3 façons d’aider les enfants à exprimer leurs sentiments



 

Nommer et valider les sentiments de colère de votre enfant est une bonne tactique parentale, mais cela ne fonctionne pas pour tous les enfants. Si votre tout-petit s’arrête souvent ou proteste lorsque vous lui demandez ce qui ne va pas, essayez ces stratégies alternatives, qui fonctionnent le mieux pour les enfants de 5 ans et plus, proposées par un psychologue clinicien (et une mère de trois enfants).

Restez proche et calme.

Pour les enfants avec des tendances perfectionnistes ou un esprit indépendant, en disant : « Tu es tellement en colère » et « Je vois que tu n’es pas toi-même, ça va aller » pendant une crise de colère peut en fait intensifier les sentiments négatifs et susciter la honte. Au lieu de cela, soyez présent et restez calme pour valider et communiquer avec votre enfant. Vous pouvez commencer par prendre de grandes respirations et répéter un mantra silencieux, comme « Tout va bien avec moi. Tout va bien avec mon enfant. Je peux faire face à ça. » Lorsque vous parlez à votre enfant pendant une crise, restez fidèle à des phrases sans sentiments. Essayez : « Je suis ici avec toi. » Lorsque vous vous concentrez sur votre propre régulation et que vous êtes présent pour votre enfant, il apprendra que ses sentiments ne sont pas si effrayants.

Développez une métaphore des grandes émotions.

Cela fournira un moyen de communiquer avec votre enfant sans faire la conversation directement à son sujet. Dans un moment de calme, vous pourriez dire : « Penses-tu que les sentiments fonctionnent comme un ascenseur ? Imaginez qu’il y en ait un dans le hall. Il monte au deuxième étage, puis au quatrième, puis il doit monter rapidement sur le toit avant de pouvoir redescendre lentement. Le corps de certaines personnes fonctionne comme ça. » Ne vous découragez pas si votre enfant ne dit rien en retour. Passez à autre chose et ayez confiance qu’ils ont enregistré vos efforts pour comprendre et comprendre.

Transformez-le en jeu.

Pour aider votre enfant à ressentir ses propres émotions, essayez le jeu de notation. Une fois que votre enfant s’est calmé, dites : « Je vais poser une question sur quelque chose qui s’est passé. Si tu sens que c’est ça, lève ton pouce. Si ce n’est pas trop ça, place ton pouce sur le côté. Si tout est faux, pouce vers le bas. » Commencez par une interprétation qui fera rire et résultera en un pouce vers le bas. (« Quand nous jouions au football, tu t’es énervé parce que des extraterrestres sont venus nous voler notre ballon ! ») Après un rire, dites : « Ou parce que tu voulais marquer un but et que tu étais frustré quand tu n’as pas réussi. » Lorsque votre enfant vous montre un pouce vers le haut, n’allez pas plus loin. Vous pouvez valider avec « je comprends. » Puis demandez : « Tu veux que je continue ? Donnez-moi un mouvement de pouce pour me le faire savoir. »

Si votre enfant a de grandes explosions et des effondrements qui vous accablent, ou si vous sentez que vous et votre enfant êtes enfermés dans une dynamique improductive autour de moments émotionnels intenses, nous vous suggérons de consulter un professionnel.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances dédiées aux familles, parents et enfants