyantes ou chaotiques, comme les fêtes d’anniversaire. Ce n’est pas un trouble sensoriel. C’est juste une différence naturelle de biologie et de personnalité.

Comment aider : Rappelez-vous que pleurer peut être bénéfique pour les enfants. Nous pensons souvent que c’est notre travail d’arrêter les pleurs de notre enfant, mais c’est une idée fausse. Votre enfant partage ses grands sentiments avec vous, alors au lieu d’essayer de calmer ses larmes, aidez-le à identifier ce qui se passe en disant quelque chose comme : « C’était dur. Tu es vraiment bouleversé. Je suis ici. Je peux t’aider. »

« Quelque chose fait mal. »

Les cris de douleur des bébés ont tendance à être plus forts et plus intenses avec moins de respirations, tandis que les cris difficiles sont plus graves et plus irréguliers. À 3 ou 4 ans, les enfants peuvent aussi pleurer en prévision de la douleur. Maintenant, ils sont capables de regarder vers l’avenir et d’imaginer que quelque chose, comme enlever une écharde ou se faire vacciner, va faire mal.

Comment aider : Un contact physique apaisant ou un câlin fera couler l’ocytocine, un puissant analgésique naturel. Un sac de glace peut également offrir un effet calmant et arrêter tout gonflement si une bosse ou une chute a causé les larmes.

Si votre enfant a peur de la douleur future, comme une piqûre, commencez par faire preuve d’empathie en disant : « Les piqûres sont effrayantes pour toi et tu as peur que cela fasse mal » ou « Les piqûres ne sont pas amusantes. Personne n’aime se faire vacciner ». Passez ensuite à la résolution de problèmes. Si vous attendez au cabinet du médecin, vous pourriez les distraire en disant : « Fais comme si mes doigts sont des bougies d’anniversaire », tout en les agitant devant votre enfant. Puis dites : « Fais ton meilleur vœux et souffle-les ! » Si vous êtes toujours à la maison, commencez par faire preuve d’empathie, puis décrivez ce qui va se passer étape par étape. Planifiez une activité brève et amusante à faire par la suite, comme un voyage au parc ou une friandise de chocolat chaud avec des guimauves – non pas comme une récompense pour être bon, mais comme un moyen de leur donner quelque chose à espérer afin qu’ils ne soient pas obsédés par le tir.

« J’ai besoin de nourriture, maintenant !»

Tout comme les adultes, certains enfants ont faim lorsqu’ils n’ont pas mangé depuis un certain temps et que leur glycémie baisse. Sans carburant approprié, les processus de réflexion, d’apprentissage et de régulation émotionnelle de leur cerveau ralentit.

Comment aider : Si vous savez que vous avez un enfant particulièrement sensible à la faim, prévoyez et préparez des collations chaque fois que vous sortez. Vous devriez même garder quelques barres protéinées « d’urgence » résistantes à la fonte ou dans votre voiture. Les jeunes enfants ne sont pas capables de mettre leur faim en attente et d’attendre de manger de la même manière que les adultes, ils sont donc beaucoup plus susceptibles de pleurnicher et de fondre lorsque leurs réserves sont faibles. Si vous savez que votre enfant meurt toujours de faim lorsque vous préparez le dîner, offrez-lui un « apéritif » de carottes miniatures, de salade ou de tranches de pomme. Et évitez de demander à votre enfant affamé ce qu’il veut manger. Donnez-leur simplement quelque chose que vous savez qu’ils accepteront. Rappelez-vous qu’ils ne peuvent pas raisonner pour le moment et offrir des choix est susceptible d’entraîner de la frustration.

« Je me sens coupable. »

À partir de l’âge de 3 ans, les enfants commencent à ressentir de l’empathie pour les autres et peuvent pleurer lorsqu’ils ont blessé quelqu’un ou fait quelque chose de mal. Cette réaction est à la fois un signe de vrais remords et un effort pas tout à fait conscient pour éviter d’avoir des ennuis. La peur peut être une autre raison de ces grosses larmes de culpabilité, en particulier chez les tout-petits. Votre enfant pourrait penser : « Si je fais quelque chose de mal, tu ne m’aimeras plus ? »

Comment aider : Apprenez à votre enfant qui a des remords à se faire pardonner afin qu’il puisse surmonter la situation bouleversante. Par exemple, s’ils ont détruit le château LEGO de leur sœur, demandez-leur : « Que peux-tu faire pour l’aider à se sentir mieux ? » Peut-être qu’ils suggéreront de l’aider à le reconstruire en plus de lui dire qu’ils sont désolés – ou vous pouvez les encourager à arriver à cette conclusion.

« J’ai peur. »

Avoir peur est une émotion saine et normale qui nous aide à survivre. Les nourrissons et les tout-petits pleurent souvent lorsque quelque chose submerge leurs sens. Les choses qui surviennent soudainement ou de façon inattendue sont effrayantes parce qu’un enfant a du mal à les comprendre. C’est pourquoi un chat ou un chien qui darde ou une toilette à chasse d’eau bruyante peut provoquer des larmes chez les tout-petits. Vers l’âge de 3 ans, l’imagination de votre enfant s’épanouit et il peut commencer à craindre des choses qui ne l’ont jamais dérangé auparavant, comme les animaux ou l’obscurité.

Comment aider : faites preuve d’empathie, même si leur peur semble totalement déraisonnable. En termes de fonction cérébrale, se sentir entendu aide vraiment les enfants à se calmer. Pensez-y : si vous êtes bouleversé et que quelqu’un le minimise ou essaie immédiatement de « l’arranger », vous vous sentez souvent plus mal. Commencez par dire quelque chose comme : « Cela te semble si effrayant. » Puis encouragez votre enfant en disant que vous savez qu’il est assez fort pour affronter cela, même s’il a peur.

« Je suis en colère ! »

Oh, les larmes chaudes d’un enfant frustré. Lorsque votre tout-petit ou votre enfant d’âge préscolaire tape du pied, crie ou claque une porte, rappelez-vous que les enfants de cet âge ont peu de contrôle émotionnel. Leurs larmes de rage peuvent couler parce que quelque chose semble injuste, que quelqu’un a bloqué leurs plans ou qu’ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient. Les zones du cerveau de votre enfant qui l’aideront à être plus flexible sont encore en développement. Crier est une réaction impulsive, pas un choix. Même les enfants de 8 ou 9 ans n’ont pas autant de contrôle émotionnel que les adultes.

Comment aider : Dites à votre tout-petit : « Tu es vraiment fou. Tu voulais porter tes sandales même s’il faisait froid dehors. » Ou pour un enfant plus âgé : « Tu sembles vraiment frustré. Je sais à quel point tu voulais y aller. » L’empathie vous aidera à essuyer leurs larmes, peu importe ce qui les a fait tomber.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants