QU’EST-CE QU’UN « BON » GOUTER ?



Véritable moment de plaisir pour nos bambins, le goûter est la pause après l’école qui marque le retour à la maison, ou le 4erepas qui est pris en milieu de journée pendant les vacances, souvent après la sieste ou le temps calme, avant d’aller jouer l’après-midi. Au même titre que le petit déjeuner, il est un moment « important » de la journée de l’enfant, pas tant en matière d’apport énergétique journalier dont il représente de 10 à 15 %, mais parce que c’est la collation qui, si elle est équilibrée, permet aux enfants d’attendre sans fringale le repas du soir.

Israël PANIAGUA, diététicien-nutritionniste vous livre ses conseils pour un goûter adapté aux besoins des enfants :

« La règle de base est un goûter et un seul. Si au bout d’une heure et demie ou de deux heures l’enfant a faim, il est préférable d’avancer l’heure du repas plutôt que de lui en donner un 2ème.

Autre principe important et souvent négligé : le goûter, idéalement doit se manger assis à table ou au parc, au calme sans télévision ni ordinateur ou tablette. En fonction de qui est présent avec l’enfant, c’est peut-être aussi l’occasion d’un moment de partage.

Je conseille de le prendre à heure régulière et à distance des 2 repas principaux.

Bien que considéré plus comme une collation qu’un repas, le goûter répond aux besoins importants des enfants dont la croissance entraîne une forte dépense d’énergie et des besoins accrus en protéines, en calcium et en fer.

En outre, il évite de grignoter et/ou de « craquer » pour des aliments trop caloriques et néanmoins pauvres en vitamines et minéraux. Il permettra de tenir jusqu’au dîner et/ou de compenser un déjeuner trop léger.

Les conseils qui vont suivre s’appuient sur le constat que les enfants qui « goûtent » équilibré et régulièrement ont un poids correct, à l’intérieur des courbes de croissance. 

Avant de vous livrer quelques idées pour le composer, je recommande vivement de faire attention aux excès de produits sucrés et de préférer des aliments qui font place aux protéines et notamment à celles de lactosérum apportées par les laitages : lait, yaourt, fromage, fromage blanc, petit-suisse, etc. qui, outre le côté rassasiant qu’ils procurent, sont source d’apport en calcium et vitamines du groupe B.

Selon le Programme National Nutrition Santé (PNNS), un goûter adapté se compose de 1 ou 2 aliments choisis par l’enfant parmi les groupes suivants : fruits, lait et produits laitiers, et produits céréaliers.

Voici quelques exemples non exhaustifs de goûter :

En intérieur :

  • un morceau de pain et quelques carrés de chocolat (ou confiture, ou miel ou un petit morceau de fromage) avec un verre de lait ou un verre d’eau (si consommation de fromage)
  • un chocolat au lait ou un yaourt à boire avec une tartine beurrée
  • une tartine beurrée avec du chocolat râpé et un fruit de saison avec un verre d’eau
  • un milk-shake (maison) aux fruits frais avec 2 biscuits secs
  • une crêpe au chocolat râpé et rondelles de banane avec un verre d’eau
  • une crêpe au sucre et un fruit de saison avec un verre d’eau
  • un yaourt nature mixé (maison) avec une banane et un verre d’eau
  • une part de cake ou de gâteau au yaourt (fait maison) et un verre de lait, d’eau ou jus d’orange (de préférence éviter les nectars et les jus à base de concentré qui sont très riches en sucre)
  • une salade de fruits frais (sans sirop) avec un verre de lait

En extérieur :

  • 1 ou 2 petits fruits de saison (clémentine, mandarine, kiwi, abricot…) et 2 biscuits secs (de type « Petit-beurre ») avec un verre d’eau
  • un riz au lait ou une part de flan nature avec un verre d’eau
  • une barre de céréales aux fruits avec un yaourt à boire
  • une compote portant la mention « sans sucre ajouté » ou faite maison et 2 biscuits secs avec un verre d’eau
  • etc.

 Il faut bien sûr alterner ces suggestions pour éviter l’ennui et la monotonie. Rien ne vous empêche aussi d’imaginer vos propres recettes et de profiter des vacances pour associer vos enfants à la préparation de leur goûter.

Je recommande d’éviter au quotidien les viennoiseries, barres chocolatées ou autres biscuits fourrés.

Penser à la réhydratation qui en période estivale est encore plus primordiale qu’en d’autres saisons, mais en évitant les sodas et les sirops et en privilégiant l’eau plate et/ou un fruit frais plutôt qu’un verre de jus de fruit souvent trop sucré (un verre de jus de fruit, en terme de morceaux de sucre, est équivalent à un verre de soda) ; 

Enfin, en cas de maladie cæliaque (intolérance au gluten), le repas doit être similaire à un goûter « normal », en tenant compte des exemples donnés, mais en choisissant des produits sans gluten des boutiques bio et/ou la gamme spécialisée en grande distribution. Des pains, des biscuits ou des pâtisseries peuvent être également réalisés à la maison avec des farines ne contenant pas de gluten (comme la farine de maïs, de châtaigne…).

En conclusion, le goûter n’est pas à prendre à la légère : bien que repas complémentaire, le choix des aliments est essentiel. Il doit être varié et équilibré afin d’apporter les nutriments nécessaires pour une croissance harmonieuse des enfants ».

 

A propos d’Israël PANIAGUA

Israël PANIAGUA - nutritionniste

Diététicien-nutritionniste, adhérent à l’Association Française des Diététiciens et Nutritionnistes (AFDN), il spécialisé dans la prise en charge et l’accompagnement en cas d’obésité, diabète ou maladies cardio-vasculaires

Il consulte sur rendez-vous à ses cabinets paramédicaux :

  • 76 rue du docteur Bauer 93400 SAINT-OUEN
  • 73 rue Froidevaux 75014 PARIS

Tél. : 06.62.42.78.81




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !